Publié le 27 décembre 2017

ENTREPRISES RESPONSABLES

Groupe Up : "Nous savions dès le début que la direction RSE était en CDD"

En 2017, le Groupe Up, acteur de l’Économie Sociale et Solidaire, a supprimé sa direction RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Pas parce que "l’environnement ça commençait à bien faire" mais pour que la RSE infuse toute la stratégie de l’entreprise. Retour sur cette décision et ses conséquences avec Catherine Candella, l’ex-directrice RSE, aujourd’hui en charge de la conformité et des risques. 

Catherine Candella groupe up b
Catherine Candella, directrice de la conformité et des risques du Groupe Up

En début d’année, le groupe Up a supprimé sa direction RSE que vous dirigiez. Quelles sont les raisons de cette transformation ?
 
Quand nous avons créé la direction RSE en 2012, nous savions déjà que c’était un contrat à durée déterminée car notre objectif était l’intégration systématique au sein de l’entreprise des sujets environnementaux, sociaux, sociétaux et de gouvernance. Nous voulions à tout prix éviter de paralléliser les sujets et pratiquer la politique du millefeuille. C’est le sens des "5 P" qui constituent la stratégie de l’entreprise depuis 2015 et qui permettent d’intégrer au même niveau stratégique les aspects du développement durable. Le "Pilotage" recouvre la partie gouvernance, "Profit" concerne la partie business, "People" la politique sociale avec nos collaborateurs, "Proximity" est orienté sur nos parties prenantes et "Planet" est consacré à nos engagements environnementaux.

Comment cela a-t-il pu être mis en place ?

Quand nous avons créé la direction RSE, nous avons travaillé avec les 17 pays où nous sommes présents car l’appropriation du concept de RSE varie beaucoup d’un endroit à l’autre (voir notre dossier sur la RSE à travers le monde ici). Il fallait que nous ayons les mêmes bases. Nous avons  défini avec nos différentes filiales des critères objectifs en termes d’approche climat ou d’achats responsables nous permettant d’avoir une base homogène de travail et de progression. En parallèle, nous avons mené le chantier du reporting pour mesurer objectivement les résultats de la stratégie extra-financière au niveau de l’ensemble du Groupe. Ce reporting est aujourd’hui validé par un organisme tiers indépendant. Désormais, la direction financière en a la charge. Aussi, nous ne parlons plus de reporting extra-financier mais de reporting tout court.

Aujourd’hui, comment cela fonctionne-t-il ?

Depuis que la direction RSE n’existe plus, les différents aspects de la responsabilité sociétale sont pris en charge par les différentes directions du Groupe, chacune de nos filiales, et par la Présidente du Groupe, Catherine Coupet. Par exemple, en tant que Directrice de la conformité et des risques, je m’occupe de la prévention et de la sécurisation du développement. La Directrice des ressources humaines s’occupe davantage du volet social, tandis que la Direction Communication, Affaires Publiques et Engagements, reprend l’environnement. Les dirigeants de filiales sont en charge de tous les volets dans leur entité.

Comment cela est-il perçu par les collaborateurs ?

Les thématiques de la RSE ont été intégrées au sein de toute l’entreprise mais au niveau de la sémantique, nous ne parlons plus spécifiquement de RSE en interne. Nous parlons plutôt de déploiement de la stratégie du Groupe, d’autant que le concept de "responsabilité sociétale" n’est pas toujours très bien compris par les collaborateurs. C’est pourquoi je décline souvent l’acronyme RSE en "Réussir Son Evolution", c’est-à-dire le fait d’anticiper les changements, les évolutions réglementaires, d’accompagner les transformations, d’être capable de faire évoluer les compétences…

Le Groupe Up a un statut de SCOP (Société coopérative et participative). Cela facilite-t-il l’intégration de la RSE ?

Je ne sais pas si c’est plus simple, c’est plutôt une exigence supplémentaire. Nous croyons que le fait d’être une coopérative nous donne un devoir d’exemplarité. Nous devons placer la barre haut sur ces aspects. Cela ne suffit pas de dire que nous sommes une SCOP et que nous avons une sorte de responsabilité sociétale statutaire. Quand on est une coopérative, que l’on fait partie de l’économie sociale et solidaire (ESS), il est important de pouvoir démontrer que l’on fait ce que l’on dit, dans tout le Groupe et avec nos parties prenantes.

Propos recueillis par Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles