Publié le 16 juin 2021

SOCIAL

Le Covid-19 fait exploser le taux d'emploi des femmes en Arabie Saoudite

Depuis quelques années, l'Arabie Saoudite, avec son plan Vision 2030, allège les restrictions qui pèsent sur les femmes. Droit de conduire, poids de la police religieuse... Si le changement est très lent, il participe à ouvrir le marché du travail aux Saoudiennes. Et le Covid-19 a considérablement accéléré cette dynamique. Le taux d'emploi des femmes a augmenté de 64 % en seulement deux ans, notamment en raison du départ des migrants qui ont laissé leurs postes vacants. 

Arabie saoudite femme travail mkitina4 Istock
Les femmes saoudiennes sont de plus en plus nombreuses à accéder au marché du travail.
mkitina4 / Istock

L’Arabie Saoudite avait, jusqu’ici, un des taux d’activité des femmes le plus bas au monde. Mais la pandémie de Covid-19 a boosté le travail des Saoudiennes. C’est la conclusion d’une étude parue dans Brookings Institution et pointé par le journal Le Monde. Ainsi en seulement deux ans, le taux d’activité des Saoudiennes est passé de 20 % fin 2018 à 33 % fin 2020, une explosion de 64 %. "Le Moyen-Orient et l’Afrique du nord ont toujours pris du retard par rapport au reste du monde en ce qui concerne les femmes et le marché du travail, mais même selon ces normes, l’Arabie Saoudite était considérablement en retard", écrivent les chercheurs. "Mais ces dernières années, quelque chose a changé", notent-ils.

Les raisons ne sont pas encore clairement définies mais plusieurs pistes se dégagent. L’effet majeur est surtout lié aux réformes prises par le prince héritier Mohammed ben Salmane à travers son plan Vision 2030. Alors qu’un monde post-pétrolier se dessine, l’Arabie Saoudite, plus grand exportateur de brut au monde, ne peut plus se permettre d’empêcher la moitié de sa population de travailler. Pour construire l’économie de demain, le pays a besoin de main-d’œuvre. Depuis cinq ans, le gouvernement a ainsi réduit le pouvoir de la police religieuse, autorisé les femmes à conduire et vient tout juste de modifier la loi qui affirmait que toute femme célibataire, divorcée ou veuve était tenue de vivre "sous la supervision de son gardien", soit son père, son frère, son fils, etc.  

Une question de productivité du pays 

"Nous ne pouvons pas continuer - ce n'est pas économiquement viable - sans utiliser 50% de la population", déclare à Bloomberg Salma AlRashid, responsable du plaidoyer chez Alnahda, une organisation à but non lucratif indépendante axée sur l'autonomisation des femmes. En 2016, le prince Mohammed ben Salmane avait déjà donné le ton en affirmant que "les femmes sont la moitié de cette société et nous voulons que ce soit une moitié productive". Si la dynamique était lancée avant le Covid-19, la pandémie a considérablement accéléré les choses.

Comme l’explique Le Monde, pendant la crise sanitaire, l’Arabie Saoudite a été privée de nombreux migrants qui ont quitté le pays et laissé leurs postes vacants. "Et lorsque l’économie saoudienne a redémarré, au trimestre 2020, les entreprises se sont tournées vers les Saoudiennes pour remplacer les migrants indiens, philippins ou pakistanais", écrit le journal.

Ecart salarial

Jumana Alaref et Johannes Koettl, deux économistes de la Banque mondiale décryptent ainsi le phénomène : "Alors que les hommes et les femmes saoudiennes sont toujours payés, en moyenne, plus du double du montant que reçoivent les travailleurs expatriés, les femmes saoudiennes sont plus disposées à travailler à des salaires inférieurs à ceux des hommes. Les hommes saoudiens sont payés 2,7 fois le montant que reçoivent les travailleurs expatriés. Quant aux femmes saoudiennes, elles sont payées 2,2 fois ce montant", écrivent-ils.

Si la main d’œuvre féminine est toujours plus couteuse que les migrants sous-payés, les employeurs ont cependant un intérêt financier à embaucher des femmes. La question est désormais de savoir si la situation va se pérenniser lorsque les travailleurs migrants vont reprendre leur place.

 Marina Fabre, @fabre_marina



© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Deforestation changement sol Free Photos de Pixabay

2020, année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement

Le nombre de défenseurs de l'environnement assassinés dans le monde ne cesse d'augmenter. Le nouveau rapport de Global Witness recense au moins 227 meurtres, dont la moitié en Colombie. Un record alors que les trois quarts des victimes luttaient contre la déforestation dans des pays en...

Brésil : Jair Bolsonaro accusé de perpétrer un génocide contre les peuples autochtones en pleine pandémie

L'Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB) a demandé le 12 août à la Cour Pénale Internationale d'ouvrir une enquête sur le président brésilien pour "génocide" et "écocide". L'association accuse le dirigeant d'avoir profité de la pandémie pour renforcer une "politique anti-autochtone"....

Talibans Afghanistan AFP

[Édito] Afghanistan : la guerre perdue de l’alternative aux Talibans

La spectaculaire reconquête de l’Afghanistan par les Talibans après 20 ans de guerre, montre l’impuissance de la coalition internationale à implanter un modèle alternatif. Les Américains, qui y ont déversé des milliards de dollars, ont alimenté la corruption et la domination de chefs de guerre sans...

Ouighours chine ALI ATMACA ANADOLU AGENCY Anadolu Agency via AFP

En plein scandale des Ouïghours, le directeur général de Sandro, Maje et Claudie Pierlot démissionne

Le groupe SMCP, qui détient les marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, vient d'annoncer le départ de son directeur général Daniel Lalonde. Si le géant du textile affirme que sa démission n'a "rien à voir" avec le scandale des Ouïghours, le groupe fait néanmoins face à une crise. Début juillet, le...