Publié le 16 novembre 2018

SOCIAL

Défenseurs des droits humains : l’ONU met la pression sur les multinationales

Les communautés locales, les travailleurs ou les syndicalistes peuvent être mis en danger par le pouvoir croissant des multinationales lorsqu’ils défendent leurs terres, leurs droits syndicaux ou leurs conditions de travail. Le Rapporteur des défenseurs des droits de l’Homme à l'ONU, Michel Forst, appelle à mettre en place des outils de protection comme le "name and shame" ou l’engagement actionnarial.

L'ONU veut actionner de nouveaux leviers pour contraindre les multinationales à respecter les droits de l'Homme.
@pixabay

En 2017, au moins 312 défenseurs des droits humains ont été assassinés, soit deux fois plus qu’en 2015. Des centaines d’autres sont régulièrement menacées pour leurs activités de défense de leur peuple, de l’environnement ou des populations les plus vulnérables comme les populations autochtones ou les migrants. En cause : les États mais aussi, et de plus en plus, les entreprises.

"La défense des droits de l’Homme face aux incidences négatives des activités d’entreprises expose des gens ordinaires, des communautés, des travailleurs et des représentants syndicaux à la stigmatisation, à la criminalisation, aux attaques physiques et parfois à la mort", note le rapport sur "la situation des défenseurs des droits de l’Homme", de l’ONU paru en juillet 2018.

20 ans après la déclaration sur les défenseurs des droits humains, des lignes directrices destinées spécifiquement aux entreprises sont attendues d'ici peu. Un traité sur les droits humains est aussi en négociation à l’ONU.

Name and shame

En parallèle, d’autres leviers peuvent être actionnés, assure Michel Forst, le rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme à l'ONU. "Quand je reçois des plaintes concernant les pouvoirs publics, j’envoie des lettres d’allégations, rapportant les faits et posant une série de questions destinées à voir si l’État a pris la mesure du problème et comment il y répond. Lettre et réponse sont rendues publiques. C’est assez efficace. J’ai décidé de faire de même avec les entreprises les plus controversées (comme Barrick Gold ou Anglo American, ndr) sur la base de rapports d’ONG, de plaintes de défenseurs des droits humains ou de mes propres observations", rapporte-il.

En réponse, des centaines de pages, rédigées par des avocats. Et des rencontres, pour expliquer leurs positions. "Voir leur nom cité dans des rapports d’ONG comme Global Witness ne leur fait pas plaisir mais le voir dans des rapports officiels, des Nations Unies, consultés par les États, cela les dérange. Beaucoup comprennent la nécessité stratégique de faire mieux, en associant davantage les populations à leurs projets", assure-t-il.

Pour vérifier leurs arguments, Michel Forst se rend ensuite sur le terrain, en mission officielle. Toutes les entreprises sont cependant loin d’être coopératives. Certaines ne répondent pas, d’autres menacent de poursuites en justice.

Une alliance avec le secteur financier

Autre levier exploré par le rapporteur spécial, l’alliance avec les acteurs financiers. D’abord les banques d’investissement et de développement. "Elles ont le vrai pouvoir de convaincre les États et les entreprises de faire plus et mieux", selon lui. Des travaux confidentiels sont menés avec la Banque mondiale et des banques régionales sur "les représailles" que pourraient subir les défenseurs des droits humains dénonçant des agissements des entreprises financés par leurs soins.

Des investisseurs privés, déjà en pointe sur la question des droits de l’Homme comme les fonds de pension norvégiens, néerlandais ou suédois, sont aussi engagés pour établir des règles drastiques sur la consultation préalable des populations et de leur protection, allant jusqu’au retrait des financements, assure-t-il.

Enfin, le Rapporteur se dit prêt à intervenir lui-même en interpellant les entreprises les plus réticentes lors des rendez-vous avec les actionnaires, à l’occasion des assemblées générales par exemple. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Énergies fossiles : dialoguer ou désinvestir, quel choix pour les investisseurs ?

Chez les investisseurs du monde entier, le charbon n’a plus bonne presse. Difficile pour des banques, assureurs ou fonds de pension ayant pignon sur rue, de garder dans ses portefeuilles ce symbole du réchauffement climatique. Faut-il maintenant élargir le désinvestissement aux autres...

Droits humains : bientôt un traité international contraignant pour les multinationales ?

Une première version d’un traité international contraignant les entreprises multinationales afin de respecter les droits humains vient d’être publiée par un groupe de travail de l'ONU. Il doit servir de base aux négociations qui s’ouvriront en octobre à Genève. Mais le parcours de ce texte...

Les droits de l’homme, une préoccupation majeure des investisseurs responsables

Entreprises et Etats sont de plus en plus scrutés sur leurs performances relatives aux droits de l’homme. C’est ce qui ressort d’un évènement organisé par Novethic le 15 janvier. Les ONG, les agences de notation et les investisseurs veillent : ils multiplient les outils pour détecter...

Droits humains: une notation publique pour 100 multinationales

La première évaluation publique sur le respect des droits humains par les entreprises est disponible. Cette notation est le fruit d’un travail collaboratif de deux ans entre investisseurs responsables et organisations spécialisées. Elle a été lancée en grande pompe à Londres le 13 mars....

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Plateforme gaziere qatar Marc Roussel TOTAL

Sanctions du Parlement européen et gaz qatari : un cocktail explosif aux effets puissants

Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un "effet négatif sur la sécurité...

Mangrove saint laurent du maroni

Un projet de centrale solaire en Guyane montre la difficile prise en compte des droits des peuples autochtones

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d'Outre-mer. Cependant, les peuples...

Fifa Qatar 2022 coupe du monde football Giuseppe Cacace AFP

Qatar 2022 : la Coupe du monde, championne des controverses

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds...

Qatar Vinci

Qatar 2022 : avec la mise en examen de Vinci, les controverses se multiplient à l’approche de la Coupe du monde

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors...