Publié le 22 mai 2013

SOCIAL

Les encours de la finance solidaire dépassent le milliard d'euros

En 2012, l'encours du financement solidaire a pour la première fois dépassé le milliard, a annoncé Finansol lors de la publication de son baromètre annuel. Une forte croissance qui permet entre autres de soutenir des entreprises à vocation sociale et environnementale.

139796_GF.jpg

1,024 milliard d'euro , un chiffre en hausse de 16,5 % : la finance solidaire continue d'afficher une belle croissance. De fait en 2012 les produits d'épargne solidaire atteignent un encours record de 4,71 milliards d'euros ( une augmentation de 32,9% sur un an) . Cette progression est due notamment aux encours de l'épargne salariale, qui a progressé de 50% et s'élève désormais à 2,6 milliards d'euros. Sur les 900 000 Français qui ont souscrit un produit d'épargne solidaire, plus de 3 épargnants solidaires sur 4 le sont via la sélection du fonds solidaire dans leur dispositif d'épargne d'entreprise (PEE, PEI, PERCO et PERCOI), soit plus de 700 000 salariés. Entre 30 000 et 40 000 personnes sont des épargnants solidaires par le biais d'un contrat d'assurance-vie ou d'un OPCVM commercialisé dans les réseaux bancaires et mutualistes et plus de 70 000 épargnants solidaires ont choisi d'investir au capital d'entreprises solidaires.

Nouveau contrat d'assurance-vie solidaire

Sur le marché de l'assurance-vie solidaire, le Crédit agricole vient d'annoncer le 16 mai le lancement d'un nouveau contrat, le Contrat Solidaire qui associe plusieurs domaines de solidarité. 5 % des fonds en euros seront investis dans le FCP Finance et Solidarité d'Amundi, un fonds qui consacre 80 % de ses montants au financement d'entreprises solidaires. Les 20 % restants correspondant à des liquidité et obligations "liées au développement durable". Le fonds du Crédit Agricole comporte également une fonction de partage qui prévoit de reverser 1% des frais sur versements fixes à une association (sur les 2% de frais). Le souscripteur peut choisir de les attribuer à une association faisant partie du programme Tookets (humanitaire, caritatif et social), ou de donner son don à l'association nationale Initiative France (premier réseau associatif pour l'accompagnement et le financement de la création et de la reprise d'entreprises en France, aide notamment les créateurs d'entreprises à avoir accès au crédit bancaire). Les 95 % restants du fonds seont investis de manière conventionnelle (obligations d'Etats ou d'entreprises).

12 000 entreprises soutenues

Dans cette période crise et de grande difficulté de financements pour les entreprises, la finance solidaire a permis de son côté de soutenir plus de 12 000 entreprises en France, permettant la création ou la consolidation de plus de 36 000 emplois. Près de 20 000 d'entre eux concernent des personnes qui rencontrent des difficultés d'accès à l'emploi (création et développement de plus de 10 000 micro- entreprises, notamment dans des zones urbaines en difficulté et/ou par des personnes bénéficiaires de minima sociaux, création ou consolidation de plus de 4 500 postes en insertion). Par ailleurs le secteur a permis de loger l'an passé 4 400 personnes en situation de précarité, qui bénéficient d'un accompagnement social avec pour objectif de retrouver ensuite un logement dans le parc HLM ou privé.
Sur le volet environnemental, les installations de production d'énergie renouvelable (solaire et éolienne) financées en 2012 grâce à l'épargne solidaire ont en effet permis la production de 12,4 MWh/an, ce qui correspond à la consommation électrique annuelle de plus de 4 000 ménages. La finance solidaire a également soutenu le développement d'une agriculture raisonnée et bio (plus de 60 nouvelles exploitations financées).

Enfin le volet international des actions solidaires a concerné en 2012 plus de 20 millions de bénéficiaires dans les pays en développement. Près d'un millier d'Institutions de microfinance dans le monde ont été soutenues, permettant d'octroyer des prêts pour développer des projets locaux.


Une finance solidaire trop « franco-française » ?

Alors qu'au plan européen et international se développe l'Impact Investing, on peut regretter que la Finance solidaire peine à s'inscrire dans ce mouvement international et reste aujourd'hui « franco-française ». L'Impact investing consiste notamment à créer des fonds d'investissements dédiés à des projets à impact sociétal et environnemental positif - investissement dans les énergies renouvelables, les logements, l'éducation, la santé, l'assainissement, etc. C'est le cas par exemple de Suez qui a créé un fonds d'investissement dédié à l'accès à l'énergie pour des populations pauvres, dans les pays émergents ou en développement, avec des projets d'énergies renouvelables. Un moyen d'apporter des financements à des activités à vocation sociale ou environnementale tout en s'assurant de la rentabilité des activités financées.

Le Commissaire européen Michel Barnier a d'ailleurs appelé à « changer d'échelle » en présentant son règlement ( voir notre article L'Europe intronise l'impact investing )pour créer un « fonds d'entrepreneuriat social européen » et favoriser l'investissement dans les entreprises solidaires. Ces fonds dits « EuSEF » qui entreront en vigueur en juillet 2013, représentent un fort potentiel de développement de l'entreprenariat social (11 millions de salariés en Europe) et peuvent convaincre les acteurs de la finance « conventionnelle », qui y voient l'opportunité de créer des emplois tout en apportant des services que les Etats n'ont plus les moyens d'assumer. Quatre grands critères balisent le champ des fonds "EuSEF" : être un investisseur institutionnel avec un ticket d'entrée minimum de 100 000 €, réserver 70 % du montant des investissements à des entreprises sociales (cf. encadré), avoir des gestionnaires domiciliés dans un pays de l'Union et mesurer l'impact social des entreprises financées. Un cadre réglementaire qui offre désormais un support pour rendre visible et crédible l'entreprenariat social et solidaire auprès des investisseurs institutionnels. Ces derniers sont en effet la première cible des gestionnaires d'actifs de l'impact investing qui promeut la notion de double impact social et financier.

Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble des entreprises de toute nature. Celles qui font de l’insertion mais aussi les grandes mutuelles appartiennent à ce secteur qui représente 10 % du PIB et près de 10 % des emplois en France. Il nourrit les politiques d’achats responsables des grands groupes.

La ruche qui dit oui uberisation ESS

Quand l’ubérisation frappe aussi l'économie sociale et solidaire

Quel point commun y a-t-il entre La ruche qui dit oui, qui a popularisé la vente de produits alimentaires en circuit-court, et Uber, le géant californien du VTC ? À l'instar des chauffeurs de la plateforme Uber, les responsables de ruches sont pour la plupart des auto-entrepreneurs rémunérés sur...

Chute emploi ess politiques publiqes secteur associatif

Les politiques publiques ont fait chuter l’emploi dans l’économie sociale et solidaire

Le secteur associatif, qui constitue le gros des effectifs de l'économie sociale et solidaire, a particulièrement souffert des politiques publiques mises en place ces dernières années. En 2017 et 2018, le secteur a supprimé plus de 16 000 emplois. Il est pourtant l'un des moteurs de l'économie quand...

Peches monnaie locale paris DR

Payer ses courses avec des Pêches, c’est possible à Paris !

À l'occasion du mois de l'économie sociale et solidaire (ESS), organisé en novembre, Novethic vous propose de découvrir la Pêche parisienne. Il ne s'agit pas du fruit, mais d'une monnaie locale, lancée d'abord à Montreuil en 2014 et diffusée depuis mai 2018 à d'autres arrondissements et villes de la...

Interrogation questionnement doute raison d etre pixabay

À l'heure de la loi Pacte, l’économie sociale et solidaire a-t-elle encore une raison d’être ?

Le mois de l’économie sociale et solidaire (ESS), organisé chaque année en novembre, célèbre sa douzième édition. Preuve que le secteur a encore besoin de se faire connaître du grand public, des décideurs politiques et des autres acteurs économiques. Alors que l’entreprise classique intègre de plus...