Publié le 14 juin 2019

SOCIAL

Un an après, les lauréats du label French Impact ont gagné en efficacité et en visibilité

Il y a un an, 22 entreprises pionnières de l'économie sociale et solidaire étaient labellisées French Impact. Novethic fait le point avec quelques-unes des lauréates pour savoir ce qui a changé pour elles. Toutes saluent un dispositif qui les aide à exister aux côtés des mastodontes de l’économie classique. Et c’est déjà une gageure.

Les "pionniers" French Impact vont être accompagnés pendant trois ans dans leur changement d’échelle afin que leurs solutions soient démultipliées sur l’ensemble du territoire.
@MTES

Il y a un an presque jour pour jour, les noms des 22 entreprises pionnières de l’économie sociale et solidaire (ESS) étaient annoncés en grande pompe par le gouvernement. Ces "pépites" avaient été choisies pour servir de vitrine à l’initiative French Impact lancé quelques mois plus tôt par Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’ESS. Il s’agissait aussi de leur permettre d’essaimer afin de montrer qu’une autre voie est possible, plus respectueuse de l’Homme et de la planète.

"Le label French Impact était pour nous un gage de notoriété et de crédibilité. Ça nous a permis d’accélérer et de prendre des risques", analyse Jean Moreau, cofondateur et président de Phenix, une entreprise qui lutte contre le gaspillage. Très concrètement, le soutien financier de 300 000 euros a contribué à la mise au point d’une application mobile qui permet au grand public de racheter les invendus des commerces de proximité. Parallèlement, une chaîne de magasins "anti-gaspi" a vu le jour et devrait débarquer à Paris à la rentrée. Une vingtaine doivent être créés d’ici 2020.

Facilitateur de rencontres

Séances de coaching entre pairs, parrainage par un membre du gouvernement, jumelage avec les administrations pour lever certaines barrières réglementaires, réunions de travail sur la mesure de l’impact social, accompagnement personnalisé... Pour Basile Mulciba de l’association Voisins Malins, le French Impact est "un accélérateur et un facilitateur de rencontres". Une force pour cette structure qui coordonne un réseau de salariés permanents faisant du porte-à-porte pour écouter les besoins des habitants de leur quartier et les orienter. L’organisation est en pleine restructuration grâce au soutien du French Impact.

"Le French Impact ne règle pas tout mais c’est un vrai levier pour relayer nos messages au plus haut niveau", estime de son côté Fanélie Carrey-Conte de la coopérative d’énergies renouvelables Enercoop. "Le fait que notre marraine, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition écologique, soit venue visiter nos locaux lui a permis d’avoir une vision plus précise de notre modèle et de ses spécificités. C’est primordial au moment où on s’apprête à voter la loi Énergie-Climat et qu’il faut travailler sur une meilleure transparence sur les offres d’énergie vraiment vertes. Cela permet de faire entendre notre voix." 

Faire sauter les verrous réglementaires

Autre promesse du French Impact, le hacking public. Chez Toit à moi, une association qui achète des appartements et accompagne les sans-abris dans leur réinsertion, Denis Castin, cofondateur et délégué général, espère pouvoir bénéficier des mêmes tarifs que les bailleurs sociaux. "Nous aimerions pouvoir acheter du neuf au prix de l'ancien parce que ces logements offrent des consommations d’énergie réduites." 

Chez Envie Autonomie, où on rénove du matériel médical pour les personnes qui ne peuvent pas s'équiper, il s’agit là aussi de faire sauter un verrou réglementaire et permettre aux bénéficiaires de se faire rembourser leur matériel d’occasion. "Grâce à French Impact, nous sommes en contact avec un haut fonctionnaire qui a très vite compris notre problématique et qui sait s’adresser aux bonnes personnes. En parallèle, nous accélérons le processus de normalisation des procédures de rénovation du matériel sur le plan de la sécurité afin d’être labellisés", précise Ali Celik, responsable du développement.

Toutes ces structures vont au total être accompagnées pendant trois ans dans leur changement d’échelle afin que leurs solutions soient démultipliées sur l’ensemble du territoire.      

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble des entreprises de toute nature. Celles qui font de l’insertion mais aussi les grandes mutuelles appartiennent à ce secteur qui représente 10 % du PIB et près de 10 % des emplois en France. Il nourrit les politiques d’achats responsables des grands groupes.

Vincent Lindon taxe Jean Valjean

Plus de cinq millions de vues pour l’appel de Vincent Lindon à prendre aux riches pour donner aux pauvres

Les inégalités sociales ont explosé avec la pandémie du Covid-19. La Seine Saint Denis, département le plus pauvre de France, est celui qui a payé le tribut le plus lourd à la maladie. C’est aussi la que les files d’attente aux distributions alimentaires s’allongent. Le comédien Vincent Lindon a...

La ruche qui dit oui uberisation ESS

Quand l’ubérisation frappe aussi l'économie sociale et solidaire

Quel point commun y a-t-il entre La ruche qui dit oui, qui a popularisé la vente de produits alimentaires en circuit-court, et Uber, le géant californien du VTC ? À l'instar des chauffeurs de la plateforme Uber, les responsables de ruches sont pour la plupart des auto-entrepreneurs rémunérés sur...

Chute emploi ess politiques publiqes secteur associatif

Les politiques publiques ont fait chuter l’emploi dans l’économie sociale et solidaire

Le secteur associatif, qui constitue le gros des effectifs de l'économie sociale et solidaire, a particulièrement souffert des politiques publiques mises en place ces dernières années. En 2017 et 2018, le secteur a supprimé plus de 16 000 emplois. Il est pourtant l'un des moteurs de l'économie quand...

Peches monnaie locale paris DR

Payer ses courses avec des Pêches, c’est possible à Paris !

À l'occasion du mois de l'économie sociale et solidaire (ESS), organisé en novembre, Novethic vous propose de découvrir la Pêche parisienne. Il ne s'agit pas du fruit, mais d'une monnaie locale, lancée d'abord à Montreuil en 2014 et diffusée depuis mai 2018 à d'autres arrondissements et villes de la...