Publié le 26 avril 2020

SOCIAL

Total se renforce dans un projet controversé en Ouganda

Après des années de bataille, Total va pouvoir lancer un grand projet en Ouganda après avoir acquis les parts du britannique Tullow. Mais plusieurs ONG françaises et ougandaises veulent faire obstacle à cette exploitation, qui selon elles, porterait atteinte à l'environnement et aux droits humains.

Ouganda pxhere
Total renforce sa participation dans un projet pétrolier hautement controversé sur des impacts environnementaux et humains, au sein d'un parc naturel ougandais.
@CCO

Le groupe pétrolier va acquérir l'ensemble des intérêts de la société pétrolière britannique Tullow dans le projet de développement du Lac Albert en Ouganda et dans le projet d'oléoduc East African Crude Oil Pipe Line (EACOP), qui doit traverser la Tanzanie. "Cela s'inscrit pleinement dans notre stratégie d'acquisition de ressources long-terme à bas coût", a salué le PDG de Total, Patrick Pouyanné, dans un communiqué. Total doit verser à Tullow 575 millions de dollars ainsi que des paiements conditionnels, indexés sur la production et les cours du pétrole.

Un projet controversé

L'opération avait jusqu'à présent coincé sur des questions fiscales et la taxation du produit de la vente. "Les conditions de la transaction ont été discutées avec le gouvernement ougandais et les autorités fiscales compétentes, et un accord de principe a été conclu sur le traitement fiscal de la transaction", a précisé Total. Cet "accord fruit d’un bras de fer fiscal va permettre à Total de relancer de plus belle son méga-projet pétrolier", a de son côté regretté Juliette Renaud, des Amis de la Terre France.

Ce projet géant mené avec la compagnie chinoise CNOOC, est en effet très critiqué par des ONG qui dénoncent les impacts sur les populations et l'environnement. Six ONG françaises et ougandaises ont ainsi assigné Total pour l'obliger à revoir son "plan de vigilance", une disposition imposée à toutes les multinationales par une loi française de 2017."Il est question de graves atteintes aux droits humains et à l'environnement", avaient estimé Les Amis de la Terre et Survie.

Une procédure judiciaire en cours

Fin janvier, le tribunal judiciaire de Nanterre (proche de Paris) s'était déclaré incompétent et avait renvoyé l'affaire devant le tribunal de commerce. Les ONG ont cependant fait appel de la décision et le 18 avril, Total avait alors demandé aux ONG de publier un droit de réponse. Un "changement de stratégie" qui avait intrigué les Amis de la Terre, selon l’AEF Développement durable, anticipant une éventuelle attaque en diffamation.

Comme précisé en décembre lors de son assignation, le directeur juridique de Total, Aurélien Hamelle, y "réfute catégoriquement l’existence 'd’atteintes graves aux droits fondamentaux des populations affectées par le projet' dans le cadre des projets [d'extraction] Tilenga et [d'oléoduc] Eacop et considère que, bien au contraire de ce qui est soutenu par les Amis de la Terre, son plan de vigilance est mis en œuvre avec le plus grand sérieux". La justice devrait trancher prochainement lors de l’audience qui se tiendra devant la Cour d’appel de Versailles.

Béatrice Héraud avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Rio tinto destruction site aborigene

Le patron de Rio Tinto débarqué après la destruction d’un site aborigène vieux de 46 000 ans en Australie

Jean-Sébastien Jacques devra finalement quitter Rio Tinto. Le directeur général du géant minier, à qui le conseil d'administration avait coupé les bonus fin août après la destruction d'une grotte aborigène vieille de 46 000 ans en Australie pour étendre une mine de fer, a été débarqué avec deux...

Crise alimentaire france

[Tempête Covid] Quand la pandémie sanitaire provoque une crise de la faim

Alors que dans le monde entier, les associations d'aide alimentaire notent une hausse de la fréquentation depuis la crise sanitaire, l'association Oxfam estime que 12 000 personnes par jour pourraient mourir de faim en raison du Covid-19. Le virus, en aggravant les inégalités, fait basculer des...

Cese

Réforme du Cese : la troisième assemblée va devenir la chambre des conventions citoyennes

Après plus de deux ans d'attente, la réforme du Cese arrive enfin dans l'hémicycle en cette rentrée. Le texte a été enrichi après l'expérience de la Convention citoyenne pour le climat, organisé à la suite des Gilets jaunes et la hausse de la taxe carbone. L'objectif est de faire de cette troisième...

Manifestante libanaise Liban Joker PatrickBaz AFP

[Tempête Covid] De la crise sanitaire à la crise sociale mondiale

Des pertes d'emplois massives, des banques alimentaires débordées, des citoyens ultra-précaires... Le Covid-19 a des conséquences sociales désastreuses. Au niveau mondial, l'ONU craint une rechute de 71 millions de personnes dans l'extrême pauvreté cette année, la première augmentation depuis 1998....