Régulièrement pointé du doigt pour ses approvisionnements issus de la déforestation, Carrefour vient de lancer une Plateforme de transparence qui vise à collecter tous les signalements sur des risques de non-conformité. Une première dans le secteur qui va pousser les grands fournisseurs comme JBS ou Cargill à se mettre en conformité. D’ores et déjà, le distributeur français a déréférencé 177 fermes au Brésil.

“C’est une première !”, se réjouit Boris Patentreger, directeur France de Mighty Earth. Depuis 2022, il multiplie les campagnes pour alerter sur les approvisionnements en viande et soja issus de la déforestation en Amazonie par le groupe Carrefour. Si le groupe avait immédiatement annoncé des mesures pour renforcer sa stratégie, il vient de franchir une étape supplémentaire avec la mise en place du tout premier système mondial de gestion publique des alertes dans le secteur de la vente au détail à travers une Plateforme de transparence forestière mise en ligne fin 2023.

Accessible directement depuis le site du groupe, elle vise “à apporter davantage de transparence en répertoriant les engagements pris par Carrefour pour les matières premières nécessitant une vigilance accrue et leurs avancées”, nous précise le distributeur. Plus largement, celui-ci s’est engagé à évaluer 100% des “importateurs clés” de ses chaînes d’approvisionnement et à progressivement “favoriser ceux qui réduisent les risques de déforestation pour l’ensemble des matières qu’ils commercialisent, au-delà des matières premières utilisées par Carrefour”.

“Signal fort envoyé au marché”

Partie intégrante de cette stratégie, la Plateforme Transparence Forêt mise en place par Carrefour permet de recueillir des signalements sur de potentielles non-conformités au sein de sa chaîne d’approvisionnement et de consulter la réponse apportée par le groupe, qui s’engage à une mise à jour trimestrielle. Le site compte pour le moment deux alertes, dont celle de Mighty Earth envoyée le 30 août 2022 sur le bœuf brésilien et la remise en cause du fournisseur JBS, régulièrement pointé du doigt pour sa responsabilité dans la déforestation amazonienne.

Carrefour explique ainsi avoir lancé une enquête sur toutes les exploitations agricoles qui approvisionnaient les deux abattoirs mis en cause dès la réception de l’alerte et procédé au “déréférencement de 177 fermes jugées non conformes sur l’ensemble des approvisionnements JBS”, qui comptent plus de 5 000 fermes directes dans la région de Rondonia, en Amazonie brésilienne. Carrefour a également demandé la mise en œuvre d’un plan d’action précis à JBS, intégrant la mise en place accélérée de la traçabilité des élevages indirects de ces deux abattoirs, et a réduit ses approvisionnements JBS au sein de sa propre marque jusqu’à ce que le plan d’action demandé soit pleinement mis en œuvre, précise le groupe.

“Aujourd’hui, dans les pires abattoirs de la pire entreprise de viande au monde, la campagne de Mighty Earth a réussi à pousser Carrefour, le premier détaillant au Brésil, à envoyer un signal fort au marché du secteur de la viande bovine : “Il n’y a pas de place pour les déforesteurs dans les rayons des supermarchés.” C’est la première étape, mais significative, vers la poursuite de la réduction de la déforestation en Amazonie pour atteindre le zéro déforestation d’ici la fin de cette décennie d’action cruciale”, a réagi Glenn Hurowitz, PDG de Mighty Earth.

Répliquer ce qui a fonctionné pour l’huile de palme

L’ONG espère ainsi répliquer ce qui a fonctionné pour le secteur de l’huile de palme en Indonésie, où la déforestation a reculé de 90% grâce à un système d’alerte en temps réel. “Le niveau de transparence et de responsabilité de Carrefour constitue une rupture radicale avec la convention de l’industrie consistant à dissimuler les pratiques de la chaîne d’approvisionnement, notamment dans les secteurs de la viande bovine et du soja. Cela va pousser les fournisseurs comme JBS et Cargill à se conformer, mais aussi d’autres ONG à publier des alertes. Ça enclenche une dynamique positive”, commente auprès de Novethic Boris Patentreger.

Toutefois, Mighty Earth va continuer à maintenir la pression sur le distributeur français, qui est le plus gros vendeur de viande au Brésil, la viande étant la première cause de déforestation. Une lettre va être envoyée dans les prochains jours au PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, pour lui demander d'”appliquer rapidement la même approche à toutes les viandes” fournies par le groupe. En outre, l’ONG pointe du doigt l’approvisionnement en soja de Carrefour, autre facteur de déforestation au Brésil.

Le distributeur s’est engagé à atteindre 100% de soja non issu de la déforestation dans l’alimentation animale de ses Filières Qualité Carrefour et produits à marque Carrefour d’ici 2025. Or, “le soja importé à risque est également utilisé pour nourrir les animaux vendus sous forme de viande et de produits laitiers dans vos magasins en France, en Espagne, au Brésil et à travers le monde”, pointe Mighty Earth. Malgré cette première victoire, la bataille contre la déforestation n’en est qu’au tout début.

Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes