Publié le 26 avril 2020

SOCIAL

Total se renforce dans un projet controversé en Ouganda

Après des années de bataille, Total va pouvoir lancer un grand projet en Ouganda après avoir acquis les parts du britannique Tullow. Mais plusieurs ONG françaises et ougandaises veulent faire obstacle à cette exploitation, qui selon elles, porterait atteinte à l'environnement et aux droits humains.

Ouganda pxhere
Total renforce sa participation dans un projet pétrolier hautement controversé sur des impacts environnementaux et humains, au sein d'un parc naturel ougandais.
@CCO

Le groupe pétrolier va acquérir l'ensemble des intérêts de la société pétrolière britannique Tullow dans le projet de développement du Lac Albert en Ouganda et dans le projet d'oléoduc East African Crude Oil Pipe Line (EACOP), qui doit traverser la Tanzanie. "Cela s'inscrit pleinement dans notre stratégie d'acquisition de ressources long-terme à bas coût", a salué le PDG de Total, Patrick Pouyanné, dans un communiqué. Total doit verser à Tullow 575 millions de dollars ainsi que des paiements conditionnels, indexés sur la production et les cours du pétrole.

Un projet controversé

L'opération avait jusqu'à présent coincé sur des questions fiscales et la taxation du produit de la vente. "Les conditions de la transaction ont été discutées avec le gouvernement ougandais et les autorités fiscales compétentes, et un accord de principe a été conclu sur le traitement fiscal de la transaction", a précisé Total. Cet "accord fruit d’un bras de fer fiscal va permettre à Total de relancer de plus belle son méga-projet pétrolier", a de son côté regretté Juliette Renaud, des Amis de la Terre France.

Ce projet géant mené avec la compagnie chinoise CNOOC, est en effet très critiqué par des ONG qui dénoncent les impacts sur les populations et l'environnement. Six ONG françaises et ougandaises ont ainsi assigné Total pour l'obliger à revoir son "plan de vigilance", une disposition imposée à toutes les multinationales par une loi française de 2017."Il est question de graves atteintes aux droits humains et à l'environnement", avaient estimé Les Amis de la Terre et Survie.

Une procédure judiciaire en cours

Fin janvier, le tribunal judiciaire de Nanterre (proche de Paris) s'était déclaré incompétent et avait renvoyé l'affaire devant le tribunal de commerce. Les ONG ont cependant fait appel de la décision et le 18 avril, Total avait alors demandé aux ONG de publier un droit de réponse. Un "changement de stratégie" qui avait intrigué les Amis de la Terre, selon l’AEF Développement durable, anticipant une éventuelle attaque en diffamation.

Comme précisé en décembre lors de son assignation, le directeur juridique de Total, Aurélien Hamelle, y "réfute catégoriquement l’existence 'd’atteintes graves aux droits fondamentaux des populations affectées par le projet' dans le cadre des projets [d'extraction] Tilenga et [d'oléoduc] Eacop et considère que, bien au contraire de ce qui est soutenu par les Amis de la Terre, son plan de vigilance est mis en œuvre avec le plus grand sérieux". La justice devrait trancher prochainement lors de l’audience qui se tiendra devant la Cour d’appel de Versailles.

Béatrice Héraud avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Covid 19 villes faillite

Le Covid-19 pousse les villes du monde entier au bord de la faillite

Une ville sur dix en Italie est au bord de la banqueroute. Aux États-Unis, plusieurs municipalités, déjà en mauvaise santé avant la crise sanitaire, viennent de déposer le bilan. En France, la facture s'avère également salée pour les communes. Partout à travers le monde, les villes, qui ont été en...

Logiciel de reconnaissance faciale amazon

Amazon interdit à la police américaine d'utiliser sa technologie de reconnaissance faciale pendant un an

Mis sous pression par des associations de lutte contre le racisme, Amazon vient d'annoncer qu'il suspendrait temporairement sa collaboration avec la police américaine. Celle-ci ne pourra plus utiliser le logiciel de reconnaissance faciale du géant américain pendant un an, le temps que le Congrès...

Manifestation georges floyd Paris Samuel Boivin NurPhoto AFP

[Édito] Colère noire des jeunes en quête d’un monde plus juste

Le Covid 19 a paralysé l’économie mondiale pendant plusieurs semaines, mis à nu les inégalités sociales qui rongent les pays occidentaux et ainsi contribué à lever la colère qui s’exprime dans le monde entier contre les inégalités sociales. Les mouvements de manifestations rassemblent des foules...

[Bonne Nouvelle] La justice américaine donne raison aux Sioux sur les risques environnementaux du pipeline Dakota Access

C’est une victoire inattendue pour les tribus indigènes américaines qui s’opposent depuis des années à la construction du Dakota Access, un pipeline de plus de 1 800 kilomètres. Trois ans après son entrée en service, la justice américaine a remis en cause l’autorisation d’exploitation de l’oléoduc...