Publié le 05 août 2022

ÉCONOMIE

Contre le surtourisme, la planification devient une solution de plus en plus prisée

Le tourisme de masse détruit les sites les plus fragiles et procure peu de satisfaction aux visiteurs en surnombre. Contre ce fléau, des spécialistes prônent une gestion plus fine des lieux touristiques, via des réservations. Pour optimiser les flux de visiteurs et éviter les cohues, beaucoup de grands musées et lieux clos fonctionnent déjà sur ce principe, notamment depuis la pandémie. Il s’étend désormais à des sites extérieurs comme les Calanques de Marseille pour limiter la surfréquentation et protéger le patrimoine d’exception. Toute la semaine, Novethic explore les chemins vers un tourisme plus durable.

Calanques Marseilles AFP
Les visiteurs doivent réserver avant de venir admirer les calanques de Sugiton.
NICOLAS TUCAT/AFP

Les vacances de demain seront organisées ou ne seront pas ! Alors que le secteur repart sur les chapeaux de roues après deux ans de pandémie, la France est la destination touristique la plus prisée au monde. Mais cette santé flamboyante n’a pas que des avantages. La surfréquentation de certains lieux inquiète les professionnels qui craignent la destruction de patrimoines fragiles.

Ainsi, "pour éviter le tourisme de masse, il faut réguler davantage, éviter que tout le monde se retrouve au même endroit au même moment", défend le sociologue Jean Viard. "Il faut une forme de régulation, de planification", martèle l’auteur de "Tourisme, l’an zéro du tourisme" (édition de l’Aube) coécrit avec David Medioni. Le sociologue plaide d’ailleurs pour la création d’un ministère du tourisme en mesure d’accompagner cette évolution.

"Les voyageurs sont prêts à accepter des changements"

Le réflexe de réserver à l’avance avant de se rendre dans un musée est déjà installé auprès des voyageurs depuis la pandémie. Cette nouvelle façon d’envisager les vacances devra être étendue à toutes les visites envisagées. "Avec la crise sanitaire, les comportements ont déjà évolué : les gens prennent davantage le train, ils voyagent moins loin et sont prêts à accepter plus de changements encore", souligne Jean Viard.

Le sociologue cite l’exemple des Calanques de Marseille. Depuis juillet, les autorités imposent en effet aux visiteurs de réserver avant de venir admirer les calanques de Sugiton et les Pierres Tombées. L’accès est limité à cinq personnes par groupes et à huit accès maximum sur la période estivale. En effet, ce site d’exception a vu sa fréquentation exploser depuis quelques années, atteignant à l’été 2020, 3500 visiteurs par jour, deux fois plus qu’en 2019. Cette surfréquentation a des effets néfastes sur l’environnement : cela provoque une érosion des sols mais aussi des dégâts sur l’écosystème marin notamment à cause des crèmes solaires.

De plus en plus de sites et de villes imposent des quotas

Une solution comparable a été déployée sur l’île de Porquerolles dans le Var, avec une limite fixée à 6000 touristes par jour. Un système de réservation obligatoire de billets a été mis en place en lien avec les compagnies de bateaux qui déversent les touristes sur l’île. Cette décision a été prise à l’été 2020 après que l’île a été prise d’assaut, avec des pics de fréquentation à 12 000 touristes journaliers. La moyenne était déjà de 8 500 visiteurs ces dernières années. De plus en plus de lieux tentent de réguler ainsi les va et viens de touristes, alors que la pandémie a déstabilisé le secteur. Ainsi, depuis l’an passé, les sites de Bavella, la Restonica et les îles Lavezzi, en Corse imposent eux-aussi un quota de visiteurs.

Ailleurs aussi cette restriction d'accès aux lieux les plus touristiques se déploie. Ainsi, Amsterdam tente de mieux contrôler les flux de voyageurs qui viennent fouler son sol. La ville souhaite dorénavant un minimum de dix et un maximum de vingt millions de nuitées par an. "Tous les ans, la municipalité doit fournir des données sur le nombre de touristes, mais aussi la pression touristique par quartier. Il s'agit bien d'une politique quantitative et qualitative", détaille au "Figaro", Martijn Badir, à l'initiative d'une pétition demandant une réduction du nombre de touristes.

Demain, les voyages seront pensés différemment et planifiés à l’avance par les globe-trotteurs. La spontanéité pourrait en pâtir mais l’environnement et le bien-être des touristes y gagneront.

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Tourisme : Victimes de surfréquentation, ces sites français limitent désormais leur accès

Face aux risques liés à la pandémie de Covid-19, les Français ont privilégié l'année dernière les voyages dans l'Hexagone, au risque de faire peser une forte pression environnementale sur des lieux touristiques trop fréquentés. En raison de l'afflux de visiteurs, certains sites comme les...

GreenGo et Flockeo, les alternatives à Airbnb pour un tourisme durable se développent

Équitables et engagées, les alternatives responsables à Airbnb se multiplient. Évaluation environnementale des hébergements, mesure de l’empreinte carbone, accompagnement dans la transition vers un modèle durable… GreenGo et Flockeo, deux plateformes françaises, construisent l’avenir du...

Tourisme : quatre documentaires pour découvrir l’envers du décor

Un peu plus de deux ans après le début de la crise sanitaire, le tourisme repart sur les chapeaux de roues, pour le meilleur et pour le pire. Tourisme de masse, sites "instagramables" pollués, voyages "all inclusive" démesurés… Novethic a sélectionné quatre documentaires pour mieux...

Vacances écolos : cinq outils pour devenir un slow touriste

Fini les vacances au bout du monde ! Entre contexte inflationniste et volonté de réduire leur empreinte environnementale, 57 % des touristes français déclarent vouloir voyager de manière plus durable selon une étude menée par Booking. Mais comment changer ses habitudes ? Pour vous...

Autriche, Allemagne… les "tickets climat" pour le train inventent la mobilité du futur

Et si on voyageait sans entrave, avec un seul ticket, du métro au TGV, de Paris à Mulhouse en passant par Marseille ? C’est l’idée du Klimaticket, lancé en Autriche, qui propose pour 3 euros par jour, un ticket illimité pour l’ensemble des transports en commun privés et public dans tout le...

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...

Boris johnson NIKLAS HALLE N AFP

Johnson après Trump, les populistes à mèche blonde vont-ils lâcher le pouvoir dans les démocraties qu’ils épuisent ?

La démission de 45 membres de son gouvernement a acculé Boris Johnson à la démission. Il avait réussi à rester au pouvoir malgré les scandales des "partygate", ses vérités alternatives, ses remises en cause des engagements du traité post-brexit, son plan de transfert des migrants vers le Rwanda… Il...

Elisabeth borne discours de politique generale BERTRAND GUAY AFP

Élisabeth Borne défend sa "radicalité écologique" sans décroissance et avec nationalisation d’EDF

Dans son discours de politique générale, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a engagé la bataille des mots pour le climat. Elle a revendiqué une "radicalité écologique", terme jusqu’ici utilisé dans les cercles engagés tout en refusant la "décroissance". Elle a donné très peu d’éléments concrets...

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...