Publié le 02 septembre 2020

SOCIAL

Réforme du Cese : la troisième assemblée va devenir la chambre des conventions citoyennes

Après plus de deux ans d'attente, la réforme du Cese arrive enfin dans l'hémicycle en cette rentrée. Le texte a été enrichi après l'expérience de la Convention citoyenne pour le climat, organisé à la suite des Gilets jaunes et la hausse de la taxe carbone. L'objectif est de faire de cette troisième assemblée la chambre des futures conventions citoyennes, comme l'a promis Emmanuel Macron fin juin. 

Cese
La réforme du Cese doit être discutée devant l'Assemblée à partir du 14 septembre.
@Cese

La réforme du Conseil économique, social et environnemental (Cese), dans les cartons depuis plus de deux ans et stoppée par l’affaire Benalla, a été adoptée début juillet en Conseil des ministres et va être discutée devant l’Assemblée à partir du 14 septembre. Le texte doit faire de cette troisième assemblée un "carrefour des consultations publiques". Après l’expérience concluante de la Convention citoyenne pour le climat, qui a abouti à 150 mesures adoptées par 150 citoyens au sort, l’objectif est d'appliquer ce modèle à d'autres sujets.

Le projet de loi permet ainsi au CESE "d'organiser des conventions citoyennes sur le modèle de la Convention citoyenne pour le climat, en tirant des citoyens au sort pour organiser une consultation sur un sujet relevant de sa compétence". C’est ce qu’avait promis Emmanuel Macron, dans son discours devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat le 29 juin, en indiquant vouloir transformer le Cese en "chambre des conventions citoyennes".

Le Cese, instance de consultation de premier ordre

Plus largement, le projet de loi organique va conférer une "triple vocation" au Cese : en plus d'être un carrefour des consultations publiques, le Cese devra délivrer des consultations publiques et avis sur des dispositions législatives à la demande du gouvernement ou du Parlement, et enfin traiter les pétitions par voie électronique et non plus seulement écrites à partir de 500 000 signatures.

"La place du Cese dans le débat public sera renforcée par la portée qui sera donnée à ses avis. Lorsqu'il sera consulté sur un projet de loi portant sur des questions économiques, sociales et environnementales, cette consultation dispensera le gouvernement de procéder à d'autres consultations prévues par la loi ou le règlement", avec quelques exceptions, précise le projet de loi.

Pour le président du Cese, Patrick Bernasconi, le texte constitue "un aboutissement" et un "renforcement de la démocratie participative". Cette réforme garantira l'indépendance" et évitera "l'instrumentalisation" croit Thierry Cadart, de la CFDT. L'article inquiète  toutefois Philippe Martinez et Yves Veyrier, les numéros un de la CGT et FO, qui précisent que le Code du travail oblige à une "concertation préalable" des corps intermédiaires. 

Vers un renforcement de la démocratie participative ?

Une vingtaine d’acteurs représentatifs du "monde de la concertation, de la participation citoyenne et de l’innovation démocratique" ont également adressé une lettre  au chef de l’État ainsi qu’aux présidents de l’Assemblée nationale, du Sénat et du Cese pour faire part de leur inquiétude. "L’avant-projet de loi organique du gouvernement représente pour nous une régression par rapport à l’avancée que marquait la convention climat", écrivent-ils.

Les signataires de la lettre soulignent l’importance du principe d’intégrité, "qui suppose la désignation d’un organisateur opérationnel indépendant du Cese", et du principe de responsabilité, "qui implique l’engagement des pouvoirs publics à répondre publiquement aux propositions des conventions citoyennes, comme cela a été le cas pour la convention citoyenne sur le climat".

Alain Griset, de l'U2P (artisans, commerce de proximité), se dit lui aussi "réservé" sur les critères des tirages au sort et prudent quant à l'impact de la réforme sur l'attitude de l'exécutif vis-à-vis des futures préconisations du Cese. "Si on est dans la philosophie de tenir compte de ce que dit le Cese, comme Emmanuel Macron l'a fait pour la Convention citoyenne pour le climat, alors on va dans le bon sens" a-t-il toutefois déclaré.       

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Plateforme gaziere qatar Marc Roussel TOTAL

Sanctions du Parlement européen et gaz qatari : un cocktail explosif aux effets puissants

Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un "effet négatif sur la sécurité...

Mangrove saint laurent du maroni

Un projet de centrale solaire en Guyane montre la difficile prise en compte des droits des peuples autochtones

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d'Outre-mer. Cependant, les peuples...

Fifa Qatar 2022 coupe du monde football Giuseppe Cacace AFP

Qatar 2022 : la Coupe du monde, championne des controverses

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds...

Qatar Vinci

Qatar 2022 : avec la mise en examen de Vinci, les controverses se multiplient à l’approche de la Coupe du monde

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors...