Publié le 16 avril 2020

SOCIAL

Coronavirus : pendant le confinement, la charge mentale des femmes explose

Le confinement est une période particulièrement difficile pour les femmes, leur charge mentale explose. Les témoignages en ce sens se multiplient sur les réseaux sociaux. Entre le télétravail, l'éducation des enfants, la cuisine, le ménage... la gestion est particulièrement difficile. D'autant que s'ajoute également la charge émotionnelle, qui consiste à s'assurer du bien-être de son foyer, parfois au détriment du sien. 

Charge mentale confinement femme
Certaines femmes ont l'impression d'être retournées dans les années 50.
CC0

[Mise à jour le 16 avril] Dans une vidéo publiée par le chanteur Raphaël, l’homme, guitare à la main, se filme en direct en train de chanter. Sa femme, Mélanie Thierry débarque, se fait gentiment tancer par Raphaël et elle, de répondre : "Bah ouais, mais c’est pas une heure, t’es dans la cuisine, j’dois faire à bouffer". Si cette vidéo est légère, elle met en exergue un fait : avec le confinement, les femmes prennent toujours en charge les tâches domestiques. Et même davantage que d’habitude. 

Sur la toile, les témoignages de femmes au bord de la rupture se multiplient à vitesse grand V. "J’ai l’impression de vivre la vie d’une femme au foyer des années 1950, entièrement dévouée et dédiée à la maison et aux enfants", résume ainsi Carole, 38 ans, dans le Figaro Madame. La fermeture des services de garde en temps de Coronavirus, services qui avaient participé à leur émancipation, les pénalise beaucoup plus que les hommes car ce sont elles qui sont chargées, la plupart du temps, de l’éducation des enfants.

En télétravail, les femmes s'occupent encore plus des enfants

En moyenne, selon le dernier rapport de l’Insee, les femmes passent 1h34 quotidiennement à s’occuper des enfants, contre 43 minutes pour les hommes. Elles consacrent également, chaque jour, 3h13 aux tâches ménagères contre 1 h 12 pour les hommes. "Et encore, cet indicateur synthétique ne prend pas en compte le poids de la fameuse charge mentale, c’est-à-dire du temps consacré à organiser tout ce qui se situe dans la sphère domestique et qui est, par nature, très difficilement quantifiable", note l’Ifop. 

La secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes a commandé une enquête à Harris Interactive pour mesure l'impact du confinement sur les inégalités. Les résultats sont sans appel. "54 % des femmes consacrent plus de deux heures par jour aux tâches domestiques ou éducatives, contre seulement 35 % des hommes", explique Marlène Schiappa. Une étude allemande, publiée il y a un an, a montré que les femmes qui travaillent à domicile, comme beaucoup de Français en temps de confinement, consacrent plus de temps à leurs enfants, en moyenne trois heures supplémentaires par semaine. Les hommes, dans la même configuration, vont consacrer six heures de plus à leur travail. "La flexibilité du travail contribue à rendre l’emploi et la famille plus compatibles, mais elle peut simultanément consolider les divisions classiques entre hommes et femmes, voire les renforcer", explique la chercheuse en genre et travail et autrice de l’étude Yvonne Lott. 

Le fait que les hommes gagnent en moyenne davantage que les femmes - c'est le cas dans 75 % des couples - contribuent au sentiment que le travail des femmes est naturellement moins important, explique dans Slate Marie Becker, directrice conseil au cabinet Accordia. "Il faudrait créer une campagne d'information sur les réseaux sociaux et les médias afin de sensibiliser la population. C'est à l'État de conduire le changement, de responsabiliser les individus via des politiques publiques au niveau national en faveur de l'égalité dans les foyers. Comme pour les violences conjugales, il ne suffit pas de dire “attention” mais de mettre en place des solutions et des moyens pour faire progresser l'égalité femmes-hommes", plaide-t-elle. 

La charge émotionnelle : assurer le bien-être du foyer

D’où la tribune, parue dans le JDD, signée de la vice-présidente de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, la députée En Marche Fionar Lazaar. Avec 22 autres députés, elle appelle à "une prise de conscience partagée sur les inégalités domestiques et sur le phénomène de "charge mentale" pendant la crise."

À la charge mentale, s’ajoute la charge émotionnelle, conceptualisée dans une BD par la dessinatrice Emma. Cela consiste pour la compagne, la mère, d’assurer le bien-être psychologie de ses proches au détriment, parfois, du sien. Et elle semble avoir tapé dans le mil à en lire les dizaines de témoignages publiés sur le compte "T’as pensé à". "Pour moi, la charge mentale, c’est quand je continue de travailler mais que je dois prévoir la journée de tout le monde. Quand je ne le fais pas, le soir, je retrouve enfants et mari dans un état d’énervement profond. Pour ma tranquillité, je préfère prévoir que de me retrouver dans cette situation tous les soirs", écrit l’une d’elles sur Instagram. 

Charge mentale émotionnelle

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Fracture numerique mondiale

Fracture numérique : près d’un tiers de la population mondiale n’a toujours pas accès à Internet

Près de trois milliards d’habitants dans le monde sont ce qu’on appelle des "exclus numériques". C’est le constat dressé par l’Union internationale des télécommunications (UIT) qui publie cette semaine de nouvelles données. Une fracture numérique qui touche davantage les pays les plus pauvres et les...

Zara deconfinement AFP

À Bordeaux, l'extension d'un magasin Zara refusée en raison du travail forcé des Ouïghours

Zara, qui voulait étendre un de ses magasins dans le centre-ville de Bordeaux, vient d'essuyer un refus par une Commission départementale. Un refus motivé par l'ouverture d'une enquête visant Inditex, la maison mère de Zara, pour "recel de crime contre l'humanité" après un rapport d'ONG l'accusant...

Fatigue pandemique iStock Drazen Zigic

Covid-19 : Face à Omicron et la cinquième vague, le risque de "fatigue pandémique" menace

Alors que le Vieux Continent est à nouveau l'épicentre de la pandémie et qu'un nouveau variant venu d'Afrique du Sud baptisé Omicron fait craindre le pire, le gouvernement appelle notamment à un renforcement des gestes barrières et du protocole sanitaire en milieu professionnel. Un nouveau tour de...

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.