Publié le 24 juin 2019

SOCIAL

États-Unis : 200 entreprises prennent enfin la défense du droit à l’avortement

Mieux vaut tard que jamais. Alors que fin mai les grandes entreprises étaient restées muettes sur les atteintes au droit à l’avortement dans plusieurs États américains, près de 200 entreprises viennent de défendre publiquement ce droit fondamental dans une tribune au New York Times. Elles fustigent un recul qui menace "la santé, l'indépendance et la stabilité économique" de leur écosystème. 

Des manifestations sont organisées régulièrement aux États-Unis pour protester contre le recul du droit à l'avortement.
Planned Parenthood Action @PPact

"N'interdisez pas l'égalité". Voici la tribune publiée dans le New York Times que près de 200 chefs d'entreprises ont signé pour défendre le droit à l'avortement. On y trouve le patron de Twitter, Jack Dorsey, ceux de l’agence financière Bloomberg, du glacier Ben & Jerry’s, celui de Tinder ou encore la styliste Diane von Furstenberg.

"Réduire l'accès aux soins liés à la reproduction, y compris à l'avortement, menace la santé, l'indépendance et la stabilité économique de nos employés et de nos clients", écrivent les patrons de ces entreprises. "Cela va à l'encontre de nos valeurs et c'est mauvais pour nos affaires (…) Cela fragilise notre capacité à réunir une main-d’œuvre diversifiée, à recruter des talents dans tous les Etats et à protéger le bien-être de ceux qui font tourner nos affaires au quotidien", expliquent les signataires.

Un silence assourdissant 

Leur tribune vient rompre le silence assourdissant qui peser du côté des entreprises depuis quelques semaines. Un silence d’autant plus prononcé que les grandes entreprises ont l’habitude de réagir lorsqu’un coup de canif est importé aux droits humains. Ce fut le cas pour le décret anti-immigration porté par Donald Trump à l’été dernier. Les géants de la tech et la Chambre du commerce avaient dénoncé publiquement la politique du Président et lors de la sortie des États-Unis de l’Accord de Paris.

Face à ce mutisme, des appels au boycott d’entreprises des régions concernés ont même été lancés pour faire pression sur les autorités. "L’avortement est un de ces sujets" qui ont "le potentiel de cliver une audience", expliquait à l’AFP Melissa Dodd, professeure en relations publiques à l’université de Central Florida.

Une tribune saluée par les défenseurs du droit à l’avortement

La prise de position a donc été salutaire pour les défenseurs du droit à l’avortement. "Nous sommes reconnaissants et inspirés par le fait que tant de dirigeants se lèvent avec fierté et publiquement pour s'opposer aux attaques dangereuses et sans précédent", en cours dans le pays, a ainsi commenté Leana Wen, présidente de la puissante organisation Planned Parenthood. "Leur déclaration montre que le monde des affaires ne va pas rester sur la touche pendant que les politiciens essaient de nous retirer nos droits", a ajouté Anthony Romero, directeur de l'organisation de défense des libertés civiles ACLU.

Pour rappel, ce sont plus de 300 mesures limitant l’interruption volontaire de grossesse qui ont été prises ces derniers mois dans 28 États américains. Après le Texas, le Missouri ou encore le Kentucky, l’Alabama a promulgué une loi pénalisant l’avortement. Encore plus restrictive que les autres, elle assimile l’IVG à un homicide et prévoit des peines allant jusqu’à 99 ans d’emprisonnement pour les médecins la pratiquant. En Géorgie, l’État a interdit aux femmes d’avorter dès que les battements du cœur sont détectables, soit dès la sixième semaine.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Zara deconfinement AFP

À Bordeaux, l'extension d'un magasin Zara refusée en raison du travail forcé des Ouïghours

Zara, qui voulait étendre un de ses magasins dans le centre-ville de Bordeaux, vient d'essuyer un refus par une Commission départementale. Un refus motivé par l'ouverture d'une enquête visant Inditex, la maison mère de Zara, pour "recel de crime contre l'humanité" après un rapport d'ONG l'accusant...

Fatigue pandemique iStock Drazen Zigic

Covid-19 : Face à Omicron et la cinquième vague, le risque de "fatigue pandémique" menace

Alors que le Vieux Continent est à nouveau l'épicentre de la pandémie et qu'un nouveau variant venu d'Afrique du Sud baptisé Omicron fait craindre le pire, le gouvernement appelle notamment à un renforcement des gestes barrières et du protocole sanitaire en milieu professionnel. Un nouveau tour de...

IStock 467921279 1

Qatar : malgré quelques avancées, les droits des travailleurs migrants encore trop peu respectés

Malgré des progrès dans la loi, le Qatar peine toujours à faire respecter les droits des travailleurs migrants sur le terrain. Des manquements pointés par l’ONG Amnesty International dans une analyse récente. Elle appelle l’émirat à agir d’ici le Mondial de football en 2022.

Francoise Verges Boulomsouk Svadphaiphane 1

Françoise Vergès, politologue : "Le peuple guadeloupéen se sent malmené depuis toujours"

Alors que le gouvernement tente de trouver une porte de sortie à la crise en Guadeloupe, dont le passe sanitaire et l'obligation vaccinale a été un élément déclencheur de mobilisation, la politologue Françoise Vergès observe un malaise plus profond. "Il n'y a pas de confiance en l'État", dit-elle...