Publié le 15 décembre 2011

SOCIAL

Les enquêtes sur les conditions de travail sont-elles fiables ?

Tenues de prévenir les risques psychosociaux et de protéger la santé physique et mentale de leurs salariés, les entreprises multiplient les enquêtes visant à évaluer quantitativement une donnée qualitative : la qualité de vie au travail. Avec les limites de l'exercice.

136063_GF.jpg

« Les questionnaires sur les conditions de travail ? C'est devenu un vrai marché ! », constate Paul Bouaziz, avocat spécialiste en droit social à Paris. Audits, baromètres, audits, observatoires du stress... Pour faire face à la demande croissante des entreprises, obnubilées par la mesure du bien-être (ou du mal-être) de leurs salariés, les cabinets de conseil ne manquent pas d'outils. Pas facile de faire le tri ! Parmi les plus récents : Vigie@work propose notamment de sonder « le moral des collaborateurs et de repérer les zones de risques », au moyen d'une batterie d'indicateurs. Toujours plus sophistiqués : l'IBET et le TMET. Traduisez : Indice du Bien-être au Travail et Taux de Mal-être au Travail. « A l'inverse des sondages et baromètres basés sur des questionnaires subjectifs exprimant le ressenti des salariés, l'IBET et le TMET sont calculés à partir de trois taux objectifs: l'absentéisme lié au désengagement, les accidents du travail et maladies professionnelles et le turnover forcé », explique le concepteur de l'outil, Victor Waknine, directeur du cabinet Mozart Consulting. L'entreprise affiche un IBET supérieur à 0,85 ? Pas d'inquiétude. En deçà, elle est dans le rouge...

A quel saint de la statistique se vouer ?

La fièvre de l'évaluation gagne les entreprises, mais il faut dire que le contexte les y pousse. En début d'année, le rapport Gollac remis au ministre du Travail a donné un coup d'accélérateur à la prévention des risques psychosociaux. L'objectif: disposer d'un système de suivi statistique avec une série de 40 indicateurs clés. Côté responsabilité juridique, la pression s'accentue aussi. La récente jurisprudence n'est pas tendre avec les employeurs, acculés à garantir la protection de la santé physique et mentale de leurs salariés. Dans ce contexte, pas étonnant que les employeurs cherchent dans les chiffres un peu de réassurance...

Mais quel est l'intérêt de mesurer le bien-être (ou le mal-être) au travail ? Avec quels outils et comment être sûr de leur fiabilité ? Pour Loup Wolff, sociologue et statisticien au CREST (Centre de recherche en économie et statistique) qui intervient comme expert dans les enquêtes du cabinet Technologia, les questionnaires ont une utilité essentielle : « Permettre aux salariés de s'exprimer sur les conditions de travail est souvent perçu par ceux-ci comme un premier pas vers l'amélioration des conditions de travail. Pour les entreprises, ces enquêtes leur donnent un retour du terrain et les oblige parfois à bousculer leurs certitudes », constate-t-il. Les avocats y trouvent eux aussi leur compte : « Nous préconisons souvent aux CHSCT de mandater un cabinet agréé pour réaliser une mission d'expertise sur les conditions de travail car c'est une photographie indispensable devant les juges », explique Maître Paul Bouaziz.

Les limites des questionnaires

Une photographie du climat de l'entreprise est une bonne démarche en soi. Mais il faut tenir compte de l'angle de prise de vue. Le cliché ne sera pas forcément le même s'il est commandité par la Direction ou par le Comité d'hygiène pour l'amélioration des conditions de travail (CHSCT). Par ailleurs, pour Victor Waknine, il ne faut pas se tromper d'objectif :« Les questionnaires ne font que donner un éclairage du ressenti des salariés. Au préalable, l'entreprise doit donc se focaliser sur l'analyse de ses données objectives, comme l'absentéisme, les accidents du travail, les maladies professionnelles et le turnover », conseille le directeur de Mozart Consulting.

L'autre problème des questionnaires est lié à la construction des questions qui peuvent influencer les réponses, admet Loup Wolff. Il l'a constaté récemment dans une enquête. L'une des questions était : « Est-ce que votre travail, n'importe qui pourrait le faire ? ». Au travers de cette formulation, les concepteurs du questionnaire voulaient mesurer les travaux non qualifiés. En fait, cette question a été interprétée différemment par les répondants (du personnel de ménage et d'entretien). Ceux-ci avaient compris que la question se référait à la "saleté" de leur métier. Avant de lancer un questionnaire sur les conditions de travail, les directions ont donc intérêt à s'assurer qu'il y a bien un statisticien dans l'équipe !

Pour certains, le problème de la fiabilité des questionnaires dépasse ces aspects. « Il n'existe pas de questionnaire neutre, d'un cabinet à l'autre, il existe des différences d'appréciation et de méthodes qui peuvent modifier la vision de l'entreprise », tranche Bernard Salengro, médecin du travail à la CFE-CGC, qui édite un baromètre du stress, construit « sur-mesure », précise-t-il, « en veillant à mixer les paramètres et les outils ». Mieux vaut donc ne pas s'en remettre aveuglément aux chiffres. Comme dans ce centre d'appel de 150 salariés dont la direction a récemment confié au cabinet Bien@work un audit sur la qualité de vie au travail. Compte tenu de cette croyance, Dominique Gutton, directeur associé du cabinet, a préféré lui préconiser une série d'entretiens auprès des salariés, tout aussi efficaces dans le cas de cette organisation. A la clé, 30% d'économies. Si la statistique peut être un puissant facteur de décryptage de la vie d'une entreprise, ce n'est donc pas la panacée. « C'est une erreur de croire que les indicateurs peuvent rendre compte des difficultés réelles du terrain et orienter l'action, assure Philippe Davezies, enseignant-chercheur en médecine du travail à l'université de Lyon 1. Au-delà des chiffres, il y a le terrain et la nécessité de créer de véritables espaces de discussion. »

Marie-José Gava
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Risques psychosociaux

Le stress au travail, l’organisation des entreprises et la prégnance d’objectifs de performance créent un environnement difficile pour beaucoup de salariés, cadres ou non. C’est ce qu’on appelle les risques psycho-sociaux. Ils génèrent de nouvelles pathologies come le burn-out et commencent à faire l’objet de campagne de prévention.

Non, le burn out n’est toujours pas reconnu comme maladie professionnelle par l’OMS

Malgré ce qui a été dit, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas reconnu le burn out comme maladie professionnelle mais elle le considère désormais comme un "phénomène lié au travail". Sa reconnaissance pourrait pourtant alléger le parcours des victimes. Surtout, sa prise en charge...

[Le chiffre] 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage chaque année en France

C’est un problème de santé publique majeur mais qui est complètement passé sous les radars. Chaque année, 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage en France. Maladies chroniques, pathologies cardiovasculaires, anxiété, dépression, suicide, addictions renforcées par le manque d’estime de soi,...

Le burn-out ne doit pas forcément être reconnu en maladie professionnelle

En cette journée du 1er Mai, les dossiers s'empilent sur le volet social. Un mal-être professionnel croissant fait jour à la SNCF, chez Air France, dans les hôpitaux, les Ehpad… Malgré cela, les maladies psychiques liées à l’épuisement du travail sont aujourd’hui très difficiles à faire reconnaître...

Dopage au travail : les entreprises sortent enfin du déni

Amphétamines, cocktails caféinés, cocaïne... Pour des raisons personnelles ou pour rester performants, certains salariés consomment des substances illicites. Les entreprises sortent enfin du déni et commencent à mettre en place des actions de prévention et d’accompagnement.