Publié le 14 octobre 2019

SOCIAL

Prix Nobel d’Économie : les travaux sur la réduction de la pauvreté d’Esther Duflo récompensés

Le prix Nobel d'économie a été attribué lundi 14 octobre à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer pour leurs travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde.

Esther Duflo Kris Krug flikr
Le prix Nobel d'économie a été attribué lundi à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer pour leurs travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde.
@KrisKrug

C’est la plus jeune récipiendaire à obtenir le prix Nobel d’Économie : Esther Duflo a été récompensée le 14 octobre par la banque de Suède en la mémoire d'Alfred Nobel pour ses travaux sur l'allègement de la pauvreté avec son mari Abhijit Banerjee, et Michael Kremer. Ils succèdent aux Américains William Nordhaus et Paul Romer, primés l'an dernier pour leurs travaux sur le changement climatique et l'innovation.

Les travaux conduits par les lauréats "ont introduit une nouvelle approche pour obtenir des réponses fiables sur la meilleure façon de réduire la pauvreté dans le monde", a indiqué l'Académie royale des sciences. Ils se partageront le prix de 9 millions de couronnes (environ 830 000 euros).

Des travaux de terrain innovants sur la lutte contre la pauvreté

Les trois chercheurs sont professeurs à la "chaire Abdul Latif Jameel sur la réduction de la pauvreté et l'économie du développement" du Massachusetts Institute of Technology (MIT), co-fondée par Esther Duflo au début des années 2000. Ils défendent une expérimentation in vivo de l’économie qui s’intéresse à la réaction des individus dans un contexte précis. Une façon de procéder largement utilisées dans les disciplines de sciences dures mais peu en économie. Autre différence : leur approche consiste à adresser la question de la pauvreté sous de multiples aspects (santé, éducation, accès au crédit...) et non comme un bloc homogène. 

Née en 1972, cette ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, est l’une des figures d’autorité sur le sujet. Ses travaux empiriques sur les pauvres lui ont valu très tôt de recevoir de nombreux prix comme le prix du meilleur jeune économiste de France décerné par Le Monde et le Cercle des économistes en 2005 ou la médaille John Bates Clark en 2010.

"C'est une intellectuelle française de centre-gauche qui croit en la redistribution et en la notion optimiste que demain pourrait être meilleur qu'aujourd'hui. Elle est largement à l'origine d'une tendance académique nouvelle", écrivait alors le New Yorker dans d'un portrait d'une dizaine de pages.

Sortir des caricatures

En plus de son poste au MIT cette franco-américaine, est aussi titulaire de la chaire “Savoirs contre pauvreté” au Collège de France depuis 2009. Ses travaux, essentiellement menés en Inde, sur les causes de la pauvreté et ses propositions pour la combattre au niveau microéconomique lui ont valu en 2013 d'être choisie par la Maison Blanche pour conseiller le président Barack Obama sur les questions de développement, en siégeant au sein du nouveau Comité pour le développement mondial.

"Notre vision de la pauvreté est dominée par des caricatures et des clichés : le pauvre paresseux, le pauvre entrepreneur, le pauvre affamé", expliquait-elle dans un entretien à l'AFP après avoir reçu le prix du livre économique de l'année Financial Times/Goldman Sachs en 2011. "Si on veut comprendre les problèmes liés à la pauvreté, il faut dépasser ces caricatures et comprendre pourquoi le fait même d'être pauvre change certaines choses dans les comportements, et d'autres non !".

Abhijit Banerjee est également professeur au MIT et Michael Kremer, professeur à Harvard. Ce dernier a notamment travaillé sur des travaux de terrain montrant comment les résultats scolaires ont pu être améliorés dans l’Ouest du Kenya au milieu des années 90.

La rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Zara deconfinement AFP

À Bordeaux, l'extension d'un magasin Zara refusée en raison du travail forcé des Ouïghours

Zara, qui voulait étendre un de ses magasins dans le centre-ville de Bordeaux, vient d'essuyer un refus par une Commission départementale. Un refus motivé par l'ouverture d'une enquête visant Inditex, la maison mère de Zara, pour "recel de crime contre l'humanité" après un rapport d'ONG l'accusant...

Fatigue pandemique iStock Drazen Zigic

Covid-19 : Face à Omicron et la cinquième vague, le risque de "fatigue pandémique" menace

Alors que le Vieux Continent est à nouveau l'épicentre de la pandémie et qu'un nouveau variant venu d'Afrique du Sud baptisé Omicron fait craindre le pire, le gouvernement appelle notamment à un renforcement des gestes barrières et du protocole sanitaire en milieu professionnel. Un nouveau tour de...

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.

Francoise Verges Boulomsouk Svadphaiphane 1

Françoise Vergès, politologue : "Le peuple guadeloupéen se sent malmené depuis toujours"

Alors que le gouvernement tente de trouver une porte de sortie à la crise en Guadeloupe, dont le passe sanitaire et l'obligation vaccinale a été un élément déclencheur de mobilisation, la politologue Françoise Vergès observe un malaise plus profond. "Il n'y a pas de confiance en l'État", dit-elle...