Publié le 05 septembre 2016

Cartouche supply chain

SOCIAL

168 millions d’enfants au travail dans le monde

Dans les champs, dans les mines ou l’industrie, ce sont encore des millions d’enfants, 168 selon l’OIT, qui travaillent, dans des conditions souvent dangereuses, au lieu d’aller à l’école. Un fléau qui doit être combattu par les gouvernements, mais aussi les entreprises, qui peuvent être exposées via des chaînes d’approvisionnement de plus en plus complexes.

01 travail enfants petit format
168 millions d'enfants travaillent dans le monde, notamment dans le secteur agricole, minier et industriel, selon l'OIT.
BIG / Novethic

"Il est inacceptable de trouver encore aujourd'hui 168 millions d'enfants au travail dans le monde, dont 85 millions font un travail dangereux", a rappelé Guy Ryder, le directeur de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), le 12 juin dernier, à  l'occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants. Et ce alors même que la Convention 138 concernant l'âge minimum d'admission à l'emploi, de 1973, a été ratifiée par 168 États membres et que la Convention 182 sur les pires formes de travail des enfants, de 1999, est proche de la ratification universelle.

"Dire que le travail des enfants n'a pas sa place dans des marchés bien organisés et bien réglementés est une évidence. Pourtant, aujourd'hui le travail des enfants reste répandu dans les chaines d'approvisionnement", a-t-il ajouté, appelant à  la mise en place de partenariats associant les pouvoirs publics, les entreprises et les organisations d'employeurs et de travailleurs.

Même si le travail des enfants a baissé d'un tiers depuis dix ans, c'est encore près d'un enfant sur 10 dans le monde qui est aujourd'hui au travail. Une situation inacceptable.

 

Tous les secteurs peuvent être concernés

 

Ces enfants sont employés dans l'agriculture à plus de 70%, dans les mines, dans les usines mais aussi dans le tourisme. "Le travail des enfants est présent dans de nombreuses professions, en particulier dans l’économie rurale et informelle et dans les domaines où la gouvernance du marché du travail, les syndicats et les organisations d’employeurs sont souvent fragiles ou inexistants ainsi que dans ceux où les inspecteurs du travail n’ont pas la capacité d’intervenir. Dans les chaines de production, le travail des enfants peut intervenir dans de petits ateliers ou à domicile, ce qui le rend difficile à déceler et à combattre. Si de nombreux enfants sont susceptibles d’être astreints au travail dans la production de produits ou de services faisant l’objet d’échanges sur les marchés internationaux, un nombre beaucoup plus élevé d’entre eux travaillent à la production d’articles destinés à la consommation nationale", précise l’OIT.

Les grandes entreprises peuvent être exposées au travail des enfants via leur chaîne d’approvisionnement. Régulièrement, des entreprises, voire des secteurs entiers, sont pointées du doigt. Dernier exemple en date : le secteur automobile. En juillet dernier, le quotidien britannique The Guardian révélait ainsi que des fournisseurs de peinture ayant pour clients des marques comme BMW, Vauxhall ou Audi s’approvisionnaient dans des mines indiennes illégales, où le travail des enfants est monnaie courante, pour se fournir en mica, un minéral utilisé pour créer un effet de miroitement. Des révélations qui ont poussé les constructeurs concernés à lancer des enquêtes plus poussées chez leurs fournisseurs, précisant que leur code de conduite interdit le travail des enfants dans leur chaine d’approvisionnement.

 

Les normes actuelles sont insuffisantes

 

Mais il faut aussi savoir que le travail des enfants ne concerne pas seulement les pays en développement, comme le montrait récemment un rapport de l’ONG Human Right Watch sur l’industrie américaine du tabac.   "Dans l'économie mondialisée d'aujourd'hui, les entreprises dépendent souvent de chaines d'approvisionnement complexes. Les matières premières peuvent être produites dans plusieurs pays, transformées ou assemblées en produits finis dans un autre et consommées dans différents marchés à travers le monde. Les enfants peuvent être exploités à tous les stades de la chaîne d'approvisionnement, mais, le plus souvent, ils le sont en début de chaîne de production", souligne l’ONG.

Pour Human Right Watch, les normes internationales actuelles, la plupart non contraignantes, restent insuffisantes pour éradiquer ce fléau. "Lorsque les normes sont volontaires, certaines entreprises les prennent au sérieux, mais d'autres les ignorent purement et simplement, même si la vie et la sécurité des enfants et d'autres travailleurs sont en jeu. Les gouvernements devraient imposer aux entreprises des obligations contre le travail des enfants et les violations des droits de l'homme dans le cadre de leurs chaines d'approvisionnement", conclu Jo Becker, directrice de plaidoyer à la division Droits des enfants de HRW.

 

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Droits humains : de trop nombreuses violations par les entreprises selon Amnesty International

Amnesty International publie ce mercredi son rapport annuel sur les droits humains. L’ONG s’inquiète notamment d’une forte répression des opposants aux projets industriels et au statu quo sur certains...

Travail des enfants : 16 multinationales sur le banc des accusés

Plusieurs intermédiaires jalonnent la chaîne d’approvisionnement du cobalt. A une extrémité, il y a les grandes multinationales de l’électronique et de l’automobile comme Daimler, Apple ou Sony, qui utilisent ce matériau pour leurs batteries au lithium-ion. Et de l’autre, il y a de jeunes...

Travail forcé : la lutte mondiale s’organise

Le travail forcé, ou l'esclavage moderne, est encore une réalité aujourd'hui. Il concerne même 21 millions de personnes dans le monde et génère 150 milliards de profits illicites, selon l'Organisation Internationale du Travail (OIT). Il y a deux ans, celle-ci a donc adopté un nouveau...

Des adolescents en danger dans des plantations de tabac américaines

L'ONG Human Rights Watch a recueilli le témoignage de travailleurs mineurs exposés à la nicotine et aux pesticides. Des conditions de travail ayant de graves conséquences sur leur santé. L'industrie du tabac a pris des engagements pour protéger les plus jeunes d'entre eux, c’est-à-dire les...

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Manifestation beyrouth 8 aout GettyImage AFP

La colère sociale au Liban vire à la révolte

Quatre jours après les terribles explosions dans le port de Beyrouth qui a provoqué 158 morts, 6 000 blessés et plus de 300 000 sans abris, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés et ont tenté d'envahir les lieux de pouvoir de la capitale et les banques. En réponse, le Premier...

Manifestation antimasque a Berlin PaulZinken DPA DPAPICTUREALLIANCE AFP

[Édito] Refuser le port du masque : quand la folie complotiste met tout le monde en danger

L’épidémie de coronavirus va durer encore de nombreux mois et la hausse des nouveaux cas dont de nombreux pays comme la France poussent les gouvernements à imposer de nouveaux gestes de protection. La première barrière est le port du masque. Mais pour une communauté complotiste, très active sur les...

Explosion liban port conteneur a ble STR AFP

Corruption, défaillance, négligence... La colère sociale au Liban s’amplifie après l’accident chimique à Beyrouth

Le Liban, État en faillite et en pleine explosion sociale, va avoir beaucoup de mal à se relever de l’accident chimique qui s’est produit le 4 août dans le port de Beyrouth. Le gouvernement promet que les coupables paieront. Mais pour la population, c’est tout un système corrompu et défaillant qui...

Afp ouighours

Ouïghours : les appels au boycott contre Nike et Apple pour travail forcé fissurent le mur du silence

Les persécutions contre les Ouïghours, minorité musulmane chinoise, dans la province du Xinjiang, sont dénoncées depuis plus d’un an par les défenseurs des droits humains partout dans le monde. Leurs appels à la mobilisation contre l’omerta de la Chine sur ces exactions commencent enfin à produire...