Publié le 23 août 2017

SOCIAL

Mixité dans les entreprises : l’Allemagne veut passer à la vitesse supérieure

La ministre allemande des Familles et des Femmes a menacé les grandes entreprises d’imposer un quota de femmes dans les comités exécutifs si leur proportion n’augmente pas. Aujourd’hui, seuls 6,5 % des sièges de ces instances dirigeantes sont occupés par des femmes.


L’Allemagne va-t-elle imposer un quota de femmes dans les comités exécutifs des grandes entreprises ? Depuis 2015, une loi impose en effet aux 106 plus grosses compagnies allemandes un minimum de 30 % de femmes dans les conseils d’administration. Si les quotas ne sont pas respectés, les sièges doivent rester inoccupés.

"Je donne un an au secteur économique pour s’autoréguler"

Mais, comme en France, où un minimum de 40 % de femmes a été imposé par la loi Copé-Zimmermann, ces quotas ne concernent pas les comités exécutifs. Or, en 2016, la proportion de femmes dans les instances dirigeantes allemandes plafonnait à seulement 6,5 %.

"Je donne un an au secteur économique pour s’autoréguler", a prévenu la ministre allemande des Familles et des Femmes, Katarina Barley le 16 août dernier, "si rien n’est fait d’ici là, nous légiférerons (…) Je n’ai aucun problème avec l’instauration d’un quota de femmes", a-t-elle précisé.

Immédiatement, la Fédération des industries allemandes (BDI) a réagi. Elle estime que l’instauration d’un quota serait "inconstitutionnelle et constituerait une ingérence massive dans la liberté entrepreneuriale". 

Une menace qui en restera une ?

Comme le rappellent Les Nouvelles News, Laurence Rossignol, ancienne ministre des Droits des Femmes, avait elle aussi évoqué cette idée. De fait, en 2016, seuls 15 % des sièges des comités exécutifs des 100 plus grandes entreprises étaient occupés par des femmes en France. "Mais la question n’est pas à l’ordre du jour du nouveau gouvernement", affirme le journal.

L’ultimatum de la ministre allemande pourrait lui aussi rester au stade de menace. Le SPD, partie de Katarina Barley, qui gouverne en coalition avec le CDU d’Angela Merkel, devrait se retrouver dans l’opposition à l’issue des élections législatives.

Pour les Verts, cette menace est une tactique de la ministre allemande qui "n’a rien fait" sur ce sujet pendant son mandat. Ces derniers prônaient en effet un quota minimum de 40 % de femmes dans les conseils d’administration, comme en France. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Diversité

Pour prévenir la discrimination à l’emploi, les entreprises mettent progressivement en place des politiques de diversité. Elles consistent à faire la promotion de l’égalité de traitement entre des salariés dont les compétences sont équivalentes.

Conseil d administration reunion CCO

Le Nasdaq veut imposer plus de diversité dans les conseils d’administration des entreprises américaines

L’opérateur boursier américain veut bousculer les conseils d’administration. Le Nasdaq va demander aux entreprises cotées sur sa plateforme de dévoiler la composition de leur instance dirigeante en fonction de l’origine ethnique, du genre et de l’orientation sexuelle. Il veut à terme que les...

Josephine baker legion honneur AFP

Avec l’entrée de Joséphine Baker au Panthéon : Emmanuel Macron veut un "symbole de la France réconciliée"

La résistante et artiste franco-américaine, Joséphine Baker entrera au Panthéon en novembre 2021. Elle deviendra ainsi la toute première femme noire à y faire son entrée. Ce sera seulement la sixième femme panthéonisée.

Egalite hommes femmes FeodoraChiosea 01

Parité en entreprise : la France poussée à étendre les quotas de femmes aux comités exécutifs et de direction

Dix ans après la loi Copé-Zimmermann imposant 40 % de quotas de femmes dans les conseils d'administration, le Haut Conseil à l'égalité appelle à étendre cette mesure aux comités exécutifs et de direction. Alors que le taux de femmes plafonne à 17 % dans les Comex, le ministre de l'Économie, Bruno Le...

New york cco wiggijo

[Bonne nouvelle] À New York, touché sévèrement par le Covid-19, des grands patrons s'engagent à embaucher 100 000 personnes défavorisées

Un collectif de 27 patrons de grandes entreprises présentes à New York, telles que JPMorgan Chase, BlackRock, Google, IBM ou Amazon, se sont engagés à embaucher 100 000 personnes à faibles revenus et/ou issues des minorités noires, latinos et asiatiques, d'ici 2030. Une réponse à la crise du...