Publié le 14 janvier 2014

Cartouche supply chain

SOCIAL

Peuples autochtones : en Inde, les Dongria Kondh font plier le géant Vedanta

Un peuple autochtone de quelques milliers de personnes, qui a souvent été comparé aux Navi hollywoodiens du film Avatar, vient de réussir à faire annuler un projet minier de plusieurs milliards de dollars porté par une multinationale cotée à Londres : Vedanta Ressources. Le ministre de l'Environnement indien a rejeté, le 10 janvier 2014, l'ultime recours de la compagnie. C'est l'épilogue d'une saga qui mêle droit des peuples, stars hollywoodiennes, ONG, investisseurs responsables, gouvernement et tribunaux indiens. Chronologie d'une saga à rebondissement.

Dongria Kondh Vedanta Survival
En Inde, les Dongria Kondh, peuple autochtone de quelques milliers de personnes a fait annuler un projet minier de plusieurs milliards de dollars porté par Vedanta Ressources, une multinationale cotée à Londres.
© Survival

 

2008-2010 : La résistance s'organise

En Inde, dans la région pauvre d'Orissa, les Dongria Kondh sont une tribu représentant près de 8 000 personnes. Le groupe minier Vedanta commence à exploiter la bauxite sur leurs terres dès les années 2000. Il faut attendre les premières pollutions engendrées par l'exploitation de ce minerai et un nouveau projet, pour que la tribu s'oppose à l'installation d'un complexe sur sa montagne sacrée couplant extraction minière et usine de production d'aluminium.

Dès le départ, l'ONG Survival International les soutient et donne une ampleur internationale à leur combat. Celui-ci prend une tournure planétaire quand on les compare à la tribu des Navi du film de James Cameron Avatar.

 

2010-2012 : Investisseurs et tribunaux entrent en jeu

 

Le rapport d'Amnesty International et de l'agence de notation extra financière anglaise EIRIS, à destination des actionnaires de Vedanta met le combat des Dongria Kondh à l'ordre du jour de son assemblée générale de juillet 2010 à Londres.

Progressivement, le conflit devient le symbole du prix élevé que doivent payer les entreprises extractives confrontées au rejet des populations locales. Il illustre notamment les nouveaux risques auxquels sont confrontés entreprises et investisseurs, cartographiés dans une étude de Novethic.

En août 2010, le gouvernement gèle le projet qui représente 2,7 milliards de dollars d'investissement. Vedanta perd 30 % de sa valeur boursière le jour même. Mais le groupe anglo-minier ne renonce pas et saisit les tribunaux indiens pour obtenir l'annulation de la décision gouvernementale.

 

2013-2014 : L'ultime bras de fer

 

L'assemblée générale de Vedanta, à l'été 2013, est une nouvelle fois perturbée par les ONG qui interpellent l'entreprise sur sa politique sociale et environnementale. Aviva Investors, l'un des actionnaires, souligne publiquement les contre-performances financières de l'entreprise et les lient à sa gestion calamiteuse du dossier des Dongria Kondh. D'autres investisseurs comme l'église d'Angleterre ont déjà vendu leurs actions en signe de protestation.

Vedanta devient un cas d'école d'entreprise controversée pour violation des droits humains. En avril 2013, la Cour Suprême indienne ordonne que soient réalisés des référendums dans chacun des douze villages des Dongria Kondh concernés par le complexe minier. Malgré les intimidations, ils votent contre, à l'unanimité. Cette consultation devient le premier référendum environnemental organisé en Inde.

En janvier 2014, le ministère de l'Environnement indien annonce qu'il annule définitivement le projet.

Cette longue bataille devrait faire jurisprudence et inciter les grands groupes miniers à obtenir le consentement préalable des populations locales. Pour Stephen Corry, le directeur de Survival International : "on croit souvent à tort que la défense des droits des peuples indigènes est un combat perdu d'avance, particulièrement lorsque de puissantes multinationales telles que Vedanta y sont impliquées. Mais cette heureuse issue prouve que le plus fort ne l'emporte pas toujours sur le plus faible".

A.C.Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Les entreprises ne se mobilisent pas pour defendre l avortement aux usa

États-Unis : les entreprises se mobilisent pour le climat et l’immigration mais pas pour le droit à l’avortement

Le droit à l'avortement est en danger aux États-Unis. Plusieurs États ont promulgué des lois anti-IVG. Parmi eux l'Alabama qui assimile cet acte à un homicide. Étonnamment, les grandes entreprises sont restées muettes sur ce sujet. Elles qui ont dénoncé les lois anti-climat, anti-LGBT ou...

Le gouvernement veut experimenter la gratuite des protections hygieniques 1

Pour lutter contre la précarité menstruelle, le gouvernement souhaite expérimenter la gratuité des protections hygiéniques

Environ 8 % des Françaises n'auraient pas les moyens de s'acheter des protections hygiéniques, estime le gouvernement. La ministre Marlène Schiappa, qui a réuni plusieurs parties prenantes à l'occasion de la journée mondiale de l'hygiène menstruelle, réfléchit à une expérimentation de la gratuité de...

Usine textile en ethiopie Enterprise Partners centre stern NYU

En Éthiopie, nouvelle usine textile du monde, les ouvrières se rebellent déjà contre le modèle de la fast-fashion

Le rêve de nouvelle usine textile du monde, en Éthiopie, est en train de tourner court. Deux ans après les premières implantations, les taux de rendements peinent à décoller et les ouvrières n'hésitent pas à cesser le travail face à des salaires - les plus bas du marché - qui couvrent à peine leurs...

Terrorisme en ligne l appel de Christchurch

Terrorisme, parité, contenus haineux... Au sommet Tech for good, les géants du numérique s'engagent

À l'occasion de la deuxième édition du sommet Tech for good à Paris pour un numérique responsable, Emmanuel Macron et son homologue néo-zélandaise ont lancé l'appel de Christchurch en référence à l'attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélandaise et retransmis en direct sur les réseaux. Les...