Publié le 05 septembre 2016

Cartouche supply chain

SOCIAL

168 millions d’enfants au travail dans le monde

Dans les champs, dans les mines ou l’industrie, ce sont encore des millions d’enfants, 168 selon l’OIT, qui travaillent, dans des conditions souvent dangereuses, au lieu d’aller à l’école. Un fléau qui doit être combattu par les gouvernements, mais aussi les entreprises, qui peuvent être exposées via des chaînes d’approvisionnement de plus en plus complexes.

01 travail enfants petit format
168 millions d'enfants travaillent dans le monde, notamment dans le secteur agricole, minier et industriel, selon l'OIT.
BIG / Novethic

"Il est inacceptable de trouver encore aujourd'hui 168 millions d'enfants au travail dans le monde, dont 85 millions font un travail dangereux", a rappelé Guy Ryder, le directeur de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), le 12 juin dernier, à  l'occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants. Et ce alors même que la Convention 138 concernant l'âge minimum d'admission à l'emploi, de 1973, a été ratifiée par 168 États membres et que la Convention 182 sur les pires formes de travail des enfants, de 1999, est proche de la ratification universelle.

"Dire que le travail des enfants n'a pas sa place dans des marchés bien organisés et bien réglementés est une évidence. Pourtant, aujourd'hui le travail des enfants reste répandu dans les chaines d'approvisionnement", a-t-il ajouté, appelant à  la mise en place de partenariats associant les pouvoirs publics, les entreprises et les organisations d'employeurs et de travailleurs.

Même si le travail des enfants a baissé d'un tiers depuis dix ans, c'est encore près d'un enfant sur 10 dans le monde qui est aujourd'hui au travail. Une situation inacceptable.

 

Tous les secteurs peuvent être concernés

 

Ces enfants sont employés dans l'agriculture à plus de 70%, dans les mines, dans les usines mais aussi dans le tourisme. "Le travail des enfants est présent dans de nombreuses professions, en particulier dans l’économie rurale et informelle et dans les domaines où la gouvernance du marché du travail, les syndicats et les organisations d’employeurs sont souvent fragiles ou inexistants ainsi que dans ceux où les inspecteurs du travail n’ont pas la capacité d’intervenir. Dans les chaines de production, le travail des enfants peut intervenir dans de petits ateliers ou à domicile, ce qui le rend difficile à déceler et à combattre. Si de nombreux enfants sont susceptibles d’être astreints au travail dans la production de produits ou de services faisant l’objet d’échanges sur les marchés internationaux, un nombre beaucoup plus élevé d’entre eux travaillent à la production d’articles destinés à la consommation nationale", précise l’OIT.

Les grandes entreprises peuvent être exposées au travail des enfants via leur chaîne d’approvisionnement. Régulièrement, des entreprises, voire des secteurs entiers, sont pointées du doigt. Dernier exemple en date : le secteur automobile. En juillet dernier, le quotidien britannique The Guardian révélait ainsi que des fournisseurs de peinture ayant pour clients des marques comme BMW, Vauxhall ou Audi s’approvisionnaient dans des mines indiennes illégales, où le travail des enfants est monnaie courante, pour se fournir en mica, un minéral utilisé pour créer un effet de miroitement. Des révélations qui ont poussé les constructeurs concernés à lancer des enquêtes plus poussées chez leurs fournisseurs, précisant que leur code de conduite interdit le travail des enfants dans leur chaine d’approvisionnement.

 

Les normes actuelles sont insuffisantes

 

Mais il faut aussi savoir que le travail des enfants ne concerne pas seulement les pays en développement, comme le montrait récemment un rapport de l’ONG Human Right Watch sur l’industrie américaine du tabac.   "Dans l'économie mondialisée d'aujourd'hui, les entreprises dépendent souvent de chaines d'approvisionnement complexes. Les matières premières peuvent être produites dans plusieurs pays, transformées ou assemblées en produits finis dans un autre et consommées dans différents marchés à travers le monde. Les enfants peuvent être exploités à tous les stades de la chaîne d'approvisionnement, mais, le plus souvent, ils le sont en début de chaîne de production", souligne l’ONG.

Pour Human Right Watch, les normes internationales actuelles, la plupart non contraignantes, restent insuffisantes pour éradiquer ce fléau. "Lorsque les normes sont volontaires, certaines entreprises les prennent au sérieux, mais d'autres les ignorent purement et simplement, même si la vie et la sécurité des enfants et d'autres travailleurs sont en jeu. Les gouvernements devraient imposer aux entreprises des obligations contre le travail des enfants et les violations des droits de l'homme dans le cadre de leurs chaines d'approvisionnement", conclu Jo Becker, directrice de plaidoyer à la division Droits des enfants de HRW.

 

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Droits humains : de trop nombreuses violations par les entreprises selon Amnesty International

Amnesty International publie ce mercredi son rapport annuel sur les droits humains. L’ONG s’inquiète notamment d’une forte répression des opposants aux projets industriels et au statu quo sur certains...

Travail des enfants : 16 multinationales sur le banc des accusés

Plusieurs intermédiaires jalonnent la chaîne d’approvisionnement du cobalt. A une extrémité, il y a les grandes multinationales de l’électronique et de l’automobile comme Daimler, Apple ou Sony, qui utilisent ce matériau pour leurs batteries au lithium-ion. Et de l’autre, il y a de jeunes...

Travail forcé : la lutte mondiale s’organise

Le travail forcé, ou l'esclavage moderne, est encore une réalité aujourd'hui. Il concerne même 21 millions de personnes dans le monde et génère 150 milliards de profits illicites, selon l'Organisation Internationale du Travail (OIT). Il y a deux ans, celle-ci a donc adopté un nouveau...

Des adolescents en danger dans des plantations de tabac américaines

L'ONG Human Rights Watch a recueilli le témoignage de travailleurs mineurs exposés à la nicotine et aux pesticides. Des conditions de travail ayant de graves conséquences sur leur santé. L'industrie du tabac a pris des engagements pour protéger les plus jeunes d'entre eux, c’est-à-dire les...

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Celebrite coronavirus 2 1

#Guillotine2020 : le retour de bâton pour les stars, déconnectées de la réalité pendant le confinement

Le Covid-19 a fait tomber les stars de leur piédestal. Pendant le confinement, depuis leur baignoire remplie de roses, leur maison de campagne, leur villa à Beverly Hills... les célébrités ont appelé les citoyens à "rester positifs" voire à "lutter contre le consumérisme" alors qu'elles-mêmes...

Defile 110520 extinction rebellion marseille

Réveil social : des mobilisations prévues partout en France pour le premier samedi de déconfinement

Les services de renseignement craignaient une "explosion sociale" au sortir du confinement. Le 16 mai, premier samedi post-confinement, a en effet été choisi par certaines organisations pour redescendre dans la rue. C'est le cas d'Extinction Rebellion qui organisera partout des actions de...

Legumes bio WikimediaCommons

[Bonne Nouvelle] La région Île-de-France crée un programme alimentaire régional avec les agriculteurs franciliens

Le conseil régional d'Ile-de-France lance un "programme alimentaire régional" avec la chambre régionale d'agriculture, en finançant l'achat auprès des agriculteurs franciliens de produits agricoles qui seront distribués aux plus démunis, a annoncé sa présidente Valérie Pécresse (ex-LR).

Excision 200 millions de filles UNICEF

Au Soudan, l'excision, qui touche neuf fillettes sur dix, est désormais un crime

C’est une révolution qui vient de se produire au Soudan. Le pays, où près de 90 % des femmes sont excisées, vient de criminaliser cette mutilation génitale considérée comme une torture par l'ONU. Reste encore à faire appliquer la loi car il ne suffit pas d'interdire pour mettre un coup d'arrêt à...