Publié le 02 juin 2015

SOCIAL

Drame du Rana Plaza : le propriétaire poursuivi pour meurtre

Écroué quelques jours après l’effondrement de l'immeuble du Rana Plaza en avril 2013, son propriétaire, Mohammad Sohel Rana, vient d’être inculpé de meurtre, aux côtés d'une quarantaine d'autres personnes. Tous risquent la peine de mort en cas de condamnation. Le procès aura lieu cet été.

L'effondrement du Rana plaza a tué 1138 personnes. Plus de 2 000 ouvriers ont également été blessés.
Zakir Hossain Chowdhury / Anadolu Agency

C’était une décision attendue. Elle est finalement tombée ce lundi 1er juin. Mohammad Sohel Rana, le propriétaire du Rana Plaza, devenu l’ennemi public N°1 au Bangladesh après l’effondrement de l’usine, en avril 2013, va bel et bien être poursuivi pour meurtre.

Le drame du Rana Plaza avait causé la mort de 1 138 personnes et fait 2 000 blessés. C’est l’un des pires désastres industriels de l’histoire.

 

"Assassinat de masse" selon le chef des enquêteurs

 

Arrêté quelques jours après la catastrophe alors qu’il tentait de fuir vers l'Inde, Sohel Rana avait été écroué. Avec cette inculpation, il risque désormais la peine de mort en cas de condamnation.

"Cela a été un assassinat de masse. Tous ont une responsabilité collective dans cette tragédie", a déclaré Bijoy Krishna Kar, chef des enquêteurs, à l’AFP. Les survivants avaient souligné que les ouvriers avaient été obligés de reprendre le travail malgré d’énormes fissures découvertes la veille de la catastrophe dans le bâtiment. "Ils [Sohel Rana et les autres propriétaires, ndlr] ont discuté et décidé de garder l’atelier ouvert. Ils ont envoyé les ouvriers à la mort de sang-froid. »

 

41 personnes inculpées

 

41 personnes au total, parmi lesquelles figurent sept autres propriétaires d’ateliers situés dans le bâtiment ainsi que douze ingénieurs du gouvernement, ont été inculpé pour meurtre.

Sohel Rana et 17 autres personnes sont également poursuivies pour violation du code de la construction pour avoir illégalement surélevé l’édifice de six étages, conçu à l’origine pour abriter un centre commercial, et l’avoir transformé en un complexe industriel de neuf étages abritant cinq ateliers de confection.

L’effondrement du Rana Plaza avait permis de mettre la pression sur les marques occidentales pour lesquelles travaillaient les victimes.

Concepcion Alvarez
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Drame du Rana Plaza : le propriétaire poursuivi pour meurtre

Écroué quelques jours après l’effondrement de l'immeuble du Rana Plaza en avril 2013, son propriétaire, Mohammad Sohel Rana, vient d’être inculpé de meurtre, aux côtés d'une quarantaine d'autres personnes. Tous risquent la peine de mort en cas de condamnation. Le procès aura lieu cet été.

Drame du Rana Plaza : deux ans plus tard, où en est-on ?

Il y a deux ans jour pour jour, près de Dacca, au Bangladesh, l’immeuble du Rana Plaza s’effondrait, causant la mort de 1 138 personnes qui y travaillaient, et en blessant près de 2 000 autres. Cet immeuble, qui n’était pas aux normes de sécurité, abritait plusieurs usines textiles...

Projet de loi sur le devoir de vigilance des entreprises : deuxième round

Rejetée dans une première version fin janvier, l’inscription du devoir de vigilance des sociétés mères vis-à-vis de leurs filiales et sous-traitants revient chez les parlementaires par le biais d’un nouveau texte déposé par les seuls socialistes. Une version édulcorée mais qui a cette fois...

L’industrie de la mode face aux questions d’éthique

Deux ans après le drame du Rana Plaza, l’industrie textile n’a toujours pas réglé son problème de sous-traitance. Sciences Po et l’Atelier de couture, une petite marque de mode éthique, viennent de publier une étude sur "l’industrie de la mode face aux questions éthiques". Pendant une...

Loi sur le devoir de vigilance des multinationales : quel avenir pour le texte ?

La proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères vis-à-vis de leurs filiales et sous-traitants a été renvoyée en commission, jeudi 29 janvier, lors de son examen en séance publique à l’Assemblée nationale. La coalition des quatre groupes parlementaires qui avaient chacun...

La proposition de loi sur le devoir de vigilance des multinationales rejetée en commission des lois

Portée par 4 groupes de la majorité, plusieurs syndicats et des organisations non gouvernementales (ONG), la proposition de loi visant à élargir la responsabilité des sociétés mères sur leurs filiales et leurs sous-traitants à l’étranger a finalement été rejetée. Les membres de la...

Allemagne : ONG, syndicalistes et industriels rejettent en bloc le nouveau label "textile équitable"

Le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) veut introduire un nouveau label textile. Gerd Müller, un conservateur bavarois, cherche à réunir les représentants de l’industrie, des syndicats et des organisations non gouvernementales (ONG) à une table ronde....

Mode : fausses étiquettes, véritable prise de conscience

Depuis une semaine, les soldes battent leur plein en France. Mais en Irlande, c’est une autre actualité qui secoue l’univers de la mode à bas prix. Des consommatrices ont retrouvé des étiquettes évoquant les conditions de travail dégradantes des ouvriers du textile sur des robes ou des...

Plainte contre Auchan : changer le droit sur la responsabilité des multinationales

Sherpa, Peuples Solidaires et le Collectif sur l’étiquette ont porté plainte contre le groupe Auchan pour publicité mensongère. Ces 3 associations l’accusent d’induire les consommateurs en erreur  en affichant une identité de "discounter responsable" alors que des étiquettes de sa marque...

Rana Plaza : les responsabilités juridiques restent à déterminer

Un an après l’effondrement de l’usine textile bangladaise qui a fait plus de 1130 morts et 2000 blessés, des associations tentent de traduire devant la justice les responsables de la catastrophe.

Le drame du Rana Plaza a réveillé la conscience syndicale au Bangladesh

Au Bangladesh, l’industrie textile fait vivre 4 millions de personnes. Les trois-quarts d’entre elles sont des femmes. Cette main d’œuvre, qui reste la moins chère de la région, est jusqu’à présent restée docile. Mais le drame du Rana Plaza a insufflé un vent de revendication, notamment...

Rana Plaza : qui va payer ?

C’est désormais sur la question des indemnisations que se concentre toute l’attention des acteurs de ce dossier. Un an après le drame, la grande majorité des 3600 victimes ou leurs familles n’ont toujours pas perçu de compensation financière de la part des marques. Une quinzaine seulement,...

SOCIAL

Sous-traitance

La chaîne de sous-traitance s’est considérablement étendue et complexifiée. Les conditions de travail dans les usines du monde en contradiction avec les codes de bonne conduite affichés par les grandes marques de distribution donneuses d’ordre, sont dénoncées par les ONG.

Retards de paiement des entreprises : 17,2 millions d'euros d'amendes infligés en France en 2018

Quelque 263 entreprises ont été sanctionnées en 2018 pour un montant de 17,2 millions d'euros pour des retards de paiement de leurs fournisseurs et sous-traitants, a annoncé dans un communiqué la secrétaire d'Etat à l'Économie Agnès Pannier-Runacher.

Entreprises, en 2019, musclez votre plan de vigilance !

En 2018, les grandes entreprises ont dû répondre à la loi sur le devoir de vigilance, que beaucoup d’entre elles avaient vivement combattu, en publiant leur plan d’action. En 2019, elles vont devoir mettre les bouchées doubles tant les premiers documents sont scrutés par les parties prenantes. ONG,...

Tesla en crise : les fournisseurs s’inquiètent de ne pas être payés

Tesla ne sort pas la tête de l'eau. Alors que son action a chuté de 20 % en Bourse après un tweet du patron Elon Musk, les fournisseurs s'inquiètent. Selon une enquête du Wall Street journal, Tesla a demandé à plusieurs d'entre eux de baisser drastiquement leur prix et tarde à les payer. Travailler...

[Ces Startups qui changent le monde] Provenance met la blockchain au service de la traçabilité alimentaire

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startup voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’éco-conception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...