Publié le 08 décembre 2020

ÉCONOMIE

La moitié du PIB mondial menacée en raison du déclin de la biodiversité

Aujourd'hui, plus de 55 % du PIB mondial dépend de la bonne santé de la biodiversité. Or, avec son déclin et le risque d'effondrement des écosystèmes, les économies du monde entier sont impactées. Les pays agricoles comme le Vietnam ou l'Indonésie, dont le PIB repose essentiellement sur les services rendus par la nature, sont particulièrement à risque. Dans les pays du G20, c'est l'Afrique du sud et l'Australie qui sont les plus touchées.

Australie megafeu SAEED KHAN AFP
SAEED KHAN AFP
Les feux en Australie auraient tué plus d'un milliard d'animaux.

La pollinisation, l’approvisionnement en nourriture, la fertilité des sols, la qualité de l’eau, la régulation de l’air… Tous ses services indispensables sont rendus possible grâce à la nature. Mais le maintien de ces écosystèmes est en péril. Dans un nouveau rapport, le réassureur Swiss Re estime qu’avec le déclin de la biodiversité, les écosystèmes d’un cinquième des pays du monde sont menacés d’effondrement.

Tous les pays, développés ou en développement, sont concernés. 39 pays sont particulièrement à risque car un tiers de leurs terres est déjà fragilisé. C’est le cas notamment de Malte, Israël, Chypre ou encore Bahreïn. Parmi les pays du G20, l’Afrique du Sud et l’Australie sont les plus à risque. Mais le plus inquiétant vient des pays dont le PIB repose essentiellement sur les services rendus par la nature. 

42 000 milliards de dollars dépendent de la biodiversité

"Les pays en développement riches en ressources avec de grands secteurs agricoles se démarquent, comme le Kenya, le Vietnam, le Pakistan, l'Indonésie et le Nigeria", note Swiss Re. Au total, c’est 55 % du PIB mondial qui dépend d’une biodiversité en bonne santé. "Si le déclin des services écosystémiques se poursuit dans les pays à risque, vous verrez alors les pénuries se développer encore plus fortement, jusqu’à des points de basculement", fait valoir l’auteur principal du rapport, Oliver Schelske dans The Guardian.

La forêt amazonienne par exemple, a déjà perdu 17 % de sa superficie d’origine. Selon le climatologue et chercheur brésilien Carlos Nobre, si l’Amazonie dépasse entre 20 et 25 % de déforestation, elle ne pourra plus se régénérer. Elle n’est pas la seule à se rapprocher dangereusement de ce point de non-retour. C’est notamment pour cette raison que Swiss Re a créé son indice de biodiversité, basé sur 10 services écosystémiques identifiés par les scientifiques. Il veut ainsi souligner l’importance de la conservation de la nature pour l’économie de manière claire.

Le temps des mesures

"L’utilisation de cet indice comme base de prise de décision en matière de souscription et de gestion d’actifs rendra les entreprises et les investissements plus résilients", croit Jeffrey Bohn, directeur de recherche chez Swiss Re. Après le constat, l’enjeu est désormais de prendre des mesures à la hauteur. Le réassureur souligne par exemple que la restauration des écosystèmes le long de la côte de la Louisiane pourrait réduire les coûts d’inondation prévus de 5,3 milliards de dollars.

Au contraire, Swiss Re fait du cas de la destruction de la mer d’Aral un symbole des impacts du déclin de la biodiversité. Sa destruction a en effet mené à un effondrement économique et à des migrations massives de la zone côtière environnante. Une "illustration extrême de la manière dont l’effondrement d’un écosystème peut affecter une économie locale", conclut Swiss Re. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...