Publié le 26 juin 2020

SOCIAL

Automatisation, repli, coût... l'appel à la relocalisation confronté à d'importantes limites

Le Covid-19 a mis un coup de projecteur sur les défaillances des chaînes d'approvisionnement mondialisées dans des secteurs essentiels comme la santé. Emmanuel Macron a appelé à "rebâtir une souveraineté stratégique" en relocalisant certaines activités. Mais cet appel se heurte à de multiples freins comme un coût de production plus élevé en France, la crainte de l'automatisation ou encore celle du repli voire du protectionnisme. 

Relocalisation sante sanofi macron Laurent Cipriani POOL AFP
Emmanuel Macron, en visite chez Sanofi, a annoncé qu'une partie de la production de médicaments et de vaccins allait être relocalisée en France.
Laurent Cipriani / POOL / AFP

C’est le nouveau credo d’Emmanuel Macron. Depuis la crise sanitaire, qui a mis en lumière la grande dépendance de l’Hexagone à la Chine notamment pour la production de masques, de médicaments ou de respirateurs, le Président de la République veut "rebâtir une souveraineté stratégique" en "produisant davantage en France". Cette quête a déjà commencé avec le paracétamol. Le gouvernement veut que, d’ici trois ans, la France "produise", "conditionne" et "distribue" ce médicament, le plus vendu dans l’Hexagone. L’enjeu, pour le chef de l’État est de mettre fin à des chaînes d’approvisionnements trop vulnérables sur des produits essentiels. Mais pour certains spécialistes, la relocalisation, tant prônée pendant la pandémie, n’est pas la panacée. 

"Je pense que la relocalisation est une fausse bonne idée", explique la lauréate du Prix du meilleur jeune économiste, Isabelle Méjean dans Le Monde. "Le problème de la fragmentation des chaînes de production ne provient pas de la distance géographique, mais du niveau de concentration. Relocaliser la production de gants chirurgicaux de Malaisie en Slovaquie ne résoudra pas mécaniquement le problème qui nous concerne aujourd’hui", estime la spécialiste. Comme Isabelle Méjean, l’assureur-crédit Coface appelle plutôt à "diversifier" les fournisseurs, dans une note publiée fin mai.

Une relocalisation sans création d'emplois

Au-delà de la faisabilité d’une souveraineté alimentaire, numérique, sanitaire..., c’est aussi la question du coût de production qui pose problème. Une étude réalisée par AgileBuyer note que, depuis le Covid-19, un quart des entreprises françaises envisagent de relocaliser une partie de leurs achats alors qu’elles étaient 16 % au début de l’année 2020. Mais le prix du Made in France reste un frein considérable car si les entreprises se sont massivement tournées vers les pays asiatiques pour le textile ou l’automobile, c’est que les coûts y sont plus bas. Une des solutions serait donc de miser sur l’automatisation et la robotisation pour réduire les coûts de main-d’œuvre. C’est d’ailleurs ce qu’entend le Président de la République quand il évoque le développement d’usines 4.0.

Déjà lorsqu’il était ministre de l’Économie, Emmanuel Macron évoquait la réindustrialisation de la France à travers une usine du futur. "Elle permettra de rattraper le retard productif de l’industrie française et d’effacer la bataille perdue de la robotisation dans les années 90", expliquait-il alors au magazine Challenges. Or,"les activités relocalisées ne créeront pas nécessairement beaucoup d’emplois pour les personnes moins bien qualifiées car la production deviendra plus automatisée, numérique, intelligente et à haute densité de technologie", écrit l’OCDE dans une note. Un choix risqué politiquement et économiquement alors que la crise sanitaire a largement pesé sur l'emploi hexagonal. 

La crainte du repli

Relocaliser aurait cependant l'avantage de réduire l’empreinte carbone des industriels grâce à un moindre recours au transport de marchandises. L’environnement est d’ailleurs un des principaux points de motivations pour les entreprises souhaitant relocaliser leur production. Mais une relocalisation envisagée comme un repli n'est pas forcément le meilleur remède au réchauffement climatique, soulignent des experts. 

"Face au défi principal du changement climatique, nous avons besoin d’une mondialisation politique, d’enceintes de négociation pour créer une capacité d’action collective concertée. Un repli de chacun sur son territoire ne permettra pas de mieux gérer les biens communs", avance Thierry Weil, professeur au centre d’économie industrielle de Mines Paris Tech dans une note publiée sur le think tank La Fabrique de l’industrie. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Sous-traitance

La chaîne de sous-traitance s’est considérablement étendue et complexifiée. Les conditions de travail dans les usines du monde en contradiction avec les codes de bonne conduite affichés par les grandes marques de distribution donneuses d’ordre, sont dénoncées par les ONG.

Relocalisation sante sanofi macron Laurent Cipriani POOL AFP

Automatisation, repli, coût... l'appel à la relocalisation confronté à d'importantes limites

Le Covid-19 a mis un coup de projecteur sur les défaillances des chaînes d'approvisionnement mondialisées dans des secteurs essentiels comme la santé. Emmanuel Macron a appelé à "rebâtir une souveraineté stratégique" en relocalisant certaines activités. Mais cet appel se heurte à de multiples freins...

Cenre d appel Teleperformance Medellin Colombie capture d ecran Vimeo

Téléperformance entre au CAC40 mais reste controversé sur le devoir de vigilance

Ce 19 juin, Téléperformance va intégrer le cercle fermé du CAC40 à la place de Sodexo. Si l’arrivée du géant français des centres d’appel n’est pas une surprise. Cette entreprise relativement discrète va maintenant être scrutée de près. Alors qu'elle a été mise en demeure l’an dernier sur son devoir...

Coronavirus Venis Italie AndreaPattaro AFP

Le Coronavirus se répand au Moyen-Orient, en Asie du sud-est et en Europe

Malgré les mesures de confinement prises en Chine suite à l’épidémie de Coronavirus, les malades se multiplient à travers le monde. Désormais, on trouve des sources significatives de contagion au Moyen-Orient, dans le sud est asiatique et en Europe. Sur ce dernier continent, c'est l'Italie qui est...

Container port marchandise Chine Shangai iStock pat138241

Impact économique du Coronavirus : Bercy annonce des mesures pour aider les entreprises

À ce stade de l’épidémie, le Coronavirus pourrait coûter 0,1 point de croissance à l’économie française en 2020, estime Bercy. Pour aider les secteurs en premières lignes (automobile, luxe, tourisme, vin), le ministère de l’Economie a annoncé plusieurs mesures, ce 21 février, sur les charges...