Publié le 30 juillet 2018

SOCIAL

Les coopératives confirment leur essor et créent de l’emploi en France

Les coopératives ont encore du mal à se faire une place dans le paysage économique français, mais elles creusent peu à peu leur sillon. En 2017, elles ont créé 4 000 emplois supplémentaires, et 300 nouvelles entreprises ont vu le jour, le quart d'entre elles en transmission ou reprise d’entreprises par les salariés. Une façon de préserver l’emploi et de dynamiser les territoires. 

300 entreprises coopératives et 4 000 emplois ont été créés entre 2016 et 2017.
@iStock

19 % en cinq ans, c’est la hausse des emplois dans les coopératives, selon le dernier bilan chiffré présenté par la Confédération générale des Scop (CGScop). Rien qu’entre 2016 et 2017 ce sont 4 000 emplois qui ont été créés. Le mouvement confirme ainsi sa dynamique bien qu’il représente une petite frange de l’économie française avec 3 177 entreprises, dont 2 366 Scop (Société coopérative et participative) et 741 Scic (Société coopérative d'intérêt collectif).

Au total, les coopératives rassemblent 57 700 salariés et pèse 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, en croissance de 6,4 % sur un an. Les services représentent la moitié des coopératives en nombre d’entreprises et de salariés, suivi par l’industrie et la construction qui rapportent quant à eux le gros du chiffre d’affaires. Par ailleurs, les coopératives présentent un taux de pérennité de 67 %, au-dessus de la moyenne nationale qui est à 60 %.

"Les sociétés coopératives poursuivent leur essor et leur développement. Le mouvement se félicite des résultats obtenus sur l’année 2017 : 300 Sociétés coopératives ont vu le jour et l’ensemble des Scop et des Scic compte désormais plus de 4 000 emplois supplémentaires", rapporte Jacques Landriot, président de la Confédération générale des Scop.

La Scop, une solution pour la transmission de PME 

L’an dernier, 300 coopératives ont été créées ex-nihilo, et 74 ont été des transmissions d’entreprises saines ou des reprises d'entreprises en difficulté par les salariés. La CGScop rappelle que "20 % des dirigeants de PME sont âgés de plus de 60 ans et plus de 60 % des dirigeants d’ETI ont au moins 55 ans". "Avec environ 60 000 transmissions d’entreprises chaque année, une période délicate s’ouvre donc pour l’économie française, puisque, faute de repreneurs, il y a un risque de dévitalisation de certains territoires, touchés par des fermetures, des délocalisations et des pertes d’emplois indirects".  

La Confédération a lancé en 2013 une campagne de sensibilisation, construite autour du site jetrans­metsamessalaries.fr, pour sensibiliser et informer les dirigeants de PME et les experts-comptables sur l’opportunité de céder son entreprise à ses salariés sous forme de Société coopé­rative. "Les salariés sont souvent les mieux placés pour la reprise de leur entreprise : ils sont les pre­miers intéressés par le maintien de leur emploi, ils connaissent parfaitement leur entreprise, ses pro­duits, ses clients, ses rouages, et ensemble, ils peuvent réunir plus de capitaux qu’en petit nombre", explique la CGScop.

La particularité des Scop est que les salariés sont associés majoritaires et participent aux décisions stratégiques en assemblée générale selon le principe "une personne, une voix". Par ailleurs, la répartition des bénéfices se fait de façon équitable et une partie est affectée aux réserves impartageables pour assurer la pérennité de l’entreprise.  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

#FrenchImpact Entrez dans la peau d’un créateur de Scop avec l’école d’été Campus Coopératives

Chaque semaine, Novethic vous fait découvrir un acteur clé du monde de l’économie sociale et solidaire (ESS) désormais rassemblé sous la bannière French Impact. Aujourd'hui, rencontre avec Campus Coopératives, une école d’été pour sensibiliser les jeunes à l’entrepreneuriat coopératif....

"Les coopératives, une alternative à l’ubérisation de l’économie", selon Sandrino Graceffa (SMart)

Il n’y a pas que Uber dans la vie ! C’est ce qu’explique Sandrino Graceffa, le dirigeant de SMart, l’une des plus grandes coopératives de travailleurs en Europe, dans son dernier livre "Refaire le monde du travail" (1). En pleine mutation des formes d’emplois, il propose une troisième voie...

La société coopérative d’intérêt collectif : l’entreprise de demain ?

Un diplômé de grande école sur deux souhaite travailler dans l’ESS, l'économie sociale et solidaire (1). Une façon de se sentir utile et d’innover. Près de 25 % d’entre eux envisagent même de créer leur propre entreprise. Parmi les statuts qui existent, celui de SCIC (société coopérative...

Les sociétés coopératives, laboratoires du développement durable

Les sociétés coopératives d'intérêt collectif incarnent un modèle d'entreprise qui renouvelle l'approche de l'activité économique au service d'un projet social et souvent environnemental. Exemple dans le département de l'Orne.

SOCIAL

Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble des entreprises de toute nature. Celles qui font de l’insertion mais aussi les grandes mutuelles appartiennent à ce secteur qui représente 10 % du PIB et près de 10 % des emplois en France. Il nourrit les politiques d’achats responsables des grands groupes.

Vincent Lindon taxe Jean Valjean

Plus de cinq millions de vues pour l’appel de Vincent Lindon à prendre aux riches pour donner aux pauvres

Les inégalités sociales ont explosé avec la pandémie du Covid-19. La Seine Saint Denis, département le plus pauvre de France, est celui qui a payé le tribut le plus lourd à la maladie. C’est aussi la que les files d’attente aux distributions alimentaires s’allongent. Le comédien Vincent Lindon a...

La ruche qui dit oui uberisation ESS

Quand l’ubérisation frappe aussi l'économie sociale et solidaire

Quel point commun y a-t-il entre La ruche qui dit oui, qui a popularisé la vente de produits alimentaires en circuit-court, et Uber, le géant californien du VTC ? À l'instar des chauffeurs de la plateforme Uber, les responsables de ruches sont pour la plupart des auto-entrepreneurs rémunérés sur...

Chute emploi ess politiques publiqes secteur associatif

Les politiques publiques ont fait chuter l’emploi dans l’économie sociale et solidaire

Le secteur associatif, qui constitue le gros des effectifs de l'économie sociale et solidaire, a particulièrement souffert des politiques publiques mises en place ces dernières années. En 2017 et 2018, le secteur a supprimé plus de 16 000 emplois. Il est pourtant l'un des moteurs de l'économie quand...

Peches monnaie locale paris DR

Payer ses courses avec des Pêches, c’est possible à Paris !

À l'occasion du mois de l'économie sociale et solidaire (ESS), organisé en novembre, Novethic vous propose de découvrir la Pêche parisienne. Il ne s'agit pas du fruit, mais d'une monnaie locale, lancée d'abord à Montreuil en 2014 et diffusée depuis mai 2018 à d'autres arrondissements et villes de la...