Publié le 23 décembre 2019

SOCIAL

[2010-2020] Me Too, le jour où la parole des femmes s'est libérée

C'était en 2017. L'affaire Weinstein a été l'étincelle d'un mouvement, puissant, inédit et mondial : Me Too. Des milliers de femmes ont témoigné de leur quotidien, empreint de harcèlement et de violences sexuelles. Si les effets de cette vague sont encore flous, elle a marqué un tournant qui s'est poursuivi jusqu'à l'affaire Adèle Haenel. À l'occasion de l'entrée dans les années 2020, les journalistes de Novethic témoignent des événements de la décennie passée. 

Manifestation feminicide me too Mathieu Menard Hans Lucas
Les agressions, harcèlements, viols... ne sont plus considérés comme des faits divers.
Mathieu Menard / Hans Lucas

C’est l’histoire d’un homme qui court après une femme, en pleine nuit, le pénis découvert. C’est l’histoire d’un homme qui se frotte à une femme, dans un métro bondé, en ayant une érection. C’est l’histoire d’un homme qui fait chanter son assistante : une faveur sexuelle contre un poste. Ces histoires, ce sont celles de mes amies, Sarah, Fanny et Leila. Elles étaient recouvertes d’un voile, le voile de la honte, du privé, de l’intime. Et puis il y a eu Me Too. 

De faits divers à fait de société 

D’un coup, des millions de femmes ont dénoncé les violences, le harcèlement, les agressions sexuelles et viols dont elles ont été victimes à l’appel de l’actrice Alyssa Milano aux États-Unis*. En France, c’est la journaliste Sandra Muller qui lancera le mot clé Balance Ton Porc. Les expériences de ces femmes, longtemps placardisées dans l’intime, étiquetées dans les colonnes des journaux comme faits divers, sont devenues un fait de société. Leur histoire est devenue l’Histoire. Et l’étincelle s’appelle Harvey Weinstein. 

Ce producteur, accusé en 2017 par plusieurs actrices et collaboratrices de viols et d’agressions, a été mis à nu par le New York Times qui a enquêté pendant des mois sur ses pratiques criminelles. Si cette affaire est le déclencheur d’un mouvement d’une ampleur inédite, Me Too est allé plus loin. Cette vague de témoignages a montré que "les monstres n’existent pas". Les harceleurs, les agresseurs, les violeurs sont des hommes construits par notre société. D’où l’absolue nécessité de repenser la masculinité hégémonique pour sortir des rapports de domination à l’œuvre. 

L'affaire Adèle Haenel n'est pas l'Affaire Ruggia 

Aujourd’hui, les conséquences de Me Too sont encore floues. Roman Polanski peut toujours faire la Une de Paris Match et Tariq Ramadan est toujours invité chez Jean-Jacques Bourdin. Mais on ne peut nier une prise de conscience collective. Le taux de plaintes a bondi. Wall Street a introduit une "clause Weinstein" pour prévenir des scandales sexuels. Emmanuel Macron a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes une grande cause nationale. Mais surtout, il y a Adèle Haenel.

Dans une vaste enquête publiée en novembre par Médiapart, l’actrice césarisée accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’agressions sexuelles de 2001 à 2004 alors qu’elle était âgée de 12 à 15 ans. Sa parole est le fruit, la continuité du mouvement Me Too. Elle est mûre, responsable et brise l’omerta. Adèle Haenel parle d’elle, mais surtout de nous. Sa parole est politique. Sa parole est puissante. Et contrairement à l’affaire Weinstein, il n’y a pas d’affaire Ruggia, il y a l’affaire Adèle Haenel. Car c’est elle, aujourd’hui, qui a le pouvoir. Et cela change tout. 

Marina Fabre, @fabre_marina

*Le mouvement Me Too a en réalité été lancé par l’activiste afroféministe Tarana Burke en 2007. Il a été repris, dix ans plus tard, par l’actrice Alyssa Milano avec le succès qu’on connaît.

Décennie


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Olivia Gregoire 1

Olivia Grégoire : "Le devoir de vigilance européen, c’est le sens de l’histoire économique"

Alors que l'Union européenne doit adopter une directive sur le devoir de vigilance des multinationales, la ministre en charge de l'Économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire, défend la position de la France, premier pays à avoir légiféré en la matière. Si les lobbys pèsent, la...

 Senat et loi climat @Jacques Paquier

Devoir de vigilance : Les sénateurs délèguent la compétence au tribunal de commerce, au grand dam des associations

Les tribunaux de commerce pourraient bientôt devenir les seuls compétents pour juger les affaires fondées sur le devoir de vigilance. C'est ce qu'ont voté les sénateurs, fin septembre, contre l'avis du gouvernement. Les associations craignent que cette mesure ne vide de son sens la loi de 2017 qui...

Vaccin Covid 19 Byjeng

Covid-19 : En privant les pays pauvres de vaccin, les laboratoires alimentent "une crise des droits humains sans précédent"

Alors que les géants pharmaceutiques ont été applaudis pour leur rapidité à produire un vaccin pendant la pandémie de Covid-19, l'ONG Amnesty International les accuse, dans un nouveau rapport, de ne pas respecter les droits humains en fournissant quasi uniquement les pays riches, au détriment des...

Deforestation changement sol Free Photos de Pixabay

2020, année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement

Le nombre de défenseurs de l'environnement assassinés dans le monde ne cesse d'augmenter. Le nouveau rapport de Global Witness recense au moins 227 meurtres, dont la moitié en Colombie. Un record alors que les trois quarts des victimes luttaient contre la déforestation dans des pays en...