Publié le 22 novembre 2013

SOCIAL

JO de Sotchi : la Russie restreint les libertés, le CIO veut rester neutre

Des communications placées sur écoute, une loi interdisant toute manifestation ou rassemblement, impacts sur l'environnement... Les prochains Jeux Olympiques d'hiver qui se dérouleront à Sotchi début 2014 cristallisent les tensions. Le CIO, lui, ne fait rien, au nom du sacro-saint devoir de neutralité.

141683_GF.jpg

Les JO de Sotchi devaient être les plus verts de l'histoire. Ce ne sera sans doute pas le cas. Et maintenant c'est au tour des défenseurs des libertés d'être verts de rage, et pour cause.Dès le mois d'août dernier, Vladimir Poutine a donné le ton de ce que seraient les prochains JO d'hiver en Russie, en publiant un décret destiné à encadré cette manifestation. Le texte précise que toutes les « réunions, manifestations, rassemblements et défilés (...), non liés au déroulement des JO, et prévus entre le 7 janvier et le 21 mars dans les zones où les mesures de sécurité seront renforcées, auront lieu à un autre moment ». Ce décret a été immédiatement dénoncé par les associations de défense des droits de l'Homme, mais aussi des représentants de la communauté homosexuelle, qui voient dans cette initiative une manière de les empêcher de s'exprimer devant les caméras du monde entier. Pour rappel, le Président russe avait promulgué, en juin,un autre décret punissant tout acte de « propagande gay ». De son côté, Human Rights Watch crie au scandale et dénonce la pression et le harcèlement dont ont été victimes les journalistes et les défenseurs des droits de l'homme pendant les préparatifs des Jeux.

Enfin, dernier épisode en date : en octobre 2013, le Service fédéral de sécurité russe (FSB) a installé un système de surveillance afin de capter les communications téléphoniques et web à Sotchi. Selon The Guardian, cette surveillance comprend également l'analyse des mots-clés et expressions sensibles qui passent dans les e-mails, les messageries instantanées et les réseaux sociaux.

Le CIO botte en touche

Pourtant, malgré l'évidence des faits, le CIO ne réagit pas. C'était déjà le cas lors des Jeux Olympiques de Pékin de 2008, organisés dans un cadre politique proche de celui de la Russie. « Le CIO a contractualisé avec le gouvernement russe et la ville de Sotchi. Pour comprendre le silence de l'institution, il faudrait pouvoir accéder au contenu de ce contrat », estime Patrick Castres, chercheur rattaché au Centre d'histoire de Sciences Po et spécialiste des JO. Le CIO, par la voix de son service communication, se défausse de toute responsabilité : « La sécurité est bien évidemment une priorité pour les autorités locales de Russie. Nous vous renvoyons à ces dernières pour toute demande de précision. » Quant au décret interdisant toute manifestation, là encore, la réponse du CIO est étonnante : « Le président Poutine a souligné que la sécurité était une priorité pour la Russie durant les Jeux à Sotchi. Nous comprenons également que le décret couvre de nombreux aspects tels que la gestion des accès et le contrôle du trafic. » Enfin, concernant l'environnement, le CIO ajoute : « Nous savons que les autorités russes sont très attentives à la question de l'environnement et nous pensons qu'elles sauront traiter la situation comme il se doit (...) Notre commission de coordination a aidé Sotchi en proposant des solutions plus durables que celles prévues initialement, par exemple en réduisant le nombre de voies sur le tronçon commun route-voie ferrée et en déplaçant certains sites de montagne afin de limiter leur impact environnemental. »

Rôle croissant des ONG

Plusieurs raisons expliquent l'absence de réaction de Comité International Olympique, selon Patrick Castres. L'une d'elle se trouve dans ses valeurs fondamentales : « Le sport, c'est la neutralité. Et ce neutralisme implique de ne pas critiquer les Etats organisateurs. Le CIO laisse ce rôle aux ONG. » Du coup, on assiste à un rôle croissant des associations de défense des droits de l'Homme et de protection de l'environnement.

Les entreprises partenaires d'un tel événement, comme Coca-Cola, Mac Donald's, Samsung, Visa..., restent aussi en retrait. Il faut dire que l'enjeu économique est de taille et leur partenariat avec les JO leur garantit une exposition mondiale et les recettes qui vont avec.« Jamais une marque n'a boycotté des Jeux. A Sotchi, elles espèrent simplement que la neutralité du sport fera taire les critiques. Ces entreprises ont misé très gros sur les jeux, et leur silence répond à des logiques commerciales », résume Patrick Castres. Néanmoins, avec la puissance d'Internet, les choses pourraient changer. Les associations de défense des droits manient de mieux en mieux l'arme du buzz et du boycott. En sponsorisant un événement sportif planétaire qui soulève autant de problèmes sociaux et environnementaux et en refusant de prendre position, les entreprises prennent un risque de réputation. Dans les années qui viennent, celui-ci deviendra de plus en plus important à mesure que les ONG arriveront à fédérer des millions de clients sur le web.

Céline Oziel
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Celebrite coronavirus 2 1

#Guillotine2020 : le retour de bâton pour les stars, déconnectées de la réalité pendant le confinement

Le Covid-19 a fait tomber les stars de leur piédestal. Pendant le confinement, depuis leur baignoire remplie de roses, leur maison de campagne, leur villa à Beverly Hills... les célébrités ont appelé les citoyens à "rester positifs" voire à "lutter contre le consumérisme" alors qu'elles-mêmes...

Defile 110520 extinction rebellion marseille

Réveil social : des mobilisations prévues partout en France pour le premier samedi de déconfinement

Les services de renseignement craignaient une "explosion sociale" au sortir du confinement. Le 16 mai, premier samedi post-confinement, a en effet été choisi par certaines organisations pour redescendre dans la rue. C'est le cas d'Extinction Rebellion qui organisera partout des actions de...

Legumes bio WikimediaCommons

[Bonne Nouvelle] La région Île-de-France crée un programme alimentaire régional avec les agriculteurs franciliens

Le conseil régional d'Ile-de-France lance un "programme alimentaire régional" avec la chambre régionale d'agriculture, en finançant l'achat auprès des agriculteurs franciliens de produits agricoles qui seront distribués aux plus démunis, a annoncé sa présidente Valérie Pécresse (ex-LR).

Excision 200 millions de filles UNICEF

Au Soudan, l'excision, qui touche neuf fillettes sur dix, est désormais un crime

C’est une révolution qui vient de se produire au Soudan. Le pays, où près de 90 % des femmes sont excisées, vient de criminaliser cette mutilation génitale considérée comme une torture par l'ONU. Reste encore à faire appliquer la loi car il ne suffit pas d'interdire pour mettre un coup d'arrêt à...