Publié le 09 août 2020

SOCIAL

La colère sociale au Liban vire à la révolte

Quatre jours après les terribles explosions dans le port de Beyrouth qui a provoqué 158 morts, 6 000 blessés et plus de 300 000 sans abris, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés et ont tenté d'envahir les lieux de pouvoir de la capitale et les banques. En réponse, le Premier ministre annonce des élections anticipées.

Manifestation beyrouth 8 aout GettyImage AFP
Des centaines de milliers de libanais ont manifesté à Beyrouth le 8 août.
@GettyImage-AFP

Les Libanais ont fait éclater leur colère, samedi 8 août. L'explosion d'un stock illégal de 2750 tonnes de nitrate d'ammonium dans le port de Beyrouth a mis le feu au poudre. Une foule massive de beyrouthins s'est réunie au mot d'ordre  "Le Jour du jugement". Les sept millions d'habitants du pays pâtissent d'un gouvernement, au mieux défaillant, le plus souvent corrompu. En deux ans, la moitié de la population est tombée dans la pauvreté et la monnaie a perdu 80 % de sa valeur. 

Les manifestants ont exprimé leur rejet de la classe politique. Certains ont brandi des noeuds coulants adressés aux dirigeants actuels. Des heurts ont éclaté vers la place des Martyrs, lieu de rassemblement traditionnel pour les manifestations dans la capitale libanaise. Des gaz lacrymogènes ont été tirés par les forces de l'ordre. Des tirs à balles réelles auraient eu lieu. Les protestataires ont répliqué avec des pierres.

Quartier général de la révolution

Selon un tweet de la Croix-Rouge libanaise, 63 personnes ont été blessées pendant la manifestation et transportées dans des hôpitaux, et 175 autres soignées sur place. De leur côté les forces de l'ordre comptent une victime. "Un membre des Forces de sécurité intérieure est décédé (...) en aidant des personnes coincées dans l'hôtel Le Gray", a fait savoir la police, ajoutant sans autre détail qu'il avait "été agressé par un certain nombre".

Des manifestants ont brièvement occupé des ministères lors d'opérations qui semblaient coordonnées. Le ministère des Affaires étrangères a été visé et brièvement investi. Les manifestants l'ont proclamé "quartier général de la Révolution". L'ex-général Sami Rammah a appelé dans un mégaphone au soulèvement et à la poursuite de "tous les corrompus" tandis que des manifestants décrochaient et piétinaient le portrait du président Michel Aoun.

Gabegie des services publics

Des révoltés ont aussi tenté de prendre le quartier général de l'Association des banques, y mettant le feu avant d'être délogés par l'armée, selon un photographe de l'Agence France-Presse sur place. Les protestataires ont également investi les ministères de l'Économie et celui de l'Énergie, symbole de la gabegie des services publics, les coupures de courant alimentant la gronde. "Nous sommes officiellement en guerre contre notre gouvernement", a déclaré une militante, Hayat Nazer. 

Les banques sont la cible de la colère des manifestants depuis octobre en raison des restrictions draconiennes imposées sur les retraits et virements à l'étranger. Le Premier ministre libanais contesté Hassan Diab a annoncé samedi soir qu'il allait proposer des élections parlementaires anticipées. Le chef du gouvernement a estimé dans un discours télévisé que seules "des élections anticipées peuvent permettre de sortir de la crise structurelle". "J'appelle tous les partis politiques à s'entendre sur l'étape à venir", a-t-il ajouté.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Hommage Samuel Paty Macron Sorbone FrancoisMaro AFP

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel macron dénonce "la conspiration funeste du mensonge et de la haine de l’autre"

"Nous continuerons ce combat pour la liberté" dont Samuel Paty est "le visage". Emmanuel Macron a rendu mercredi 21 octobre un hommage national vibrant à l'enseignant sauvagement assassiné, un crime "barbare" pour lequel sept personnes, dont deux mineurs, ont été mises en examen dans la soirée. Le...

Prodesc eolien

Devoir de vigilance : EDF assigné en justice pour ses activités au Mexique

Après Total, c’est un autre énergéticien qui est assigné en justice pour manquement à son devoir de vigilance, cette fois sur des problématiques de droits humains. Le groupe et sa filiale EDF Renouvelables sont accusés par des populations autochtones de ne pas les avoir consultées pour la...

Crise alimentaire france

[Tempête Covid] Quand la pandémie sanitaire provoque une crise de la faim

Alors que dans le monde entier, les associations d'aide alimentaire notent une hausse de la fréquentation depuis la crise sanitaire, l'association Oxfam estime que 12 000 personnes par jour pourraient mourir de faim en raison du Covid-19. Le virus, en aggravant les inégalités, fait basculer des...

Jean Castex hopital PremierMinistre

Covid-19 : le couvre-feu instauré en France relance le débat sur le nombre de lits de réanimation et l’économie de la santé

Selon le gouvernement, au rythme actuel de la seconde vague épidémique, les 5 800 lits de réanimation du pays seront bientôt saturés. D’où la décision d’instaurer un couvre-feu dans le pays pour limiter la transmission du virus et limiter les cas graves. Mais pour une partie du personnel...