Les fonds d’infrastructures face à la relance verte européenne

Marché des fonds vert en chiffres

Publication : janvier 2021

Novethic publie aujourd’hui une étude sur les caractéristiques environnementales des fonds d’infrastructures disponibles sur le marché européen. Réalisée avec le soutien de l’ADEME, elle permet d’évaluer la taille du marché, d’étudier sa compatibilité avec la taxonomie et d’évaluer sa capacité à répondre aux besoins que nécessite la relance verte de l’Union européenne. S’il existe bien une dynamique verte dans cette classe d’actifs, elle est quasi exclusivement dédiée aux énergies renouvelables. Or, les besoins d’investissements en infrastructures sont beaucoup plus larges.

Plus de 100 milliards d’euros investis dans des fonds d’infrastructures vertes

 

Nombre fonds verts Nombre fonds div

 

La dynamique verte est importante dans une classe d’actifs où la transparence est encore limitée. Novethic a pu identifier plus de 350 fonds ayant des caractéristiques environnementales sur le marché européen. Pour les 274 fonds dont le détail des investissements était public, l’équipe de recherche a étudié leur compatibilité avec la Taxonomie européenne, ce qui lui a permis de distinguer les fonds « full green » des fonds « green focus ». Pour les 153 fonds « full green », la totalité des 50,2 Mds€ d’investissements est taxo-compatible. Pour les 43 fonds « green focus », pesant 37,6 Mds€, c’est entre 50 et 99 % des projets. Novethic a aussi analysé une autre partie du marché : les fonds diversifiés. Si ces derniers n’ont pas spécifiquement d’objectifs environnementaux, ils peuvent avoir jusqu’à 50 % d’actifs taxo-compatibles pour des montants moyens plus importants.

Une forte dominante des énergies renouvelables

 

Focus vectoriel

 

Les fonds d’infrastructures dont le secteur principal est les énergies renouvelables représentent les deux tiers du nombre de fonds et un tiers de la part des montants levés. Ces actifs sont aussi présents dans les fonds multi-sectoriels ou énergie. La part des fonds focalisés sur tous les autres secteurs (transports, gestion des déchets etc.) est donc réduite : 27 fonds seulement pour 15 % des encours.

Un marché dominé par de très grands acteurs qui verdissent leur offre et animé par des spécialistes de l’investissement durable

 

Podium fonds verts

Les plus grands fonds d’actifs verts en termes de volume d’encours sont détenus par les acteurs majeurs du secteur. Le leader est le groupe Macquarie Infrastructure & Real Assets avec 8,7 Mds€ investis dans 4 fonds, qui vient de s’engager à atteindre la neutralité carbone en 2040. Les deux sociétés de gestion suivantes sont Copenhagen Infrastucture Partners avec 8,1 Mds€ investis dans 6 fonds et InfraCapital avec 6,2 Mds€ pour quatre fonds.

En revanche, le marché est plutôt animé par quelques acteurs de nationalités différentes qui proposent, à eux trois, 26 fonds dans lesquels sont investis un peu plus de 5 Mds€.

Une offre de fonds d’infrastructures vertes insuffisantes pour atteindre les objectifs environnementaux de l’Union européenne

Selon la Commission européenne, les besoins annuels permettant d’atteindre ses objectifs environnementaux et climatiques avoisinent les 500 Mds€ par an. Il est donc indispensable de mobiliser les encours investis en infrastructures par les plus grands investisseurs européens qui sont estimés à 388 Mds€. Cela passe par une généralisation de l’intégration de critères ESG dans cette classe d’actifs ainsi que par la mesure des impacts positifs comme négatifs des infrastructures. L’utilisation de la Taxonomie comme référentiel vert permet d’avoir plus d’informations sur les qualités environnementales des fonds et leur éventuelle contribution aux objectifs environnementaux de l’Union.

 

 


L'Essentiel de la Finance Durable