Publié le 12 janvier 2015

SOCIAL

L’activité physique en entreprise, un outil efficace de bien-être au travail

Quel rapport peut-il y avoir entre la Responsabilité sociale des entreprises(RSE) et le sport ? En quoi l’activité physique peut-elle servir la politique de ressources humaines des entreprises ? Santé, amélioration du bien-être au travail, baisse de l’absentéisme et du présentéisme : les bienfaits sont nombreux. Notamment celui de remettre l’homme au cœur des préoccupations.

Photo d'illustration
© Alstom

Comme souvent, ce sont les pays nordiques qui nous donnent le tempo en matière de responsabilité sociale. En Scandinavie, les services RH ont commencé à s’intéresser aux bienfaits de l’exercice physique dans le cadre d’une activité professionnelle il y a une quinzaine d’années. " L’activité physique devient un thème de plus en plus perçu comme important par les entreprises françaises. La voie du sport santé (par opposition au sport compétition NDLR) est un outil complémentaire des entreprises dans le cadre de la RSE ", explique Didier Besseyre, président de la Fédération française du sport d’entreprise (FSSE).

En pratique, l’apport du sport au bureau a tout bon. En matière de santé, d’abord, d’un point de vue global, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) explique la pratique d’une activité physique (sport, mais aussi déplacements à pied ou à vélo…) permet aux adultes âgés de 18 à 64 ans " d’améliorer leur endurance cardio-respiratoire, leur état musculaire et osseux et de réduire le risque de maladies non transmissibles et de dépression ".

En matière de lutte contre l’obésité, le rôle de l’activité physique ajouté à une meilleure alimentation n’est plus à démontrer. " Dans l’entreprise, nous passons plus de la moitié de notre temps de vie, et y dépensons 30 à 50% de notre dépense d’énergie quotidienne, explique Thibaut Deschamps, secrétaire général de l’Institut des rencontres de la forme. Amener les collaborateurs à une meilleure forme physique répond à deux prismes de la RSE: la promotion d’un mode de déplacement plus actif, donc plus écologique, et la remise de l’homme au cœur des préoccupations. C’est un engagement social et sociétal. "

 

Un garrot contre les risques psychosociaux

 

A l’heure où de nombreux cadres sont confrontés au risque de burn-out, la mise en place d’activités physiques dans la journée de travail apporte un premier élément de prévention. " On s’est récemment souvenu que beaucoup de personnes se servent du sport pour se vider la tête. Les entreprises ont redonné de l’importance à cette dimension psychologique du sport, d’autant qu’elle permet une prise en compte plus globale des salariés ", ajoute Didier Besseyre, de la FSSE.

Parmi les études réalisées sur l’apport de l’activité physique en entreprise, le rapport préparatoire de la commission Prévention, Sport et Santé, réalisé en 2008, indique qu’" éliminer un seul des facteurs de risque à la santé diminue l’absentéisme de 2% (…). Plusieurs études ont montré l’efficacité sur cette question de l’activité physique ou sportive" .

Et Didier Besseyre précise: "L’activité physique joue aussi sur le présentéisme ! Le lien est mis en évidence par plusieurs études nord-américaines. " Mise en place de dispositifs pour favoriser l’exercice Mise à disposition d’une salle de sport, intervention de coaches sportifs, accompagnement individuel… Les dispositifs sont multiples et flexibles en fonction des souhaits des salariés, du secteur ou de la taille de l’entreprise. Mais la première étape indispensable, remarque Didier Besseyre, c’est " la mise en place de deux douches au minimum ".

 

Multiplier les initiatives

 

Valérie Busson, directrice de la communication de Lesieur, expliquait lors du dernier Forum de la mixité que l’entreprise avait mis en place l’outil " diagnoform " élaboré par l’Institut des rencontres de la forme. Celui-ci comprend des tests simples pour évaluer sa forme et donner envie à chacun de trouver son sport idéal.

Autre initiative récente: Le Syndicat national des moniteurs de ski et la Fédération française du sport d’entreprise viennent de s’associer pour proposer aux entreprises présentes en montagne de fournir des produits sportifs spécifiques et permettre au plus grand nombre de salariés d’accéder plus facilement aux sports d’hiver.

Céline Oziel
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Risques psychosociaux

Le stress au travail, l’organisation des entreprises et la prégnance d’objectifs de performance créent un environnement difficile pour beaucoup de salariés, cadres ou non. C’est ce qu’on appelle les risques psycho-sociaux. Ils génèrent de nouvelles pathologies come le burn-out et commencent à faire l’objet de campagne de prévention.

G stockstudio istock psychologue

Alors que le Covid pèse sur la santé mentale des Français, la Cour des comptes pousse à un remboursement des psychologues

La Cour des comptes préconise dans un nouveau rapport le remboursement des psychologues libéraux par l'Assurance maladie. C'est le médecin traitant qui fera l'effet de "filtre". Cette mesure permettra de désengorger les Centres médico-psychologiques et pourrait répondre à la détresse psychologique...

Castex Veran LUDOVIC MARIN AFP POOL

Covid-19 : la troisième vague de la santé mentale, ce frein invisible à la reprise

C'est une crise qui a grandi dans l'ombre de la pandémie et de la récession économique. La santé mentale des Français, jusqu'ici peu prise en compte, s'est considérablement dégradée ces derniers mois. Le nombre de personnes en états dépressifs a augmenté, tout comme les arrêts maladie longue durée....

Non, le burn out n’est toujours pas reconnu comme maladie professionnelle par l’OMS

Malgré ce qui a été dit, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas reconnu le burn out comme maladie professionnelle mais elle le considère désormais comme un "phénomène lié au travail". Sa reconnaissance pourrait pourtant alléger le parcours des victimes. Surtout, sa prise en charge...

[Le chiffre] 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage chaque année en France

C’est un problème de santé publique majeur mais qui est complètement passé sous les radars. Chaque année, 10 000 à 14 000 décès sont imputables au chômage en France. Maladies chroniques, pathologies cardiovasculaires, anxiété, dépression, suicide, addictions renforcées par le manque d’estime de soi,...