Publié le 10 novembre 2018

SOCIAL

[Décryptage] La cyber propagande nuit à la démocratie, à l'environnement et à la liberté de la presse

Le Forum pour la Paix réunit à Paris ce week-end une soixantaine de chefs d’État. Organisé par la diplomatie française avec l'espoir de réitérer la recette de la COP 21 qui a conduit à l'Accord de Paris, il va mêler des acteurs étatiques et non étatiques (ONG, entreprises…) pour construire les bases d’une paix multilatérale destinée à préserver la flamme de la démocratie.

Une initiative de Reporter sans frontière veut consacrer l'accès à une information fiable comme un droit humain.
@RichVintage

À l’occasion du forum pour la paix qui se tient à Paris ce dimanche 11 novembre, plusieurs initiatives œuvrant en ce sens seront mises en avant. Parmi celles-ci, figure la "Déclaration internationale sur l’information et la démocratie" proposée par Reporters Sans Frontières (RSF). Elle a été rédigée par une Commission Information & Démocratie composée de 25 personnalités de 18 nationalités, dont trois prix Nobels Amartya Sen, Joseph Stiglitz, Mario Vargas Llosa. Ils sont associés à des spécialistes des nouvelles technologies, d’anciens dirigeants d’organisations internationales, des juristes et des journalistes.

Ils appellent "les dirigeants de bonne volonté de tous les continents à se mobiliser en faveur des modèles démocratiques et d’un débat public ouvert dans lequel les citoyens peuvent prendre leurs décisions sur la base de faits". Ils rappellent que "l’espace global de la communication et de l’information, qui est un bien commun de l’humanité, doit être protégé en tant que tel, afin de favoriser l’exercice de la liberté d’expression et d’opinion en respectant les principes de pluralisme, de liberté, dignité et tolérance, ainsi que l’idéal de la raison et de la connaissance."

Droit à l’information fiable

Leur objectif est de consacrer un "droit à l’information", entendu comme un droit à l’information fiable. Cette innovation juridique permettrait d’établir "un droit fondamental pour les êtres humains leur permettant de revendiquer la réception d’informations collectées, traitées et diffusées de manière libre, conformément à un idéal d’engagement pour la vérité, de pluralité des points de vue et une méthode rationnelle d’établissement des faits."

Ce bouclier anti fake news est crucial à mettre en place dans une période où se multiplient les coups de boutoir contre l’exercice éclairé du droit de vote par l’utilisation massive de cyber propagande. Aux États-Unis comme au Brésil, elle a permis de porter au pouvoir des dirigeants dont les programmes constituent une menace réelle pour la protection de l’environnement.

Dans le premier cas, Donald Trump sape les bases de l’Accord de Paris et démantèle les législations protectrices de l’environnement. Dans le second cas, Jair Bolsanoro lui emboite le pas et facilite l’exploitation de la forêt amazonienne. Leurs élections respectives montrent qu’une propagande grossière et efficace optimisée grâce à l’intelligence artificielle des réseaux sociaux est une arme de destruction massive de la démocratie et de la planète.

Guerre de la communication

Le volume d’informations produit quotidiennement atteint des niveaux délirants. Tous les deux jours sont générés autant de données que l’humanité en a produit dans toute son histoire et seule une infime partie d’entre elles sont fiables, vérifiées et traitées par des journalistes. Ils sont aujourd’hui une cible menacée et exécutée dans de nombreux pays. Cette année 63 ont été tués, 169 autres sont en prison selon le baromètre établi par RSF. Aux États-Unis, le Président lui-même décrédibilisent en permanence les journalistes et accusent de Fake news toutes les informations qui ne lui conviennent pas.

Lutter à armes égales suppose non seulement de garantir le droit à une information fiable mais aussi de s’adapter à cette guerre de la communication basée sur une cyber-propagande efficace et structurée. Les agents secrets doivent être des hackers de génie mettant leurs compétences au service de la protection de la démocratie et de l’environnement. C’est en tous cas le scénario de la dernière saison de la série française "Le bureau des Légendes". Reste à espérer que la fiction devienne bien une réalité !

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Plateforme gaziere qatar Marc Roussel TOTAL

Sanctions du Parlement européen et gaz qatari : un cocktail explosif aux effets puissants

Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un "effet négatif sur la sécurité...

Mangrove saint laurent du maroni

Un projet de centrale solaire en Guyane montre la difficile prise en compte des droits des peuples autochtones

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d'Outre-mer. Cependant, les peuples...

Fifa Qatar 2022 coupe du monde football Giuseppe Cacace AFP

Qatar 2022 : la Coupe du monde, championne des controverses

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds...

Qatar Vinci

Qatar 2022 : avec la mise en examen de Vinci, les controverses se multiplient à l’approche de la Coupe du monde

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors...