Le risque Le Pen, une menace pour l’économie responsable

Anne Catherine Husson TraoreLes résultats du premier tour de l'élection présidentielle bouleversent le paysage politique français et laissent face à face au second tour deux candidats que tout oppose … A l’aune de la politique menée par Donald Trump depuis plus de 100 jours, on peut mesurer le risque que ferait courir une victoire de la candidate du Front National pour l’économie responsable que défend Novethic.

Reconstruire les frontières, ériger des murs et remettre en cause des vérités scientifiques pour laisser place à des propagandes simplistes, contester des Traités Internationaux comme l’Accord de Paris... autant d'obstacles réels à la lutte contre le changement climatique, à la préservation des ressources naturelles et au respect des droits humains dans l’ensemble de la chaîne de production.

Tous ces enjeux planétaires sont impossibles à affronter à des échelles nationales dans des pays recroquevillés sur de vieilles identités.

Autour d’Emmanuel Macron, on trouve des porte-parole de l’économie responsable comme Corinne Lepage (Présidente de Cap21/Le Rassemblement citoyen et figure de l'écologie politique) Philippe Zaouati (directeur de la société de gestion Mirova et figure de l'investissement responsable) ou Matthieu Orphelin (ancien porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot). Leur travail de conviction s’est traduit dans la réponse de leur candidat au Forum pour l’investissement responsable, dans laquelle il expliquait que « la prise en compte de critères environnementaux et sociaux doit être au cœur du nouveau modèle économique capable de répondre aux bouleversements majeurs actuels comme la révolution numérique et le défi climatique.»

Pour éclairer le débat Novethic met l’accent sur les réalités américaines, sur ce moment où les entreprises expliquent au président Trump la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique et les scientifiques manifestent pour préserver la recherche, indispensable au décodage du monde tel qu’il est, menacé par des crises environnementales et sociales.

Elles auraient dû être au coeur de la campagne. Reste à espérer qu’elles soient le centre de la politique du prochain gouvernement.

Anne-Catherine Husson-Traore