Publié le 18 septembre 2019

SOCIAL

L'industrie de l'or s'engage à plus de responsabilité dans l'extraction minière

Droits humains, respect de l'environnement, traçabilité... En plein débat sur le projet de Montagne d'or en Guyane, le Conseil mondial de l'or a proposé jeudi 12 septembre aux entreprises minières de s'engager à respecter des nouveaux principes de responsabilité. Si l'organisation espère que ces engagements deviennent des normes et définissent un nouveau cadre "crédible et reconnu", ces principes restent non contraignants. 

Pepite or CC0
L'industrie de l'or veut définir un nouveau cadre de responsabilité dans l'extraction de l'or.
CC0

Le Conseil mondial de l'or (CMO) a invité ses membres et partenaires à respecter de nouveaux principes de responsabilité pour l'extraction minière, visant particulièrement à promouvoir le respect des droits humains et de l'environnement. Ces principes prennent la forme d'engagements non contraignants et établissent des normes à respecter sur la gouvernance équitable, sur les droits humains des travailleurs du secteur, ainsi que sur la protection de l'environnement.

Les compagnies adoptant ces principes s'engagent entre autres à "s'opposer catégoriquement à la corruption", à "respecter les droits humains des employés et des communautés affectés par les activités de la compagnie", ou encore à "s'assurer de la protection des écosystèmes fragiles affectés par les activités minières", selon le document. Dans un communiqué de presse publié jeudi, l'organisation sectorielle explique qu'elle espère que ses "principes deviennent un cadre crédible et reconnu grâce auquel les compagnies minières pourront garantir la production responsable de leur or".

"Une nouvelle norme pour l'industrie"

Les principes offrent aux compagnies qui décident de l'adopter "un encadrement simple et direct permettant aux investisseurs, consommateurs et acteurs de la chaine d'approvisionnement de leur accorder plus de confiance", a expliqué à l'AFP Terry Heymann, un des responsables du CMO qui espère que cette liste devienne "une nouvelle norme pour l'industrie" dont la mise en oeuvre complète pourrait prendre environ trois ans.

L'année dernière, le London Metal Exchange (LME), plateforme boursière londonienne consacrée aux métaux industriels, avait déjà officiellement proposé à ses utilisateurs d'adopter les normes éthiques de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) pour assurer une meilleure traçabilité des matières premières, comme le cobalt.

Ces normes visent à s'assurer que les entreprises oeuvrant dans des zones de conflit ou à haut risque "respectent les droits humains, évitent de contribuer à des conflits et contribuent positivement à un développement durable et équitable"

La rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Zara deconfinement AFP

À Bordeaux, l'extension d'un magasin Zara refusée en raison du travail forcé des Ouïghours

Zara, qui voulait étendre un de ses magasins dans le centre-ville de Bordeaux, vient d'essuyer un refus par une Commission départementale. Un refus motivé par l'ouverture d'une enquête visant Inditex, la maison mère de Zara, pour "recel de crime contre l'humanité" après un rapport d'ONG l'accusant...

Fatigue pandemique iStock Drazen Zigic

Covid-19 : Face à Omicron et la cinquième vague, le risque de "fatigue pandémique" menace

Alors que le Vieux Continent est à nouveau l'épicentre de la pandémie et qu'un nouveau variant venu d'Afrique du Sud baptisé Omicron fait craindre le pire, le gouvernement appelle notamment à un renforcement des gestes barrières et du protocole sanitaire en milieu professionnel. Un nouveau tour de...

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.

Francoise Verges Boulomsouk Svadphaiphane 1

Françoise Vergès, politologue : "Le peuple guadeloupéen se sent malmené depuis toujours"

Alors que le gouvernement tente de trouver une porte de sortie à la crise en Guadeloupe, dont le passe sanitaire et l'obligation vaccinale a été un élément déclencheur de mobilisation, la politologue Françoise Vergès observe un malaise plus profond. "Il n'y a pas de confiance en l'État", dit-elle...