Publié le 04 juin 2008

SOCIAL

Stress : des diagnostics à géométrie variable

Baromètres, audits, observatoires du stress... Derrière ces dénominations variées, une même préoccupation des entreprises : photographier l'état de santé psychique de leurs salariés. La demande ne cesse de croître, mais la pertinence de ces outils d'évaluation reste sujette à caution.

116094_GF.jpg

Il y a dix ans, Renault était sous les feux des projecteurs : c'était l'une des premières entreprises à se doter d'un observatoire du stress : l'Omsad (Observatoire médical du stress, de l'anxiété et de la dépression) mis sur pied avec l'Institut français d'action sur le stress (Ifas). La voilà aujourd'hui sur la sellette : ébranlée par des suicides en série sur son site de Guyancourt (Yvelines), menacée par l'Inspection du travail de « harcèlement moral institutionnel. » Au cours de la décennie, les clignotants de l'Omsad sont pourtant passés au vert : 25% de salariés stressés en 2002, 19% cinq ans plus tard. « L'observatoire ne nous a pas permis de tirer la sonnette d'alarme », convient- on à la Direction du Technocentre de Guyancourt, qui vient de demander à l'Ifas de revoir sa copie. Second choc, début 2008. L'étude du cabinet Technologia lancée à la demande du CHSCT, révèle une réalité bien plus accablante : 31% des individus sont en situation de « travail tendu », ce qui les expose à une forte probabilité de développer des troubles psychosociaux et cardiovasculaires. Explication : « La méthode Omsad privilégie l'approche individuelle et psychologique ; celle de Technologia mesure le niveau de risque en lien direct avec l'environnement et les conditions de travail », résume le sociologue Valéry Duflot, chef du service prévention des risques psychosociaux à Technologia.
Mais alors, à quel saint de la statistique se vouer ? Sur quels critères évaluer le stress ? A défaut de prédire les drames humains, ces outils doivent-ils jouer un rôle de prévention ? Ces questions suscitent la polémique. Et on assiste à une véritable querelle d'experts, chacun brandissant l'étendard de la rigueur scientifique pour justifier la pertinence de sa méthode.

La course aux indicateurs de stress est lancée

« Depuis la loi de modernisation sociale de 2002 et la vague de suicides, la demande augmente régulièrement », constate Laurence Saunder, directrice générale de l'Ifas, qui a déjà équipé une centaine d'entreprises en outils d'évaluation du stress. Dans le sillage des pionniers (Renault, La Poste, PSA Peugeot-Citroën, ou l'ANPE, en 2004), de plus en plus d'entreprises cherchent leur réassurance dans les chiffres. Non par philanthropie : les employeurs ont l'obligation légale d'assurer la protection physique et mentale de leurs salariés. Certaines initiatives ont démarré sur le terrain syndical, comme en 2004, sur le site PSA Peugeot-Citröen de Mulhouse où une enquête alarmante sur le stress, lancée par la CFE-CGC, avait été présentée à la Direction.
Après cinq suicides, celle-ci a réalisé son propre audit, fin 2007, piloté par le cabinet Stimulus. Résultat : 19,% des salariés en « hyper-stress », une moyenne jugée rassurante car en deçà de celle de l'Agence européenne de sécurité et de santé au travail qui fixe à 28% la proportion des salariés présentant un niveau de stress trop élevé. Pour prendre le pouls de ses salariés, chaque entreprise a sa méthode. Ainsi, EDF, elle-même ébranlée par plusieurs suicides, s'est dotée d'un « Observatoire de la qualité de vie au travail », avec une approche plus qualitative que celle de l'Ifas qu'elle a d'ailleurs repoussée, en raison d'un « risque d'instrumentation de l'outil », rapporte un médecin du travail d'EDF.

Des outils à manier avec précaution

Au-delà du réflexe moutonnier, les entreprises qui veulent se doter d'indicateurs de stress doivent d'abord se poser les bonnes questions. Pour Yves Lafargue, directeur de l'Observatoire des conditions de travail et de l'ergostressie (Obergo), "ces outils visent en général à déterminer si les salariés sont stressés ou pas. Ce n'est pas le débat ! Il faut se demander pourquoi ils le sont.» Comment ? En recherchant les sources profondes du stress : le respect des délais, la charge de travail, les relations clients, le manque de reconnaissance hiérarchique... « Or, tous ces éléments sont rarement évalués car les entreprises craignent que cela les oblige à remettre en cause la stratégie et les conditions de travail, » déplore-t-il. Deuxième précaution : il faut s'interroger sur l'approche : individuelle ou collective ? « L'approche psychologique, centrée sur le stress des salariés les responsabilise, voire les auto-culpabilise », juge le directeur de l'Obergo. Et les stages pour apprendre à résister au stress, ce n'est pas la solution miracle... Troisième précaution : savoir lire entre les chiffres. « Un faible taux de stress peut révéler une crainte des salariés à exprimer leur mal-être », prévient le médecin du travail Pierre Matheron, intervenant en prévention des risques professionnels. Hypothèse confirmée chez Renault : « Beaucoup de salariés n'ont pas osé se confier aux acteurs médico-sociaux de peur d'être épinglés », témoigne Christophe Delaine, délégué syndical Sud. L'Omsad n'a donc pas détecté la vraie souffrance, ni joué son rôle de prévention. ». Même ressenti à PSA Sochaux : « Les cadres de notre entreprise ont un sentiment plus fort en terme de ressenti de stress que le stress lui-même mesuré par l'audit », rapporte Jean-Paul Even, délégué syndical CFDT. Qu'elle que soit l'approche, il ne faut pas s'en tenir à une photographie du stress. A PSA , la réflexion sur le collectif de travail est lancée. Le but : améliorer la communication, l'ambiance et les relations hiérarchiques. « L'audit a levé un sujet tabou, admet Jean-Paul Even. Mais si des mesures ne sont pas concrétisées, nous dénoncerons un faux traitement du problème. » Partout, les diagnostics de stress ont en tous cas un intérêt : ils lancent le débat et poussent à l'action tous les acteurs des entreprises.

Marie-José Gava
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Risques psychosociaux

Le stress au travail, l’organisation des entreprises et la prégnance d’objectifs de performance créent un environnement difficile pour beaucoup de salariés, cadres ou non. C’est ce qu’on appelle les risques psycho-sociaux. Ils génèrent de nouvelles pathologies come le burn-out et commencent à faire l’objet de campagne de prévention.

Non, le burn out n’est toujours pas reconnu comme maladie professionnelle par l’OMS

Malgré ce qui a été dit, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas reconnu le burn out comme maladie professionnelle mais elle le considère désormais comme un "phénomène lié au travail". Sa reconnaissance pourrait pourtant alléger le parcours des victimes. Surtout, sa prise en charge...

[Le chiffre] 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage chaque année en France

C’est un problème de santé publique majeur mais qui est complètement passé sous les radars. Chaque année, 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage en France. Maladies chroniques, pathologies cardiovasculaires, anxiété, dépression, suicide, addictions renforcées par le manque d’estime de soi,...

Le burn-out ne doit pas forcément être reconnu en maladie professionnelle

En cette journée du 1er Mai, les dossiers s'empilent sur le volet social. Un mal-être professionnel croissant fait jour à la SNCF, chez Air France, dans les hôpitaux, les Ehpad… Malgré cela, les maladies psychiques liées à l’épuisement du travail sont aujourd’hui très difficiles à faire reconnaître...

Dopage au travail : les entreprises sortent enfin du déni

Amphétamines, cocktails caféinés, cocaïne... Pour des raisons personnelles ou pour rester performants, certains salariés consomment des substances illicites. Les entreprises sortent enfin du déni et commencent à mettre en place des actions de prévention et d’accompagnement.