Publié le 19 septembre 2017

SOCIAL

Employer des réfugiés : un tabou pour les entreprises françaises

Les associations du secteur l'assurent : les entreprises, grandes et moyennes, sont de plus en plus nombreuses à employer des réfugiés. Des initiatives s'inscrivant dans une démarche de responsabilité citoyenne mais qui ne sont pourtant pas valorisées. Elles sont même cachées. En cause : l'acceptabilité. Avec 10 % de chômage en France et les scores élevés du Front National, difficile d'assumer cette embauche.

Les entreprises emploient de plus en plus de migrant mais ne communiquent pas sur ces actions citoyennes.

Ils sont des milliers, tous les ans, à demander le statut de réfugié en France. En 2016, sur les plus de 85 000 demandes d’asiles reçues, la France en a accordé 36 000 (1). Mais contrairement aux années 70-80, "la situation économique éloigne encore plus les réfugiés de l’emploi", affirme Didier Leschi, directeur général de l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII). Sans emploi, on s'éloigne aussi de l'intégration. 

Une démarche citoyenne selon Zara

Pour remédier à cette précarité, certaines entreprises s’engagent. C’est le cas du groupe Inditex, qui détient plusieurs marques notoires comme Zara, Massimo Duti ou Stradivarius. Depuis plus de 10 ans, "nous intégrons deux fois par an, 15 personnes éloignées de l’emploi", avance Jean-Jacques Salaun, directeur général France de Zara. Il explique qu'à l'origine environ deux à trois individus étaient des réfugiés. Aujourd’hui, "la proportion s’est inversée. On compte environ dix réfugiés pour cinq natifs". Tous obtiennent un contrat à durée indéterminée et suivent en amont une formation.

"On ne s’inscrit pas dans une démarche de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Nous ne sommes responsables de rien dans cette crise migratoire. On est plutôt dans une logique de démarche citoyenne. On ne cherche pas de retour sur investissement. Nous sommes conscients que nous agissons à petite échelle mais si tout le monde s’y met, on pourrait s’en sortir", explique le DG de Zara.

Avec 10 % de chômage en France, difficile d’assumer l’embauche de réfugiés

Plusieurs entreprises ont choisi d'intégrer l’embauche de réfugiés à leur démarche RSE. "On note une vraie prise de conscience", souligne Alice Barbe, de l’association SINGA. Pourtant, très peu de grandes entreprises souhaitent communiquer sur cette insertion. "Il y a un réel tabou", explique Diane Binder, cofondatrice d’Action Emploi Réfugiés, "il s’avère difficile aujourd’hui pour une entreprise de justifier ce choix. Avec 10 % de chômage en France, le contexte est particulier". D’autant que les scores du Front National ont quelque peu refroidi les bonnes volontés.

Ce qu’il faut ? "Du temps", croit Jean-François Connan, président du comité d’insertion du MEDEF. "Au niveau de la communication, on est sur la même logique que l’insertion des repris de justice. Cela demande du temps en termes d’acceptabilité", souligne le directeur responsabilité et innovation sociale chez Adecco, groupe très impliqué sur la question des réfugiés.

Une multitude d’initiatives mais pas de structure

En juin 2016, lorsque Diane Binder d’Action Emploi Réfugiés a demandé aux grandes entreprises de signer une tribune pour l’insertion professionnelle des réfugiés, très peu ont répondu à l’appel. "Contrairement aux États-Unis, il n’y a pas eu une forte mobilisation du monde de l’entreprise. Nous avons compris qu’il fallait approcher une par une les entreprises pour créer des partenariats", commente-t-elle.

Résultat, des petites initiatives fortes mais disparates sont apparues, sous l’impulsion des associations. "C’est de la dentelle, il faut passer à quelque chose de plus massif", alerte Didier Leschi de l’OFII. Déjà, des projets innovants se multiplient comme cet incubateur, La Fabrique, lancé par l’association Singa à destination des entrepreneurs réfugiés ou cette plateforme de rapprochement entre réfugiés et employeurs conçu par Action Emploi Réfugiés qui prend de plus en plus d’ampleur. 200 entreprises (Le Club Med, Thalès, L’Armée de Terre…) y sont inscrites et y publient des offres d'emploi.

Mais "ce qu’on espère, c’est que les branches se saisissent du sujet et construisent une vraie structure", explique Jean-François Connan du MEDEF, "cela permettrait de faciliter les démarches des entreprises et de faire entrer cette problématique dans un parcours rodé et classique".

Marina Fabre @fabre_marina

(1) dont les protections subsidiaires 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Assemblee nationale Wikipedia 01

L’Assemblée nationale reconnait le "génocide" des Ouïghours par la Chine

Crimes contre l'humanité et génocide. Deux qualificatifs de la répression contre le peuple ouïghour en Chine que les députés français viennent enfin de reconnaitre dans une résolution adoptée ce 20 janvier. De quoi brouiller un peu plus les rapports avec Pékin à quelques jours de l'ouverture des...

New York Manhattan Yellow Cab CCO

Pour responsabiliser l’industrie de la mode, New York envisage une loi sur le devoir de vigilance

Le devoir de vigilance était un dispositif plutôt européen. Mais une députée et une sénatrice de l’État de New York ont proposé un projet de loi pour imposer aux industriels de la mode de prévenir les risques sociaux, environnementaux et climatiques de leurs sous-traitants. Une première aux...

Inegalite ok

Les inégalités de richesse se sont creusées de façon inédite pendant la pandémie

La fortune des milliardaires dans le monde a plus augmenté au cours des 19 derniers mois que sur la dernière décennie, affirme Oxfam dans son dernier rapport sur les inégalités mondiales. "C’est la plus forte augmentation depuis que ce type de données est recensé", précise l’ONG. La France ne fait...

Vaccin covid CC0 pixabay

Armand Hatchuel, chercheur à MinesParisTech : "Il faut se préparer à une prochaine pandémie et clarifier le jeu avec les laboratoires"

Un État peut-il se passer des grands laboratoires pharmaceutiques pour organiser une production vaccinale publique ? C'est la question que s'est posée le chercheur et professeur à MinesParisTech Armand Hatchuel, rappelant l'exemple des États-Unis, qui ont tenté de créer une telle filière mais ont...