Publié le 10 janvier 2018

SOCIAL

[Ces startups qui changent le monde] Hacktiv, le Airbnb de la bonne action

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’éco-conception ou l’innovation sociale. Chaque semaine, Novethic a décidé d’aller à la rencontre de l’une d’entre elles. Aujourd'hui, nous vous présentons Hacktiv, une plateforme qui met en relation bénévoles et associations via une application de géolocalisation hébergée par des collectivités ou des entreprises.

La plateforme Hacktiv permet de mettre en relation associations et particuliers, notamment les jeunes, sont de plus en plus nombreux à vouloir s'investir dans des actions de bénévolat.
istock

SOMMAIRE

C’est décidé, pour bien commencer l’année, vous souhaitez consacrer votre prochain week-end à aider une association, si possible dans votre quartier. Problème : vous ne savez pas vraiment vers qui vous tourner. Rassurez-vous, vous n’êtes pas seuls et il existe des solutions.

En France, l’attrait pour le bénévolat, notamment ponctuel, est de plus en plus important, spécialement chez les jeunes (25-35 ans). "La société civile est en quête de sens et désire agir simplement pour contribuer à l’élaboration d’une société inclusive, durable et intelligente", assure Nicolas Goudy, fondateur de la start-up Hacktiv. C’est en partant de sa propre expérience qu’il a créé cette plateforme d’engagement destinée à mettre en relation bénévoles et associations.

1,3 million d’associations et un gros besoin en bénévoles

"Il y a 5 ans, je participais à un 'start-up week-end', destiné à créer des entreprises à but social. Je me suis rappelé que lorsque j’avais voulu m’engager dans une association pour aider les plus démunis à l’occasion des fêtes de fin d’année, je m’étais naturellement tourné vers la dizaine de grosses organisations que je connaissais. Mais ils avaient déjà les bénévoles nécessaires. Or, je ne savais pas où trouver les plus petites, moins visibles, qui avaient le plus de besoins", relate l’entrepreneur. Avant même leurs difficultés financières, c’est le besoin en bénévoles qui est le plus problématique pour les petites associations (1). Et l’Hexagone en compte pas moins de 1,3 million !

Pour se faire rencontrer l’offre des bénévoles et la demande des associations, Nicolas Goudy s’est donc inspiré des plateformes de géolocalisation de l’économie collaborative comme Uber ou Airbnb. En quelques clics, vous pouvez ainsi trouver une association à quelque pas de chez vous et choisir parmi les thématiques de missions proposées (environnement, culture, sport, social…), selon la durée qui vous convient (missions ponctuelles ou régulières). Voire proposer votre voiture pour un trajet ponctuel ou une salle pour l’organisation d’un événement. Ensuite, l’association ou le collectif prend directement contact avec vous et le tour est joué.

Faire entrer les collectivités locales dans le jeu, le pari gagnant d’Hacktiv

Il existe déjà des plateformes de mise en relation bénévoles/associations. Mais la différence d’Hacktiv tient notamment à son business model. Pour mieux couvrir le territoire et éviter de faire payer des associations qui n’en ont pas les moyens, elle s’est tournée vers les collectivités locales, à travers des appels d’offres. Hacktiv leur livre une plateforme clé en main, qu’elles peuvent personnaliser en fonction des besoins de leur territoire. Après Paris et Bordeaux, la plateforme se lance à Nice, Dunkerque, Lille et Sceaux et a entamé un tour de France des collectivités intéressées. Objectif 2018 : couvrir l’Hexagone.

Depuis novembre, Hacktiv propose aussi une offre destinée aux entreprises. Airbnb a déjà testé le concept pour l’un de ses événements mais d’autres grands groupes sont intéressés pour développer leurs activités de mécénat. L’idée est par exemple de permettre à des collaborateurs de s’engager dans des associations au nom de l’entreprise en échange de facilités et d’octroi de créneaux sur le temps de travail des collaborateurs.

Cap sur l’international

Pour les associations, surtout les plus petites, ce type de plateforme peut vraiment faire la différence. En quelques mois, l’association de quartier Atouts cours, qui donne des cours de français pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle, a ainsi pu recruter 140 bénévoles et envisager plus sereinement sa pérennité.

Depuis le lancement d’Hacktiv, près de 30 000 citoyens ont participé à des actions avec 2 000 associations partenaires. Pour beaucoup (78 %), il s’agissait de leur première expérience bénévole. En 2017, le projet a séduit 'La France s’engage', le programme d’innovation territorial créé par François Hollande, avec à la clé une dotation de 300 000 euros. De quoi permettre à l’entreprise de se déployer, notamment avec l’embauche prévue d’ambassadeurs locaux de la plateforme. Une levée de fonds pourrait aussi intervenir dans quelques mois pour développer la plateforme à l’international.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Ces startups qui changent le monde] Ooho, une bulle d'eau végétale pour remplacer les bouteilles en plastique

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles start-ups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’éco-conception ou l’innovation sociale....

[Ces startups qui changent le monde] Avec Lita.co, soyons tous investisseurs responsables

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles start-ups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] Moulinot recycle vos déchets alimentaires en compost

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles start-ups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] 1083 relance le jean made in France

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] Woodoo rend le bois aussi solide que le béton

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] Zéphyr Solar, un ballon solaire léger et écolo aux multiples atouts

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en traçant mieux les matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou l’innovation sociale. Chaque semaine,...

[Ces startups qui changent le monde] Paulette à Bicyclette, la joaillerie qui roule pour l’or éthique

Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’éco-conception ou l’innovation sociale....

[Ces startups qui changent le monde] TIPA : un packaging aussi biodégradable qu’une peau d’orange

[Mise à jour le 02/10/2017] Elles sont jeunes et elles veulent changer le monde. Chaque jour, de nouvelles startups voient le jour en espérant améliorer notre façon de produire ou de consommer, en améliorant la traçabilité des matières premières utilisées, en misant sur l’écoconception ou...

SOCIAL

Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble des entreprises de toute nature. Celles qui font de l’insertion mais aussi les grandes mutuelles appartiennent à ce secteur qui représente 10 % du PIB et près de 10 % des emplois en France. Il nourrit les politiques d’achats responsables des grands groupes.

La ruche qui dit oui uberisation ESS

Quand l’ubérisation frappe aussi l'économie sociale et solidaire

Quel point commun y a-t-il entre La ruche qui dit oui, qui a popularisé la vente de produits alimentaires en circuit-court, et Uber, le géant californien du VTC ? À l'instar des chauffeurs de la plateforme Uber, les responsables de ruches sont pour la plupart des auto-entrepreneurs rémunérés sur...

Chute emploi ess politiques publiqes secteur associatif

Les politiques publiques ont fait chuter l’emploi dans l’économie sociale et solidaire

Le secteur associatif, qui constitue le gros des effectifs de l'économie sociale et solidaire, a particulièrement souffert des politiques publiques mises en place ces dernières années. En 2017 et 2018, le secteur a supprimé plus de 16 000 emplois. Il est pourtant l'un des moteurs de l'économie quand...

Peches monnaie locale paris DR

Payer ses courses avec des Pêches, c’est possible à Paris !

À l'occasion du mois de l'économie sociale et solidaire (ESS), organisé en novembre, Novethic vous propose de découvrir la Pêche parisienne. Il ne s'agit pas du fruit, mais d'une monnaie locale, lancée d'abord à Montreuil en 2014 et diffusée depuis mai 2018 à d'autres arrondissements et villes de la...

Interrogation questionnement doute raison d etre pixabay

À l'heure de la loi Pacte, l’économie sociale et solidaire a-t-elle encore une raison d’être ?

Le mois de l’économie sociale et solidaire (ESS), organisé chaque année en novembre, célèbre sa douzième édition. Preuve que le secteur a encore besoin de se faire connaître du grand public, des décideurs politiques et des autres acteurs économiques. Alors que l’entreprise classique intègre de plus...