Publié le 05 septembre 2016

Cartouche supply chain

SOCIAL

Minerais du conflit : les importateurs européens contraints à la traçabilité

En juin dernier, le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil européen ont trouvé – non sans mal – un accord politique pour règlementer le commerce des "minerais du conflit". Les importateurs européens d'étain, de tantale, de tungstène et d'or devront s’assurer que ces minerais et métaux ne sont pas extraits de façon illicite dans des zones de conflit.

RDC Milice Minerais du conflit
Une milice contrôle la bonne exécution du travail dans une mine d’or de Iga Barriere, au nord est de la République démocratique du Congo (RDC).
Eric Feferberg / AFP

"L’UE s’engage à empêcher que le commerce international des minerais ne finance les seigneurs de guerre, les criminels et ceux qui violent les droits de l’Homme", a déclaré Lilianne Ploumen, ministre du Commerce Extérieur des Pays-Bas, dont le pays assurait la présidence tournante de l’Union européenne au 1er semestre 2016.

Après un an d’âpres négociations, le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil européen ont trouvé, le 16 juin dernier, un compromis pour règlementer le commerce des "minerais du conflit", à savoir le tungstène, l’étain, le tantale et l’or. Il prévoit que les entreprises importatrices de l’UE – fonderies et raffineries incluses – garantissent qu’il n’y a pas de lien entre leur chaine d’approvisionnement et les conflits armés.

 

Une obligation pour les entreprises importatrices...

 

"Les entreprises importatrices se verront désormais obligées de mener une analyse de risques sur la provenance des minerais qu'elles commercialisent, explique l'eurodéputée Marie Arena, qui négociait au nom du groupe socialiste pour le Parlement européen. C'est un premier pas important vers une responsabilisation des entreprises européennes et de toute la chaîne de production."

Un premier pas qui va au-delà de ce que ce proposait la Commission européenne dans sa version originale, qui défendait un principe de volontariat. Mais cette obligation ne s’applique qu’aux entreprises importatrices, situées en début de chaîne. Pour les entreprises en fin de chaîne, qui utilisent les minéraux comme composants dans les produits qu’elles fabriquent, c’est bien le volontariat qui prime.

 

… qui pourrait être généralisée à toute la chaîne

 

La Commission européenne s'est toutefois engagée à créer un registre dans lequel les entreprises situées en fin de chaîne pourront s'inscrire sur une base volontaire. Elles garantiront ainsi l'utilisation de "matériaux propres" dans leurs activités. Au bout de deux ans, la Commission dressera un bilan et pourra proposer une législation contraignante pour ces sociétés aussi, dans le cas où leurs initiatives volontaires s'avéreraient insuffisantes.

"Il s’agit indubitablement d’une avancée, vu que la Commission et le Conseil prévoyaient initialement des certificats 'importateur responsable' émis par les entreprises sur base volontaire, réagit l’eurodéputé vert Yannick Jadot. Mais la réponse demeure néanmoins partielle. C'est seulement en garantissant la transparence de toute la chaîne d'approvisionnement que l'UE pourra jouer un rôle proactif pour mettre un terme au lien entre le commerce des minerais et les conflits, et pour s'assurer que l'extraction des minerais dans les pays en développement serve leur développement et l'amélioration des conditions de vie de la population." 

Invisibles, les minerais du conflit sont présents dans nos smartphones, tablettes, télévisions et ordinateurs portables. Ils proviennent notamment de la République démocratique du Congo (RDC) et de la région des Grands Lacs (1), où ils sont produits sous le contrôle de groupes armés, dans des conditions violant les droits humains. En 2015, 27 conflits en Afrique étaient ainsi connus pour être liés aux ressources minières.

(1) Les zones actuellement concernées sont la République démocratique du Congo et la région des Grands Lacs. Toutefois, le texte ne mentionne pas de régions en particulier mais définit les "zones affectées par les conflits ou à haut risque" comme celles qui sont en situation de conflit armé, avec une violence généralisée, un effondrement des infrastructures civiles, des zones fragiles à l'issue d'un conflit ainsi que des zones où la gouvernance et la sécurité sont déficientes ou inexistantes, caractérisées par des "violations courantes et systématiques des droits de l'homme".
Concepcion Alvarez
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les minerais du conflit : un fléau à l’heure du tout numérique

Smartphones, tablettes, télévisions et ordinateurs portables… De nombreux objets de notre quotidien sont fabriqués à partir de minerais du conflit, tels que le tungstène ou le tantale, provenant de mines contrôlées par des groupes armés majoritairement présents dans la région des Grands...

Comment Fairphone assure la traçabilité des minerais de ses téléphones

Pour construire un smartphone, des centaines d’éléments sont nécessaires. Parmi les plus importants : l’or, le tungstène ou le tantale, des minerais qui présentent la fâcheuse caractéristique d’être extraits dans des conditions parfois douteuses, avec un fort impact environnemental et...

Métaux des conflits : un projet de règlementation européen frileux

Dans certains pays - particulièrement dans la région des grands lacs en Afrique- les groupes armés se servent des minerais pour financer la violence et l'insurrection. Ces « minerais du conflits » comme l'étain, le tungstène, l'or ou le tantale sont pourtant très utilisés dans l'industrie....

Le « Dodd-Frank Act » exige la transparence des industries extractives

Si la « réforme de Wall Street » voulue par le président Obama pour réguler le système financier a largement été saluée, une mesure destinée à enrayer les financements occultes versés aux pays du Sud par le secteur des industries extractives est passée plus inaperçue. C'est pourtant la...

Congo : industriels et investisseurs veulent exclure les minerais de la guerre

Aux mains de groupes armés, les gisements miniers de l'Est de la République Démocratique du Congo sont pourtant une source incontournable de la chaîne d'approvisionnement de l'industrie des télécommunications. Depuis quelques années, industriels et investisseurs s'organisent pour exclure...

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Pays du G7 bateau GoldenBrown

[Décryptage] Ni le G7, ni le capitalisme ne survivront à la croissance des inégalités

Les sept premières économies occidentales de la planète se réunissent à Biarritz dans le cadre du G7. La France veut imposer la question des inégalités sociales, illustrée en France par la crise des Gilets jaunes. Mais les sept dirigeants arrivent en ordre dispersé et une déclaration commune forte...

Manifestants indiens tues par la police 220518 AFP 01

Nouvelle année meurtrière pour les défenseurs de l’environnement : 164 morts en 2018

Au moins 164 défenseurs de l'environnement se battant contre des projets miniers, forestiers ou agro-industriels ont été tués en 2018, selon le bilan annuel de l'ONG Global Witness. Ce nombre est moins élevé qu'en 2017, mais reste très élevé.

Football mesure anti discrimination

Football : les équipes pourront perdre un match pour discriminations raciste ou homophobe

Insultes homophobes, cris de singe, jets de banane... la Fifa serre la vis contre les actes discriminatoires dont quelques supporters sont friands. Désormais, un match arrêté à cause de comportements racistes ou discriminatoires sera déclaré perdu pour l'équipe dont les supporters se sont livrés à...

Manifestation contre les feminicides violences conjugales afp

Féminicides : les entreprises aussi ont un rôle à jouer dans la lutte contre les violences conjugales

121 femmes sont mortes l'année dernière sous les coups de leur conjoint ou ex-compagnon. Face à la situation, la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes vient d'annoncer la tenue d'un "Grenelle sur les violences conjugales" en septembre. Les entreprises, qui peinent...