Publié le 05 septembre 2016

Cartouche supply chain

SOCIAL

Les conditions de travail, sujet majeur de la chaîne d'approvisionnement

Horaires à rallonge, utilisation de produits chimiques sans les protections adéquates, usines ne répondant pas aux critères de sécurité... Les scandales liés aux conditions de travail et de sécurité dans la chaîne d'approvisionnement des entreprises se sont multipliés ces dernières années avec la médiatisation de drames de grande ampleur. De quoi changer enfin la donne ?

04 conditions securite petit format
Les scandales liés aux conditions de travail et de sécurité indécentes constituent le haut de l'iceberg. Chaque jour, des millions de personnes en font dramatiquement les frais.
BIG / Novethic

Les chiffres font froid dans le dos. Toutes les 15 secondes, dans le monde, un travailleur perd la vie à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle et 160 personnes sont victimes d’un accident lié au travail (1). Chaque année, les coûts directs et indirects des accidents du travail et des maladies professionnelles sont évalués à 2 800 milliards de dollars.

Régulièrement, des scandales révèlent des conditions de travail et de sécurité indécentes (horaires à rallonge, standards de sécurité non respectés pour les bâtiments, manipulation de produits chimiques et toxiques sans protection adéquates…) qui conduisent à ces accidents, particulièrement en bout de chaîne, dans les industries à forte intensité de main d’œuvre et à bas salaire.

 

Le Rana Plaza, un cas emblématique des conditions de travail et de sécurité des pires formes de sous-traitance

 

L’un des cas les plus emblématiques est celui de l’effondrement du Rana Plaza, qui a fait plus de 1 100 morts et 2 000 blessés en avril 2013 au Bangladesh. Cet accident, qui a provoqué une prise de conscience mondiale sans pareille sur la face cachée de la sous-traitance, ne doit rien au hasard.

En matière de sécurité, d'abord, les normes les plus élémentaires n'étaient pas respectées. Ce sous-traitant (parfois caché) de grandes marques de textile occidentales avait basé son usine dans un immeuble non destiné à ce type d'usage : le matériel, trop lourd, avait provoqué au fil des ans de graves fissures dont les ouvrières s'étaient plaintes quelques jours seulement avant le drame. Et ce alors que les issues de secours étaient condamnées. Une situation malheureusement courante au Bangladesh, où il a fallu ce drame – précédé par de nombreux autres mais de moindre ampleur – pour mettre en place un accord national sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies au niveau national.

Quant aux conditions de travail des ouvrières, elles étaient en violations des normes de l'OIT : "il n’y avait pas d’air conditionné, pas de ventilateurs. L’électricité sautait souvent. Nous n’avions aucune pause, hormis pour aller aux toilettes. La plupart du temps, nous n’avions pas même de temps pour manger et quand on en avait, il fallait avaler la nourriture vite fait, derrière la machine à coudre. Officiellement, les journées de travail commençaient à 8 heures et se terminaient à 17h. Mais je faisais souvent des heures supplémentaires, jusqu’à 22 heures. Parfois jusqu’à 3 heures du matin. Je travaillais 7 jours sur 7. Sans repos ni jours fériés", rapporte ainsi l'une des victimes du Rana Plaza.

 

Les conditions de travail inhumaines des fabricants de smartphone

 

Autre secteur particulièrement mis en cause pour le mauvais traitement des travailleurs, celui de l'électronique. La face cachée des smartphones a été documentée à de nombreuses reprises par des ONG telle que la China Labor Watch ou des organes de presse.

Au début des années 2010, l'affaire Foxconn défraie ainsi la chronique. Le géant de l'électronique, qui emploie quelque 900 000 salariés en Chine, connait en 2010 une vague de suicides (13 rien qu'à Shenzen) sur les lieux de travail. En cause : des salaires trop faibles, des durées de travail excessives (80 heures par semaine, loin des 36 heures légales en Chine), un management de type militaire exigeant "l'obéissance absolue" et incluant des punitions et des "harcèlements inhumains", des syndicats fantoches, etc. Résultat : Foxconn reste aujourd'hui encore le symbole des conditions de travail qui règnent chez certains sous-traitants de marques telles qu’Apple, Sony, Motorola, HP ou Nintendo.

 

Des catégories de travailleurs particulièrement vulnérables

 

Toutes les catégories de travailleurs ne sont pas égales en matière de conditions de travail et de sécurité. Comme l'observe Bernard Thibault, membre du conseil d'administration de l'OIT (Organisation internationale du travail), "souvent, plus on s'éloigne du siège dans la chaîne de sous-traitance et plus les conditions de travail se dégradent".

Parmi les catégories les plus vulnérables : les travailleurs étrangers. Le cas des pays du Golfe (qui peut aller jusqu'au travail forcé) est bien connu, mais dans tous les pays du monde, les travailleurs migrants sont particulièrement victimes de conditions de travail contraires à la dignité humaine. Une situation encore aggravée dans le cas des sans-papiers.

 

Des conditions de travail indécentes, en Europe aussi

 

Au sein même de l'Union européenne, de nombreux abus – salaires de misère, manque de protection sociale, horaires à rallonge – sont aussi observés, notamment dans les industries à forte intensité de main d’œuvre, comme le textile (voir notamment le récent rapport sur l’industrie de la chaussure en Europe).  

Quant aux intérimaires, ils sont souvent en première ligne des accidents du travail : en France, ils sont 1,5 fois plus victimes d'accidents du travail mortels que les salariés.

Enfin, une catégorie de travailleurs est particulièrement vulnérable au sein de l’Europe : celle des travailleurs détachés (travailleurs issus d'un pays membre de l'Union européenne, chargés par leur employeur d'exercer leurs fonctions dans un autre pays de l'UE). Tant et si bien qu'une réforme de ce statut, basée notamment sur le principe de "à travail égal, salaire égal", est en cours, portée par la Commissaire aux affaires sociales et à l'emploi. Une réforme à laquelle s'opposent 11 États membres...  

 

(1) Selon ISO et les chiffres du Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail.
Béatrice Héraud
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les intérimaires, premières victimes des accidents du travail

Les intérimaires paient un lourd tribut en matière d’accidents du travail. Obligés d’être opérationnels le plus rapidement possible, de changer de poste régulièrement et d’accepter toutes les missions sous peine de ne plus être appelés, ils sont les principales victimes du manque de...

Comment agir dans un pays usant du travail forcé : le cas de Vinci au Qatar

Sous la pression de la société civile et d’une réglementation qui se durcit lentement, les entreprises sont amenées à réduire les risques en termes de droits de l’Homme sur toute leur chaîne d’approvisionnement. C’est d’autant plus vrai lorsqu’elles opèrent dans des pays "à risques", tel...

Drame du Rana Plaza : trois ans plus tard, où en est-on ?

Il y a trois ans, près de Dacca, au Bangladesh, l’immeuble du Rana Plaza s’effondrait, causant la mort de 1 138 personnes qui y travaillaient et blessant près de 2 000 autres. Cet immeuble, qui n’était pas aux normes de sécurité, abritait plusieurs usines textile produisant pour des...

Les droits des travailleurs en danger

2016 est la "pire année en termes d’atteintes à la liberté d’expression et à la démocratie", affirme la Confédération syndicale internationale (CSI) dans son dernier rapport sur l’état des droits des travailleurs dans le monde. Elle constate l'affaiblissement de ces droits dans la plupart...

Responsabilité des entreprises : les grandes références internationales

Les textes internationaux se sont multipliés au cours des dernières années pour affirmer que les entreprises doivent respecter les droits humains. La plupart de ces instruments ne sont pas contraignants mais les États et la société civile peuvent s’appuyer dessus pour inciter les...

Carton rouge pour les sponsors de l’Euro 2016

Alors que le coup d’envoi de l’Euro 2016 sera donné demain au stade de France, le Collectif Éthique sur l’étiquette sort le carton rouge pour les trois principaux sponsors de l’événement : Nike, Adidas et Puma. En cause, leur modèle de développement, qui mise davantage sur les paillettes...

Coupe du monde 2022 au Qatar : les droits bafoués de milliers de travailleurs migrants

La Coupe du monde 2022 sera-t-elle entachée de violation des droits des travailleurs ? Amnesty International sort aujourd’hui un rapport choc. Pendant un an, l’ONG a suivi des migrants embauchés pour la rénovation d’un stade à Doha et l’aménagement d’espaces verts alentour. Tous sont...

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Les entreprises ne se mobilisent pas pour defendre l avortement aux usa

États-Unis : les entreprises se mobilisent pour le climat et l’immigration mais pas pour le droit à l’avortement

Le droit à l'avortement est en danger aux États-Unis. Plusieurs États ont promulgué des lois anti-IVG. Parmi eux l'Alabama qui assimile cet acte à un homicide. Étonnamment, les grandes entreprises sont restées muettes sur ce sujet. Elles qui ont dénoncé les lois anti-climat, anti-LGBT ou...

Le gouvernement veut experimenter la gratuite des protections hygieniques 1

Pour lutter contre la précarité menstruelle, le gouvernement souhaite expérimenter la gratuité des protections hygiéniques

Environ 8 % des Françaises n'auraient pas les moyens de s'acheter des protections hygiéniques, estime le gouvernement. La ministre Marlène Schiappa, qui a réuni plusieurs parties prenantes à l'occasion de la journée mondiale de l'hygiène menstruelle, réfléchit à une expérimentation de la gratuité de...

Usine textile en ethiopie Enterprise Partners centre stern NYU

En Éthiopie, nouvelle usine textile du monde, les ouvrières se rebellent déjà contre le modèle de la fast-fashion

Le rêve de nouvelle usine textile du monde, en Éthiopie, est en train de tourner court. Deux ans après les premières implantations, les taux de rendements peinent à décoller et les ouvrières n'hésitent pas à cesser le travail face à des salaires - les plus bas du marché - qui couvrent à peine leurs...

Terrorisme en ligne l appel de Christchurch

Terrorisme, parité, contenus haineux... Au sommet Tech for good, les géants du numérique s'engagent

À l'occasion de la deuxième édition du sommet Tech for good à Paris pour un numérique responsable, Emmanuel Macron et son homologue néo-zélandaise ont lancé l'appel de Christchurch en référence à l'attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélandaise et retransmis en direct sur les réseaux. Les...