Publié le 24 février 2017

Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : pourquoi Yannick Jadot rallie Benoit Hamon

Yannick Jadot rallie Benoît Hamon. Le désormais ex-candidat à l’élection présidentielle l’a annoncé hier soir sur France 2. Un ralliement qui trouve ses fondements dans le programme écologiste du candidat socialiste et dans un accord électoral favorable à Europe écologie – les Verts (EELV).

Le candidat à l’élection présidentielle Yannick Jadot a annoncé hier soir, sur France 2, son ralliement à Benoît Hamon.
Irina Kalashnikova / Sputnik / AFP

Le désistement de Yannick Jadot au profit de Benoît Hamon était dans l’air depuis deux semaines. L’ex-candidat Europe écologie (EELV)–les Verts avait ouvert la porte à ce rapprochement. Mais les deux parties devaient encore se mettre d’accord. C’est chose faite depuis hier après-midi.

La convergence entre les deux hommes s’est clairement opérée sur les questions écologiques. Pour Yannick Jadot, "la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche a modifié le paysage politique".

Concrètement, le PS et EELV ont signé une plateforme présidentielle. Un projet, qualifié de "parfait" par certains écologistes, qui doit encore être validé par les 17 000 militants d’EELV.

L’issue du vote ne fait aucun doute car plus de 90% d’entre eux avaient approuvé l’ouverture de négociations avec le Parti socialiste.

 

Fin du nucléaire et des énergies fossiles

 

Cette plateforme prévoit : 

  • Une sortie intégrale du nucléaire d’ici 25 ans
  • La fin du projet d’enfouissement des déchets nucléaire à Bure, dans la Meuse
  • Une sortie des énergies fossiles, avec une électricité d’origine 100 % renouvelable d’ici 2050
  • La fin du diesel pour les véhicules légers en 2025
  • La création d’une taxe carbone affectée à la transition écologique, financée par l’imposition sur le diesel
  • L'interdiction des pesticides
  • L'interdiction des perturbateurs endocriniens
  • La tenue d’un "Grenelle de l’alimentation et de l’agriculture"
  • Le développement intensif du bio dans la restauration collective
  • L'abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes
  • L'abandon de la ligne TGV Lyon-Turin
  • L'abandon de la loi travail
  • La revalorisation du SMIC, des minima sociaux et du point d’indice des fonctionnaires

Cet accord prévoit également la légalisation du cannabis, la fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu et la tenue d’un référendum sur la mise en place d’une 6ème République, prévoyant entre autres un "49.3 citoyen", la reconnaissance du vote blanc, un scrutin à la proportionnelle et l’instauration d’un septennat unique pour le chef de l’État.

 

Mélenchon sous pression

 

Cet accord est non seulement programmatique mais aussi électoral. EELV récupère une quarantaine de circonscriptions, dont 13 sont jugées "gagnables". Cécile Duflot sera investie dans la circonscription dont elle est sortante, dans le centre de Paris, et devrait être, sauf surprise, confortablement réélue.

La part belle faite aux écologistes fait crisser quelques dents au PS. Plusieurs socialistes ont affiché leur réticence à se ranger derrière Hamon. Quand d’autres ont déjà rejoint les rangs d’Emmanuel Macron.

Cet accord met désormais la pression sur Jean-Luc Mélenchon en vue d’une candidature unique de la gauche. L’annonce du ralliement à Benoît Hamon a d'ailleurs été faite par Yannick Jadot quelques minutes avant l’émission politique dont Jean-Luc Mélenchon était justement l’invité...

Quant aux communistes, des alliés critiques du candidat de la France insoumise, ils sont déjà en pleine négociation avec les équipes de Benoît Hamon.

Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon ont prévu de se rencontrer dimanche ou lundi.

C’est la première fois depuis 1974 qu’aucun candidat écologiste ne se présente à l’élection présidentielle.

 

      Pour en savoir plus:

      Les réponses des candidats à l'élection présidentielle à notre questionnaire sur la supply chain, ici.

Antonin Amado
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles