Publié le 06 août 2018

SOCIAL

États-Unis : des armes intraçables et indétectables imprimées en 3D créent la polémique

La vente par la société Defense Distributed de plans pour imprimer en 3D des armes à feu à domicile a soulevé la colère et l’inquiétude de plusieurs États américains. Ils craignent de voir ces armes indétectables se répandre dans la population. Une interdiction temporaire a été décidée, mais déjà des milliers de plans ont été achetés.

Cody Wilson, fondateur de Defense Distributed, veut rendre les armes imprimées en 3D accessibles à tous.
@KellyWest/AFP

Avec une imprimante 3D et des plans téléchargés sur Internet, il est possible sans aucune connaissance technique de fabriquer des armes à feu chez soi. Entièrement en plastique (à l’exception des balles), ces armes sont indétectables aux portiques de sécurité. Sans numéro de série, elles ne sont enregistrées nulle part et sont donc intraçables. Depuis quelques semaines, l'entreprise Defense Distributed avait reçu l’autorisation de vendre ces plans en lignes.

Mais début août, après que ces fichiers aient été téléchargés des milliers de fois, c’est machine-arrière ! Dans le pays aux 300 millions d’armes à feu, même le Président américain Donald Trump, proche de la National Riffle Association (NRA), s’interroge. "J’étudie ces pistolets 3D en plastique vendus au public. J’en ai parlé avec la NRA, cela ne semble pas avoir beaucoup de sens !", écrit le résident de la Maison Blanche.

 

Aussi, la justice américaine a temporairement suspendu la mise en ligne de ces plans. Saisi en urgence, un tribunal fédéral de Seattle a fait droit à la demande des procureurs de huit États américains et de la capitale fédérale Washington. Le magistrat Robert Lasnik a indiqué qu'il examinerait le dossier sur le fond lors d'une nouvelle audience le 10 août.

Bataille judiciaire

La procureure générale de New York, Barbara Underwood, se félicite de cette décision : "Comme nous le disions dans notre plainte, il est fou de donner aux criminels les outils nécessaires pour fabriquer des pistolets imprimés indétectables et intraçables en appuyant sur un bouton".

 

Mais le fondateur de Defense Distributed, Cody Wilson, qui se définit comme un cryptoanarchiste, est bien décidé à se battre. Il juge que "l'âge des armes téléchargeables commence réellement". Suite à son interdiction d’activité, il déclare avoir "l'intention d'aller devant la justice". Selon lui, "les Américains ont le droit incontestable de partager cette information".

De son côté,  Hogan Gidley, porte-parole de la Maison Blanche a affirmé qu'il était "actuellement illégal de posséder ou de fabriquer une arme à feu en plastique quelle qu'elle soit, y compris celles fabriquées par une imprimante 3D". Il ajoute : "Nous allons continuer d'examiner toutes les options à notre disposition pour faire le nécessaire afin de protéger les Américains tout en soutenant les premier et deuxième amendements" de la Constitution.

Cody Wilson avait déjà essayé de vendre des impressions 3D en 2013. Il s'agissait alors du "Liberator", une sorte de pistolet gossier en plastique, capable de tirer une balle. Mais cette diffusion avait été interdite après 100 000 téléchargements.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Fusillade aux États-Unis : Walmart décide de limiter les ventes d’armes dans ses magasins

Décidément, il y aura un avant et après fusillade de Floride où 17 professeurs et étudiants ont trouvé la mort. Après le gestionnaire d'actifs géant Blackrock, ce sont deux enseignes majeures de la distribution qui veulent lever le pied sur la vente d’armes.

Les fabricants et distributeurs d’armes à feu dans le viseur de BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde

Le premier gestionnaire d’actifs au monde continue de peser de tout son poids dans le débat sur les armes à feu outre-Atlantique. Deux mois après la fusillade de Floride qui avait fait 17 morts, BlackRock annonce plusieurs mesures excluant les fabricants et distributeurs d’armes à feu de...

Contrôle des armes à feu : les actionnaires prennent le relais d'une administration américaine impuissante

La fusillade de Parkland le 14 février en Floride a eu une influence inédite sur le débat concernant le contrôle des armes aux États-Unis. Parmi les acteurs les plus actifs depuis le drame : les investisseurs. Interpellés par des politiques et les citoyens, des poids lourds comme BlackRock...

Après cinq ans de recul, les ventes d’armes dans le monde repartent à la hausse

La Corée du Sud, en réaction à la menace de son voisin du Nord, a augmenté largement sa capacité de production, selon un rapport du Sipri. Les États-Unis continuent toutefois à caracoler en tête. La France se situe à la quatrième place après le Royaume-Uni et la Russie.

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Maindombe @J. Claeys Boùùaert

Quand les crédits carbone mettent en danger les droits des peuples autochtones

Absence de consentement, de retombées économiques ou modification de force de l'usage des terres... les populations autochtones bénéficient difficilement des retombées des crédits carbone issus des forêts qu'elles protègent. Une étude de l'ONG Rights and Resources Initiative (RRI) estime que seuls 3...

Manifestation anti pass sanitaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Vagues d’indignations après les comparaisons entre le recours au pass sanitaire et l’holocauste

Lors des manifestations contre la généralisation du pass sanitaire et les vaccins qui ont émaillé le pays ce week-end, de nombreux slogans ont effectué des comparaisons odieuses entre la politique française et l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces positions ont provoqué...

Piratage telephone pegasi Marilia Castelli on Unsplash

Pegasus : Cibles d’un système mondial d’espionnage, plusieurs médias et personnalités portent plainte

Des milliers de téléphones appartenant à des journalistes, avocats, défenseurs des droits humains... ont été espionnés par le logiciel israëlien Pegasus de NSO group, pour le compte de plusieurs pays dont le Mexique, la Hongrie ou encore le Maroc. Si la France n'était pas cliente du groupe NSO,...

Galite femmes hommes plans de relance oxfam

Les appels pour un plan de relance féministe se multiplient alors que la pandémie a creusé les inégalités femmes-hommes

À l'occasion du Forum Génération Égalité, le rassemblement féministe mondial le plus important depuis 1995 coprésidé par le Mexique et la France sous l'égide de l'ONU, les associations mettent la pression sur les gouvernements pour mettre l'égalité femmes hommes au cœur des plans de relance. Les...