Publié le 25 septembre 2013

SOCIAL

Fairphone, un téléphone éthique en réponse aux conditions de production des smartphones

Bas van Abel, un designer néerlandais de 36 ans, a conçu un smartphone équitable qui présente deux particularités : son coût de fabrication est détaillé et son processus de fabrication social et éthique.

141479_GF.jpg

Le Fairphone n'existe pas encore mais on sait déjà tout de lui. Et en premier lieu : son coût précis de fabrication. Le concepteur de ce smartphone d'un nouveau genre a joué la carte de la transparence. Sur le site Internet de présentation du Fairphone, Bas Van Abel y dévoile un schéma qui présente la construction du prix de vente. Ainsi, pour un téléphone vendu 325€, on apprend que 129,75 € viennent des coûts liés au design, à l'achat de composants, à la fabrication et à l'assemblage du téléphone. De même, 1€ est consacré au packaging, 17,75 € au personnel, aux bureaux, aux technologies de l'information et au voyage, 25 € aux les brevets et licences, 56,50 € reversés sous forme de taxe...

L'engagement éthique valorisé

Mais le site web met également en avant les dépenses liées à l'engagement éthique : « Nous mettons les valeurs sociales au premier rang de notre processus de fabrication d'un smartphone. Mais nous cherchons aussi activement à opérer des changements positifs dans la chaîne d'approvisionnement et du cycle de vie de notre smartphone.» Et, toujours selon le tableau de coût présenté aux internautes, ces investissements visant à améliorer la fabrication et le cycle de vie sont évalués à 22 € par téléphone. Et chaque euro du téléphone est ainsi présenté, jusqu'à la marge des revendeurs, évaluée à 4,25 €.

Pour l'heure, plus de 15 500 personnes ont déjà précommandé - et payé - le Fairphone. Le designer, lui, s'est fixé un objectif de 25 000 ventes dans un premier temps, base sur laquelle il a d'ailleurs construit le coût moyen du produit.

Changer les choses de l'intérieur

Pour produire son smartphone équitable, le designer a choisi la Chine. Un choix curieux pour un produit qui se veut éthique, mais qu'il assume pleinement : « Nous voulons changer le système là où il est le pire », a-t-il confié au quotidien Les Echos. Pour y parvenir, Bas Van Abel s'est clairement engagé auprès des consommateurs à mieux payer les ouvriers que leurs camarades travaillant pour des firmes concurrentes, mais aussi à contrôler tous les composants. Le fondateur garantit notamment que les minerais utilisés ne souffrent d'aucun conflit armé sur leur lieu de prélèvement. Bas Van Abel s'est rapproché pour cela de Conflict-Free-Tin Initiative et de Solutions for Hope en République Démocratique du Congo, le pays le plus touché par ce problème.

Dans son usine de Changhong, l'entrepreneur a par ailleurs mis en place le « Made with Care Program », un programme de bien-être qui concerne notamment le confort au travail, la formation des ouvriers, mais qui prévoit aussi une prime (versée dans un fonds de prévoyance) pour chaque téléphone fabriqué au profit des ouvriers de l'usine. D'autres ONG interviennent pour garantir le respect des conditions de travail, à l'image de Somo. Là encore, tous les partenaires sont présentés sur le site web.

Vers une téléphonie plus durable

Avec ce téléphone, Bas Van Abel se frotte à des concurrents de poids, au premier rang desquels Apple et Samsung. Le néerlandais a une carte à jouer sachant que ces deux firmes ont souvent été décriées pour leurs processus de fabrication. Surtout, cette initiative ouvre la voie vers davantage de transparence sur les coûts de fabrication d'un produit. C'est sans doute pour cette raison, ajoutée à celle relative à l'engagement éthique, que plus d'une dizaine de milliers de personnes ont accepté de dépenser 325 € dans un produit qui ne sortira qu'en décembre.

Le fairphone fait écho au Phoneblock, un autre téléphone conçu par un autre Néerlandais, Dave Hakkens. Le principe est différent, puisque sa spécificité est d'être conçu en blocs, dont plus facilement réparable, afin de réduire les déchets électroniques et lutter contre l'obsolescence programmée. Surtout, ces deux initiatives annoncent peut-être une nouvelle ère dans la téléphonie mobile : celle des terminaux écologiques. Une bonne nouvelle quand on sait qu'en 2012, 1,75 milliard de téléphones ont été vendus dans le monde, soit 54 par seconde.

Céline Oziel
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Sous-traitance

La chaîne de sous-traitance s’est considérablement étendue et complexifiée. Les conditions de travail dans les usines du monde en contradiction avec les codes de bonne conduite affichés par les grandes marques de distribution donneuses d’ordre, sont dénoncées par les ONG.

Factures paiement retard pixabay

Retards de paiement des entreprises : 17,2 millions d'euros d'amendes infligés en France en 2018

Quelque 263 entreprises ont été sanctionnées en 2018 pour un montant de 17,2 millions d'euros pour des retards de paiement de leurs fournisseurs et sous-traitants, a annoncé dans un communiqué la secrétaire d'Etat à l'Économie Agnès Pannier-Runacher.

Muscle plan de vigilance ismagilov

Entreprises, en 2019, musclez votre plan de vigilance !

En 2018, les grandes entreprises ont dû répondre à la loi sur le devoir de vigilance, que beaucoup d’entre elles avaient vivement combattu, en publiant leur plan d’action. En 2019, elles vont devoir mettre les bouchées doubles tant les premiers documents sont scrutés par les parties prenantes. ONG,...

Tesla risque financier fournisseurs

Tesla en crise : les fournisseurs s’inquiètent de ne pas être payés

Tesla ne sort pas la tête de l'eau. Alors que son action a chuté de 20 % en Bourse après un tweet du patron Elon Musk, les fournisseurs s'inquiètent. Selon une enquête du Wall Street journal, Tesla a demandé à plusieurs d'entre eux de baisser drastiquement leur prix et tarde à les payer. Travailler...

Provenance blockchain tracabilite

[Ces Startups qui changent le monde] Provenance met la blockchain au service de la traçabilité alimentaire

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startup voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’éco-conception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...