Publié le 15 avril 2020

SOCIAL

Coronavirus : Donald Trump suspend le financement des États-Unis à l’Organisation mondiale de la santé

Washington, le plus grand contributeur de l'Organisation mondiale de la santé, suspend ses financements à l'institution le temps qu'une enquête soit menée sur la gestion de la crise du Coronavirus par l'organisation. C'est ce qu'a annoncé Donald Trump le 15 avril, très critique envers l'OMS qu'il accuse de complaisance avec la Chine. Mais pour les opposants du Président américain, cette décision est surtout un prétexte pour cacher ses propres erreurs dans la gestion de la pandémie. 

Donald Trump Whitehouse
Le président américain a multiplié les critiques contre l'OMS ces derniers jours.
@WhiteHouse

Donald Trump a mis sa menace à exécution. Le président des États-Unis a annoncé le 15 avril qu’il suspendait la contribution américaine à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le temps qu’une enquête soit menée sur le "rôle de l’OMS dans la sérieuse mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du Coronavirus". Les États-Unis sont le plus important contributeur de la planète avec 400 à 500 millions de dollars versés chaque année à l’organisation.

Déjà le 7 avril, Washington avait menacé de couper ses financements avant que Donald Trump ne fasse machine arrière. "Je ne dis pas que je vais le faire mais nous allons examiner cette possibilité", avait-il déclaré. Le Président américain estime que l’OMS a mal géré la crise et qu’elle est trop complaisante avec Pékin. "Si l’OMS avait fait son travail et envoyé des experts médicaux en Chine pour étudier objectivement la situation sur le terrain, l’épidémie aurait pu être contenue à sa source avec très peu de morts", a-t-il fait valoir.

Un pas "dangereux dans la mauvaise direction"

L’OMS a été critiquée par plusieurs pays pour avoir tardé à évaluer les dangers. "En janvier, l’OMS a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve de transmission interhumaine de Covid-19. Mais alors que la Chine confirmait les premiers cas de transmission interhumaine, l’OMS a annoncé qu’il y avait une "transmission directe limitée entre humains", rappelle le Financial Times. "Plus tard dans le mois, l’OMS a décrit le virus comme une urgence mondiale mais a recommandé aux pays de garder leurs frontières ouvertes", ajoute le journal. 

La décision de Donald Trump a été très critiquée aux États-Unis et à l’international. Le président de l’American Medical Association, Dr Patrice Harris a qualifié cette décision d’un "pas dangereux dans la mauvaise direction qui ne facilitera pas la défaite du Covid-19". Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a appelé à l’unité. "Il est maintenant temps pour l’unité et pour la communauté internationale de travailler ensemble dans la solidarité pour arrêter ce virus et ses conséquences bouleversantes", a-t-il écrit. 

L'OMS, un bouc émissaire pour Donald Trump

Pour beaucoup de médias américains et opposants démocrates, en suspendant les financements américains à l’OMS, Donald Trump cherche un bouc émissaire alors qu’il est lui-même très critiqué sur sa gestion de la crise aux États-Unis où plus de 26 000 personnes sont déjà décédées du coronavirus. "En ce moment, il y a un effort très coordonné entre la Maison Blanche et leurs alliés pour essayer de trouver des boucs émissaires pour les erreurs fatales que le président a faites pendant les premiers stades de virus", a déclaré sur CNN le sénateur démocrate Chris Murphy. 

Et de fait, le président américain a reçu le soutien de plusieurs parlementaires républicains. Dans un tweet le sénateur républicain Josh Hawley a salué la décision de Donald Trump. "L’OMS est devenue une arme de propagande du Parti communiste chinois et est remplie d’apologistes du PCC. Elle a laissé tomber le monde dans cette situation d’urgence". 

 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Prodesc eolien

Devoir de vigilance : EDF assigné en justice pour ses activités au Mexique

Après Total, c’est un autre énergéticien qui est assigné en justice pour manquement à son devoir de vigilance, cette fois sur des problématiques de droits humains. Le groupe et sa filiale EDF Renouvelables sont accusés par des populations autochtones de ne pas les avoir consultées pour la...

Crise alimentaire france

[Tempête Covid] Quand la pandémie sanitaire provoque une crise de la faim

Alors que dans le monde entier, les associations d'aide alimentaire notent une hausse de la fréquentation depuis la crise sanitaire, l'association Oxfam estime que 12 000 personnes par jour pourraient mourir de faim en raison du Covid-19. Le virus, en aggravant les inégalités, fait basculer des...

Jean Castex hopital PremierMinistre

Covid-19 : le couvre-feu instauré en France relance le débat sur le nombre de lits de réanimation et l’économie de la santé

Selon le gouvernement, au rythme actuel de la seconde vague épidémique, les 5 800 lits de réanimation du pays seront bientôt saturés. D’où la décision d’instaurer un couvre-feu dans le pays pour limiter la transmission du virus et limiter les cas graves. Mais pour une partie du personnel...

Pauvrete Inde CC0

Covid-19 : entre 88 et 115 millions de personnes tombent dans l'extrême pauvreté

L'année 2020 aurait dû être marquée par une nouvelle réduction de l'extrême pauvreté. Mais la pandémie de Covid-19 a tout chamboulé : entre 88 et 115 millions de personnes supplémentaires ne vivront qu'avec 1,90 dollar par jour, soit moins du prix d'un café dans un pays avancé. Parmi eux, de plus en...