Publié le 17 juillet 2012

SOCIAL

La nature au secours du bien-être au travail

C'est scientifiquement prouvé : la nature est le lieu idéal pour évacuer le stress, mieux communiquer et se ressourcer. Pour stimuler la cohésion d'équipe et prévenir les risques psychosociaux, des entreprises emmènent leurs salariés au vert, d'autres accueillent des abeilles sur leur toit... Une approche innovante en matière de responsabilité sociale.

137578_GF.jpg
« Beefun » sur les toits du groupe CDC

Avis d'expert

Nicolas Guéguen, chercheur en sciences du comportement et professeur à l'université de Bretagne-Sud, auteur de « Quand la nature nous fait du bien » (Dunod)
« La prise en compte de la nature dans les ressources humaines va devenir une tendance de fond d'ici les prochaines années. Aux Etats-Unis, elle est déjà significative et cautionnée au plan scientifique En France, le mouvement s'amorce peu à peu dans les entreprises, même si les esprits cartésiens ont encore tendance à penser - à tort - que la nature a peu d'influence sur la performance. Toujours est-il que les organisations qui prennent d'ores et déjà en compte cette dimension environnementale dans leurs valeurs, y compris dans le domaine des RH, sont vraiment à la pointe de la responsabilité sociale. Intégrer la nature dans le management correspond en effet à une quête de sens collectif, à un souci de promouvoir le bien-être au travail. C'est une forme de management écologique qui consiste à respecter et à protéger ses collaborateurs, dans le cadre d'une relation durable. A terme, je suis même convaincu que les candidats au recrutement choisiront les entreprises qui ont le souci de la nature et de l'environnement, y compris au niveau des RH. »

Vendredi 27 avril, 10 h 30. Rendez-vous pour une séance de coaching atypique ... dans un jardin. En plein cœur du parc Montsouris, à Paris, les participants attendent leur accompagnateur, le coach Jean-Luc Chavanis. Isabelle, DRH dans un groupe industriel, Véronique, assistante administrative, Christophe, commercial... Prêts à se mettre au vert pour y voir plus clair... Notre coach plante le décor. Il nous suggère de choisir intuitivement des éléments de la nature - tel arbre, telle fleur, ce lac ou ce buisson - qui évoque le mieux nos préoccupations du moment. En somme, une façon ludique et pudique d'exprimer son ressenti et son stress, sans trop se dévoiler. Au bout de deux heures, les barrières sont tombées, l'ambiance est à la bonne humeur, tout le monde se tutoie.


La démarche semble à première vue saugrenue. En réalité, elle repose sur des bases tout à fait scientifiques. Une étude de l'Université de Washington a prouvé que la nature est l'un des meilleurs anti-stress. En moins de 4 minutes, ses effets sont perceptibles : abaissement de la tension artérielle et du rythme cardiaque, réduction de la crispation musculaire, meilleure concentration. Par ailleurs, des plantes dans des bureaux permettraient de réduire la fatigue des salariés de 20%, de doper leur productivité de 12%, en améliorant la sensation de bien-être (+84%)*. La nature est un aussi un surprenant outil de communication : des chercheurs ont montré que les salariés passaient plus de temps à parler à la machine café lorsqu'il y avait des plantes ! « En facilitant le lâcher prise et le dialogue, la nature est un précieux allié pour gérer des tensions au travail ou fédérer une équipe », confirme le coach Jean-Luc Chavanis, concepteur de la méthode Métanature, à l'origine de la première formation certifiante d'accompagnement « hors les murs », en partenariat avec l'université de Cergy-Pontoise et le Professeur Alain Calender, chercheur en génétique au CHU de Lyon.

Créer du lien

C'est justement pour renforcer la convivialité au travail que ce paysagiste de formation a coaché une quarantaine de salariés de la société Weber (fabrication de barbecues), dans un jardin de Chaumont en Vexin. Une formule de management décalée pour cadres blasés ? Absolument pas. Pour Laurent Hautemanière, directeur exécutif des ventes de la PME, ce choix correspond à la philosophie de l'entreprise, basée sur le respect de l'environnement (par exemple, le fabricant privilégie toujours le transport fluvial à la voie routière, entre Paris et Le Havre). « Notre entreprise affirme sa responsabilité sociale au niveau écologique, il est donc cohérent de partager le même crédo pour le management, car la nature et le bien-être au travail vont de pair », estime-t-il.

La nature au secours des cadres stressés

Thierry Dancourt, P-dg de GLDS (produits de jardinage), a lui aussi proposé à ses salariés, déstabilisés par les aléas du marché, de sortir de leur bureau pour « se lâcher ». Chez Impact Concept (signalétique d'entreprises), une journée de coaching dans un espace vert a permis d'apaiser les tensions au sein du personnel. « Ces pratiques ne relèvent pas du gadget car la nature a un effet sur santé, elle facilite le dialogue et favorise le lien social qui est le meilleur rempart contre le stress et les risques psychosociaux dans les entreprises », assure Nicolas Guéguen, chercheur en sciences du comportement à l'Université de Bretagne-Sud. Gwenaëlle Leminier, directrice commerciale chez Century 21, le confirme. Ses commerciaux sous pression ont joué le jeu du team-building en pleine nature. A la fin de la journée, l'exercice a porté ses fruits : « S'exprimer par des métaphores a permis de se dire des choses de façon moins directe, d'impulser une dynamique et de bâtir ensemble un plan d'actions pour réduire les facteurs de stress », raconte la manager.

Des abeilles pour développer la convivialité

A chacun sa méthode pour développer la convivialité, en lien avec la nature. Chez Orange, Médéric ou à la Caisse des dépôts et consignation (CDC), cette mission a été confiée à... des abeilles ! A la CDC, une dizaine de collaborateurs a eu l'idée, dès 2010, de lancer le projet « Bee Fun », avec le soutien du Groupement d'Apiculteurs de Bréviande Intercommunal (GABI) et de la Banque du Miel. Aujourd'hui, 200 000 abeilles s'activent ainsi à la production de miel sur le toit du siège social, en plein cœur de Paris. Une bonne façon de renforcer les liens entre les collaborateurs, tout en les sensibilisant aux enjeux de la biodiversité. Plus récemment, chez Orange, le projet « Let it Bee » s'est concrétisé par l'installation de 60 ruches sur le toit d'une vingtaine d'immeubles en France. « Cette action fédère déjà plus de 250 passionnés d'apiculture, qui échangent sur notre réseau social interne », se réjouit Marc Fossier, directeur de la RSE. Dès les premières récoltes, le miel « maison » sera distribué aux salariés ou donné à des associations caritatives. L'expérience paraît anecdotique ? Rappelons-nous que, même dans le monde de l'entreprise, « le plus grand arbre naît toujours d'une petite graine », disait Lao-Tseu !


*Etudes de la faculté d'agronomie d'Oslo et de l'association « Canadian horticultural therapy.
« Ces jardins qui nous aident », Jean-Luc Chavanis (Le Courrier du Livre)

M.J. Gava
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Risques psychosociaux

Le stress au travail, l’organisation des entreprises et la prégnance d’objectifs de performance créent un environnement difficile pour beaucoup de salariés, cadres ou non. C’est ce qu’on appelle les risques psycho-sociaux. Ils génèrent de nouvelles pathologies come le burn-out et commencent à faire l’objet de campagne de prévention.

Non, le burn out n’est toujours pas reconnu comme maladie professionnelle par l’OMS

Malgré ce qui a été dit, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas reconnu le burn out comme maladie professionnelle mais elle le considère désormais comme un "phénomène lié au travail". Sa reconnaissance pourrait pourtant alléger le parcours des victimes. Surtout, sa prise en charge...

[Le chiffre] 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage chaque année en France

C’est un problème de santé publique majeur mais qui est complètement passé sous les radars. Chaque année, 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage en France. Maladies chroniques, pathologies cardiovasculaires, anxiété, dépression, suicide, addictions renforcées par le manque d’estime de soi,...

Le burn-out ne doit pas forcément être reconnu en maladie professionnelle

En cette journée du 1er Mai, les dossiers s'empilent sur le volet social. Un mal-être professionnel croissant fait jour à la SNCF, chez Air France, dans les hôpitaux, les Ehpad… Malgré cela, les maladies psychiques liées à l’épuisement du travail sont aujourd’hui très difficiles à faire reconnaître...

Dopage au travail : les entreprises sortent enfin du déni

Amphétamines, cocktails caféinés, cocaïne... Pour des raisons personnelles ou pour rester performants, certains salariés consomment des substances illicites. Les entreprises sortent enfin du déni et commencent à mettre en place des actions de prévention et d’accompagnement.