Publié le 09 avril 2020

SOCIAL

Coronavirus : Donald Trump menace l’Organisation mondiale de la santé de suspendre la contribution américaine

Donald Trump a menacé de suspendre la contribution américaine à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), dénonçant sa gestion de la pandémie du Coronavirus et une attitude à ses yeux trop favorable à Pékin. Une menace qui pèse lourd puisque Washington est le premier contributeur de la planète avec cinq milliards de dollars.

Donald Trump Whitehouse
En pleine pandémie de Coronaviurs, Donald Trump mène une charge contre l'OMS et la Chine.
@WhiteHouse

"Nous allons suspendre (le versement) des sommes destinées à l'OMS", a déclaré le président des États-Unis lors de son point de presse quotidien depuis la Maison Blanche, mardi 7 avril. Quelques minutes plus tard, cependant, il a fait machine arrière dans une certaine confusion, en affirmant qu'il souhaitait seulement étudier cette possibilité.

"Je ne dis que pas que je vais le faire mais nous allons examiner cette possibilité", a-t-il déclaré, contredisant sa déclaration initiale. À travers cette menace, qui représente quand même un versement de 5 milliards de dollars sur la période 2018-2019, le Président américain dénonce l’attitude de l’institution européenne vis-à-vis de Pékin. "Tout semble très favorable à la Chine, ce n'est pas acceptable", a-t-il déclaré.

Tensions sino-américaines

"Ils reçoivent des sommes énormes de la part des Etats-Unis", a-t-il insisté. "Ils ont critiqué la fermeture des frontières (aux personnes venues de Chine) quand je l'ai annoncée, et ils ont eu tort", a-t-il ajouté. "Ils ont eu tort sur beaucoup de choses", a-t-il martelé, sans donner plus de précisions. Ces déclarations interviennent après un tweet virulent de Donald Trump qui dénoncer un grand échec de l’OMS face à la crise actuelle.

L’épidémie est particulièrement virulente aux Etats-Unis alors que le confinement des grandes villes et des Etats a tardé à venir. Le pays est désormais le plus touché au monde avec plus de 400 000 malades. Le pays compte 13 000 décès, dont 2000 décès pour la seule journée du 7 avril, jour de la colère de Donald Trump sur l’organisation mondiale de la santé.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Hommage Samuel Paty Macron Sorbone FrancoisMaro AFP

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel macron dénonce "la conspiration funeste du mensonge et de la haine de l’autre"

"Nous continuerons ce combat pour la liberté" dont Samuel Paty est "le visage". Emmanuel Macron a rendu mercredi 21 octobre un hommage national vibrant à l'enseignant sauvagement assassiné, un crime "barbare" pour lequel sept personnes, dont deux mineurs, ont été mises en examen dans la soirée. Le...

Prodesc eolien

Devoir de vigilance : EDF assigné en justice pour ses activités au Mexique

Après Total, c’est un autre énergéticien qui est assigné en justice pour manquement à son devoir de vigilance, cette fois sur des problématiques de droits humains. Le groupe et sa filiale EDF Renouvelables sont accusés par des populations autochtones de ne pas les avoir consultées pour la...

Crise alimentaire france

[Tempête Covid] Quand la pandémie sanitaire provoque une crise de la faim

Alors que dans le monde entier, les associations d'aide alimentaire notent une hausse de la fréquentation depuis la crise sanitaire, l'association Oxfam estime que 12 000 personnes par jour pourraient mourir de faim en raison du Covid-19. Le virus, en aggravant les inégalités, fait basculer des...

Jean Castex hopital PremierMinistre

Covid-19 : le couvre-feu instauré en France relance le débat sur le nombre de lits de réanimation et l’économie de la santé

Selon le gouvernement, au rythme actuel de la seconde vague épidémique, les 5 800 lits de réanimation du pays seront bientôt saturés. D’où la décision d’instaurer un couvre-feu dans le pays pour limiter la transmission du virus et limiter les cas graves. Mais pour une partie du personnel...