Les zones d'ombre du reporting ESG des entreprises

Les investisseurs qui s'engagent à intégrer des critères ESG dans leur processus de sélection d'entreprises ont besoin que ces dernières leur fournissent les informations permettant de les évaluer objectivement sur ce type de critères. En l'état actuel des reporting développement durable, comment travaillent les financiers qui investissent directement ou indirectement dans des entreprises ? Quel est le contexte règlementaire européen ? Les politiques françaises et allemandes convergent-elles ?

Interview vidéo

Interview vidéo



Intervenants

Intervenants
  • Michel DOUCIN

    Michel DOUCIN,
    Ambassadeur chargé de la responsabilité sociale des entreprises (France)

    Le tableau dressé par Michel Doucin sur l'état de la règlementation européenne sur le reporting ESG fait état d'initiatives dans quelques pays dont la France. Il a souligné l'apport que pouvait représenter la communication sur la RSE publié par la Commission Européenne fin octobre qui incite entreprises et investisseurs à tenir compte des enjeux ESG.

  • Yves BAROU

    Yves BAROU,
    Conseiller social, FONDS STRATÉGIQUE D'INVESTISSEMENT (France)

    Le Fonds Stratégique d'Investissement (FSI) a élaboré sa propre grille d'analyse extra-financière qui met particulièrement l'accent sur les dimensions sociales et managériales. Elle sert à évaluer les entreprises avant l'entrée au capital. Yves Barou estime que le reporting des participations n'est pas un enjeu clef mais que la valorisation et l'accompagnement des entreprises sur ces dimensions par leur actionnaire est beaucoup plus importante.

  • Marie-Pierre PEILLON

    Marie-Pierre PEILLON,
    Directrice de l'analyse financière et extra-financière, GROUPAMA ASSET MANAGEMENT (France)

    Marie-Pierre Peillon a souligné que l'une des grandes difficultés dans l'analyse extra-financière est l'accès aux données plus particulièrement sociales des entreprises. Elle a expliqué avoir dressé une liste d'indicateurs indispensable et avoir constaté qu'ils étaient loin d'être renseignés par toutes les entreprises qu'elle souhaitait évaluer.

  • Yvonne ZWICK

    Yvonne ZWICK,
    Conseillère scientifique, CONSEIL ALLEMAND POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE (Allemagne)

    Yvonne Zwick a présenté le Code de bonnes pratiques en matière de développement durable pour les entreprises développé par le conseil sur le développement durable auquel elle appartient. Elle a expliqué que la position allemande était, pour l'instant, résolument hostile à une approche contraignante en matière de reporting ESG pour les entreprises.