Publié le 05 septembre 2016

Cartouche supply chain

ENTREPRISES RESPONSABLES

Françoise Odolant (Médiation des entreprises) : "Une relation responsable est un levier de performance économique"

Une bonne relation entre les donneurs d’ordre et leurs fournisseurs est la base d’une chaîne d’approvisionnement responsable. Pourtant, même en France, la situation est loin d’être apaisée entre les deux parties. Pour changer la donne, la Médiation des entreprises tente de rétablir du lien. Le point avec Françoise Odolant, responsable du pôle Acheteurs, Chartes et Labels à la Médiation des entreprises.

Francoise Odolant
Pour Françoise Odolant, responsable du pôle Acheteurs, Chartes et Labels à la Médiation des entreprises, "la France n’a pas encore la culture de la médiation".
DR

Comment analysez-vous les relations donneurs-d’ordre/fournisseurs en France ?

En 2010, la Médiation des entreprises – qui ne s’appelait pas ainsi à l’époque – est née d’un constat : celui d’une situation d’urgence. Le mode de relation qui s’était installé entre donneurs d’ordre et fournisseurs était celui du rapport de force. En 2009, les états généraux de l’industrie ont permis de tirer la sonnette d’alarme. Ce que nous y avons vu, c’étaient des PME asphyxiées par les exigences de leurs clients : ceux-ci n’exerçaient plus une pression positive permettant d’améliorer la compétitivité de leurs fournisseurs mais les étouffaient par des injonctions contradictoires et des délais de paiement en dehors de toute légalité. Résultat : les PME avaient perdu l’envie d’entreprendre et de grandir.

 

Quels sont les autres signaux d’alarme qui vous ont alertés ?

La médiation du crédit aux entreprises voyait les dossiers s’accumuler. Des enquêtes ont montré une explosion des clauses contractuelles déséquilibrées avec de nombreuses clauses illégales. Et une fausse bonne pratique s’est répandue, laissant davantage encore les PME dans la détresse : celle du taux de dépendance. À partir d’un certain niveau, le client exigeait que le fournisseur prospecte davantage pour baisser ce taux. Et ce, alors même que la PME n’avait pas le temps de s’investir davantage dans des démarches commerciales déjà tendues par la crise et que lui-même ne l’aidait pas en lui présentant d’autres clients potentiels. Bref, une situation d’urgence, destructrice de valeur, s’est installée de manière insidieuse dans la relation donneurs d’ordre / fournisseurs.

 

La responsabilité, levier de performance

 

Or une bonne relation est clé pour une chaîne d’approvisionnement responsable…

Oui. Et même au-delà. Une relation responsable est un levier de performance économique. La situation actuelle est nuisible pour la bonne santé de l’économie et de l’industrie. A la Médiation des entreprises, nous croyons à l’importance de l’écosystème et du travail collaboratif. Dans une économie mondialisée, nous sommes plus forts à plusieurs, pas en écrasant l’autre. Rien qu’en France, cela freine la croissance.

En 2011, nous avons réalisé une étude qui montre que les conflits inter-entreprises connus génèrent un coût de 50 milliards d’euros, soit 2% du PIB national. Ce montant peut être multiplié par 10 si l’on compte ceux qui ne vont pas jusqu’au tribunal…

Par ailleurs, les drames comme celui du Rana Plaza ont montré les risques – réputationnels, juridiques, financiers, etc. – qu’il y avait à continuer dans cette direction. Les médias, les ONG – et bientôt la justice – ne se sont pas limités aux directeurs des usines, ils sont allés voir les clients en leur disant : "En payant ce prix-là, avec ces exigences-là, vous ne pouviez pas ne pas savoir"...

 

Comment les entreprises peuvent-elles tirer parti de la médiation ?

La Médiation des entreprises permet souvent de débloquer les situations enlisées. Malheureusement, souvent, on nous appelle trop tard, soit parce que l’on ne nous connait pas, soit par peur de représailles. La France n’a pas encore la culture de la médiation.

Le médiateur n’est pas un juge ou un arbitre, il tente de concilier les intérêts des parties. Le simple fait de prévenir son client que l’on va y faire appel peut même débloquer la situation. J’ai vu des paiements en attente depuis des mois être ainsi réglés en 3 heures !

La Médiation des entreprises compte 15 médiateurs nationaux (des retraités bénévoles) et 45 régionaux. La première année, nous avons reçu 100 plaintes. Aujourd’hui, nous sommes saisis 100 fois par mois. Ce qui est intéressant également, c’est que nous voyons des clauses de médiation apparaître dans les contrats entre donneurs d’ordre et fournisseurs.

 

Comment les outils que vous mettez en place peuvent-ils changer la donne ?

Très peu de temps après la mise en place de la charte relations fournisseur responsables (aujourd’hui signée par 1600 entreprises) et alors que nous ciblions plutôt les grands groupes, des fédérations et des PME l’ont signée. Elles y voient un outil permettant de rééquilibrer la relation, en partant sur une base de dialogue et de valeurs communes avec leurs clients. Signer la charte n’est pas une simple formalité, sinon comment expliquer que dix entreprises du CAC40 ne l’aient pas encore signée ? 

Parmi les secteurs absents, on trouve le luxe, l’automobile et la grande distribution. Par ailleurs, le label permet à la petite communauté (une trentaine d’entreprises) qui en est détentrice de partager les bonnes pratiques, de se benchmarker et d’essaimer. Ils sont dans une envie et une dynamique de transformation de leurs pratiques. Les dernières études montrent que les labellisés sont meilleurs que les autres sur les délais de paiements et la perception de la relation par les fournisseurs.

Autre point positif : la filière agroalimentaire, où la situation est particulièrement minée par ses relations inter-entreprises désastreuses, voit dans la démarche du label une porte de sortie de crise. Les acteurs de la filière (Ania, FCD, Coop de France…) ont réussi à définir leur référentiel commun des bonnes et mauvaises pratiques. C’est un premier pas.

 

Article initialement paru dans L’essentiel de la RSE n°113 (avril-mai-juin 2016)
Propos recueillis par Béatrice Héraud
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Devoir de vigilance Travail des enfants f8619b6d7a 1

Devoir de vigilance : les parlementaires attribuent la compétence au tribunal judiciaire, un soulagement pour les associations

Depuis des années les affaires liées au devoir de vigilance traînent en raison d'un flou sur la compétence des tribunaux pouvant juger ces litiges. Le 21 octobre, les parlementaires ont finalement attribué cette compétence au tribunal judiciaire. Un soulagement pour les associations qui poursuivent...

Olivia Gregoire 1

Olivia Grégoire : "Le devoir de vigilance européen, c’est le sens de l’histoire économique"

Alors que l'Union européenne doit adopter une directive sur le devoir de vigilance des multinationales, la ministre en charge de l'Économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire, défend la position de la France, premier pays à avoir légiféré en la matière. Si les lobbys pèsent, la...

 Senat et loi climat @Jacques Paquier

Devoir de vigilance : Les sénateurs délèguent la compétence au tribunal de commerce, au grand dam des associations

Les tribunaux de commerce pourraient bientôt devenir les seuls compétents pour juger les affaires fondées sur le devoir de vigilance. C'est ce qu'ont voté les sénateurs, fin septembre, contre l'avis du gouvernement. Les associations craignent que cette mesure ne vide de son sens la loi de 2017 qui...

Vaccin Covid 19 Byjeng

Covid-19 : En privant les pays pauvres de vaccin, les laboratoires alimentent "une crise des droits humains sans précédent"

Alors que les géants pharmaceutiques ont été applaudis pour leur rapidité à produire un vaccin pendant la pandémie de Covid-19, l'ONG Amnesty International les accuse, dans un nouveau rapport, de ne pas respecter les droits humains en fournissant quasi uniquement les pays riches, au détriment des...