Publié le 09 avril 2020

SOCIAL

Coronavirus : Donald Trump menace l’Organisation mondiale de la santé de suspendre la contribution américaine

Donald Trump a menacé de suspendre la contribution américaine à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), dénonçant sa gestion de la pandémie du Coronavirus et une attitude à ses yeux trop favorable à Pékin. Une menace qui pèse lourd puisque Washington est le premier contributeur de la planète avec cinq milliards de dollars.

Donald Trump Whitehouse
En pleine pandémie de Coronaviurs, Donald Trump mène une charge contre l'OMS et la Chine.
@WhiteHouse

"Nous allons suspendre (le versement) des sommes destinées à l'OMS", a déclaré le président des États-Unis lors de son point de presse quotidien depuis la Maison Blanche, mardi 7 avril. Quelques minutes plus tard, cependant, il a fait machine arrière dans une certaine confusion, en affirmant qu'il souhaitait seulement étudier cette possibilité.

"Je ne dis que pas que je vais le faire mais nous allons examiner cette possibilité", a-t-il déclaré, contredisant sa déclaration initiale. À travers cette menace, qui représente quand même un versement de 5 milliards de dollars sur la période 2018-2019, le Président américain dénonce l’attitude de l’institution européenne vis-à-vis de Pékin. "Tout semble très favorable à la Chine, ce n'est pas acceptable", a-t-il déclaré.

Tensions sino-américaines

"Ils reçoivent des sommes énormes de la part des Etats-Unis", a-t-il insisté. "Ils ont critiqué la fermeture des frontières (aux personnes venues de Chine) quand je l'ai annoncée, et ils ont eu tort", a-t-il ajouté. "Ils ont eu tort sur beaucoup de choses", a-t-il martelé, sans donner plus de précisions. Ces déclarations interviennent après un tweet virulent de Donald Trump qui dénoncer un grand échec de l’OMS face à la crise actuelle.

L’épidémie est particulièrement virulente aux Etats-Unis alors que le confinement des grandes villes et des Etats a tardé à venir. Le pays est désormais le plus touché au monde avec plus de 400 000 malades. Le pays compte 13 000 décès, dont 2000 décès pour la seule journée du 7 avril, jour de la colère de Donald Trump sur l’organisation mondiale de la santé.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Plateforme gaziere qatar Marc Roussel TOTAL

Sanctions du Parlement européen et gaz qatari : un cocktail explosif aux effets puissants

Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un "effet négatif sur la sécurité...

Mangrove saint laurent du maroni

Un projet de centrale solaire en Guyane montre la difficile prise en compte des droits des peuples autochtones

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d'Outre-mer. Cependant, les peuples...

Fifa Qatar 2022 coupe du monde football Giuseppe Cacace AFP

Qatar 2022 : la Coupe du monde, championne des controverses

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds...

Qatar Vinci

Qatar 2022 : avec la mise en examen de Vinci, les controverses se multiplient à l’approche de la Coupe du monde

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors...