Onctueuse, antioxydante, neutre… L’huile de palme a des qualités technologiques indéniables qui la rendent indispensable à la recette du Nutella, estime le fabricant Ferrero. Malgré les controverses, le groupe ne veut pas la remplacer et s’approvisionne désormais à 100 % en “huile durable”. Plongée dans les entrailles de la plus grande usine de Nutella au monde, près de Rouen, où 600 000 pots sont produits par jour.

L’odeur des noisettes grillées donne un premier indice. Le bruit des pots s’entrechoquant les uns aux autres un deuxième. Nous sommes bien dans l’usine Ferrero de Villers-Ecalles, à une vingtaine de minutes de Rouen (Seine-Maritime). C’est ici que chaque jour, un quart des pots de Nutella consommés mondialement sont produits, soit 600 000 pots. Et les Français en raffolent, ils sont les premiers mangeurs de la célèbre pâte à tartiner, malgré des ventes en baisse. Entre autres dues aux polémiques sur l’utilisation de l’huile de palme dans la recette.

De l’huile de palme 100 % durable 
“Les Français sont très sensibles à ce sujet”, admet Christophe Bordin, directeur des relations extérieures de Ferrero France. Aujourd’hui, le groupe veut jouer la transparence au maximum pour rétablir la confiance avec le consommateur. Contrairement à la légende urbaine, la recette du Nutella n’est pas tenue secrète, sept ingrédients le composent : 50 % de sucre, 20 % d’huile de palme, 13 % de noisettes, 7 % de cacao, de la lécithine et de la vanilline.

Depuis 2014, Ferrero s’approvisionne à 100 % en huile de palme certifiée durable, mais cela ne suffit pas à calmer la polémique. Alors pourquoi ne pas s’en passer ? “Elle a des qualités technologiques indéniables. C’est une huile solide à température ambiante qui donne donc l’onctuosité de ce produit sans avoir recours à des procédés chimiques”, avance Christophe Bordin. “Ensuite, elle peut être désodorisée et donc être neutre en goût pour rendre leur place aux autres arômes qui viennent composer le Nutella comme le cacao et la noisette. Enfin, c’est une huile très stable dans le temps qui permet de ne pas mettre de conservateur, elle est naturellement riche en antioxydant”.

“Les Français savent que Nutella est composé de sucre et de matières grasses”

Face aux critiques, le groupe a sorti l’artillerie lourde à coups de campagne de publicité vantant la “qualité” de Nutella et mettant en avant l’ingrédient phare du produit : les noisettes. Aujourd’hui, le groupe est le premier acheteur de la planète. Il consomme 30 % de la production mondiale. Mais le produit fini, très calorique et sucré, a souvent été pointé du doigt et érigé en symbole de la malbouffe.

“Les Français savent bien que Nutella est un produit composé de sucre et de matières grasses. La nature calorique du produit est connue de tous. C’est la responsabilité du consommateur de l’intégrer dans son alimentation de manière équilibrée. Nous conseillons par exemple 15 grammes de Nutella par tartine, soit l’équivalent d’une petite cuillère bombée”.
Pour le groupe, Nutella comme les Kinder Bueno et autres dérivés doivent être considérés comme des confiseries ou des chocolats. Rien de plus, rien de moins, “juste du plaisir”, résume Christophe Bordin. 

Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes