Publié le 25 octobre 2018

FINANCE DURABLE

"173 nuances de reporting" : l’Article 173 bientôt en version européenne ?

Novethic publie ce matin "173 nuances de reporting Saison 2", son analyse approfondie du reporting des 100 premiers investisseurs institutionnels français, sur leur approche des risques climatiques et l’intégration de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). Le bilan des deux premières éditions montre les atouts et les limites de ce type de régulation, message utile avant son éventuelle extension en Europe.

173 s2 grap 01
Novethic publie la deuxième édition de son analyse sur l'application de l'article 173 par les grands investisseurs.
@Novethic

L’article 173 de la loi sur la Transition Écologique pour une Croissance Verte est une innovation juridique qui a connu une gloire internationale. L’intention du législateur était d’amener les grands investisseurs institutionnels à prendre conscience des risques que le changement climatique faisait peser sur leurs portefeuilles, à mieux intégrer des dimensions ESG dans la gestion de leurs actifs et à expliquer cette stratégie à leur client final.

Son décret d’application prévoit que le gouvernement dresse le bilan des deux premières années d’exercice, avant le 31 décembre 2018, pour sengager ensuite dans une éventuelle démarche de standardisation. Les deux premières saisons d’analyse de rapports montrent qu’elle serait bienvenue. Il est non seulement difficile d’évaluer la portée exacte des engagements contenus dans les rapports dits "173", mais aussi de constater une progression significative de ces sujets au sein de la sphère des principaux investisseurs institutionnels français.

L’analyse réalisée par Novethic permet malgré tout d’identifier un groupe de 17 investisseurs engagés. Ils pèsent lourds en détenant 54 % des 2 450 milliards d’euros gérés par le panel des 100 premiers investisseurs institutionnels français. Ce groupe a mis en place des stratégies d’investissement qui, pour beaucoup, sont en lien avec l’objectif de 2 degrés de l’Accord de Paris.

Un autre groupe dits "Pionniers confortés" compte une vingtaine de membres. Pour l’essentiel, ils affichent des désinvestissements du charbon et des investissements dans des actifs verts relativement diversifiés (green bonds, infrastructures d’énergies renouvelables, fonds verts, immobilier durable). Les volumes restent modestes puisque l’étude permet de chiffrer à 1,07 % des encours les montants investis dans l’économie verte, soit 0,02 % de progressions entre 2017 et 2018 !

Peu d’effet d’entraînement

L’effet d’entraînement de ce groupe leader qui représente un peu plus du tiers du panel est faible. Si Novethic a identifié 36 nouveaux venus, deux de plus qu’en 2017. Mais certains de ces nouveaux venus n’ont produit qu’une demi-page et d’autres se contentent de présenter une empreinte carbone grossière sans impact sur leur politique d’investissement. Quant aux abonnés absents, ils représentent toujours plus d’un quart des 100 plus gros investisseurs institutionnels français.

Ces résultats permettent de s’interroger sur l’efficacité d’une régulation incitative type "comply or explain". C’est pourtant l’approche retenue par la Commission Européenne dans son paquet législatif sur la finance durable.  En créant des obligations de reporting ESG, elle espère amener les investisseurs institutionnels à intégrer l’investissement responsable là où il est encore peu développé.

L’exemple de l’Allemagne montre que les réticences sont encore très fortes puisque l’association des fonds de pension a d’ores-et-déjà pris fait et cause contre tout ce qui pourrait ressembler à une intégration forcée de critères ESG.

La communication auprès des "citoyens épargnants"

L’une des vocations méconnues de l’article 173 est de faciliter l’information des cotisants de toute nature sur la prise en compte des risques climat et de dimensions ESG dans les différents véhicules d’épargne qu’ils possèdent à commencer par l’assurance vie. Du côté des reportings, on est encore loin d’une communication accessible sur ces produits.

Les chiffres de l’enquête exclusive de Novethic auprès d’une trentaine assureurs montrent que la diffusion d’unités de compte type ISR (Investissement Socialement Responsable) dans les réseaux reste modeste. Cela représente moins de 5 % des 347,4 milliards investis par les épargnants français en 2017. La visibilité des labels promus par le gouvernement (ISR et TEEC) est encore plus modeste. À eux deux ils représentent 5,46 milliards d’euros d’encours d’épargne des ménages.

Article 173 2 bon

Seuls 5% des volumes d’UC sont gérés en ISR, et 1,9% disposent d’un label reconnu

La grande mobilisation de l’épargne au service de la finance verte appelée de ses vœux par Bruno Le Maire lors du Climate Finance Day organisé à Paris en décembre 2017 reste encore à venir mais c’est sans doute le cap qu’il va donner lors de son introduction du Climate Finance 2018, organisé le 28 novembre prochain par Finance for Tomorrow.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles




FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable. Actuellement, l’attention est focalisée sur le climat. Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et suite à l’Accord de Paris, des rendez-vous internationaux liés à la finance climat sont prévus en décembre dans la capitale française.

Excavation charbon Allemagne Martin Lizner

[Décryptage] COP24 : Des limites de l’engagement de la finance sur la fin des émissions liées au charbon

Lors de la COP24, qui se déroule à Katowice en Pologne jusqu’au 14 décembre, 415 grands investisseurs mondiaux appellent les ɐtats à être plus ambitieux sur la diminution de leurs émissions de gaz à effet de serre. Un message qui laisse perplexe alors que, depuis l’Accord de Paris, les fonds des...

Banque mondiale COP24 WorldBank

COP24 : la Banque mondiale promet 200 milliards de dollars entre 2021 et 2025 pour l’adaptation au changement climatique

La Banque mondiale a annoncé, lundi 3 décembre, la mobilisation d'environ 200 milliards de dollars de financements de 2021 à 2025 pour aider les pays en développement face au changement climatique, soit un "doublement" par rapport à la période précédente.

Gilets jaunes Palais Brongniart France2

La prise du palais Brongniart par les gilets jaunes, symbole de l’indispensable facteur Social des critères ESG

Dans le secteur de la finance durable, la prise en compte des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) a surtout mis l’accent sur les sujets climatiques. Mais ne serait-ce pas plutôt le facteur S qui doit être au centre de cette finance ? La journée de manifestation des gilets...

Laetitia Tankwe DeBaudus

Laetitia Tankwe, première française élue au Conseil d’administration des PRI

Conseillère du président de l’Ircantec, organisme de la retraite publique, Laetitia Tankwe sera la première française à intégrer le conseil d’administration des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) dès janvier prochain. L’initiative, qui rassemble aujourd’hui plus de 2500 signataires...