Publié le 21 novembre 2014

SOCIAL

Brigitte Grésy : "En entreprise, la maternité reste très sanctionnée"

Membre du Haut Conseil à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (HCE) et secrétaire générale du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle (CSEP), Brigitte Grésy est une spécialiste des questions de mixité. Elle revient sur la persistance des inégalités salariales entre les hommes et les femmes en France, malgré les nombreuses mesures prises en faveur de l’égalité. Et fait le point sur les actions qui font bouger les choses. Entretien.

 

 

Brigitte Grésy, la secrétaire générale du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle (CSEP).
© Céline Oziel / Novethic

Novethic - Le Forum économique mondial a publié le 28 octobre son Rapport sur la parité hommes femmes : il faudra attendre encore 81 ans pour atteindre cette parité. Pourquoi est-ce aussi long ?

Brigitte Gresy - Les projections comme celles-ci sont extrêmement aléatoires. Ce qui est clair, c’est que le chemin vers l’égalité n’est jamais facile, il ne se fait jamais tout seul. Ce sont toujours des politiques publiques, assez précises, qui permettent de renverser un peu le cours des choses. Les politiques pour l’égalité doivent être incessantes, à la fois au niveau macroéconomique et microéconomique, au niveau de l’entreprise. Il faut aussi travailler pour booster la vigilance individuelle des femmes et des hommes.

 

Le manque de prise en compte de la parentalité en entreprise est-il la faiblesse majeure de la France ?

En France, nous disposons d’un trio d’indicateurs tout à fait original: un taux d’activité des femmes très important (83% des femmes de 24 à 49 ans travaillent), une bonne formation initiale (2/3 des diplômés du 3e cycle sont des femmes) et le plus fort taux de fécondité en Europe. La France présente un portrait paradoxal: d’un côté, l’égalité est bien travaillée, mais en même temps, nous avons des cerveaux très archaïques, des systèmes de représentation qui demeurent complètement rigidifiés, anciens. Il existe une tension très forte entre la réalité de la vie, où la femme se partage entre les sphères publique et privée, et des systèmes de représentation avec la mère qui s’occupe des enfants et le père qui pourvoit aux besoins de la famille.

 

Est-ce pour cela que linégalité salariale reste encore très présente en France ? Le Forum économique mondial classe la France au 126e rang sur 144 en la matière

L’égalité salariale est un sujet très compliqué et les comparaisons mériteraient d’être davantage affinées. En France, depuis de nombreuses années, nous avons un écart de 27% de rémunération entre les hommes et les femmes. Sur ces 27%, 20% sont dus à des facteurs externes comme le temps partiel, les différences de secteurs et de contrats, d’heures supplémentaires, de responsabilité, de qualification… Ces facteurs expliquent donc que la masse salariale des femmes soit inférieure à celle des hommes. Mais dans ces 27%, il y aussi 7% de "taux résiduel inexpliqué" (c’est-à-dire ce qu’il reste lorsque l’on a enlevé tous les facteurs externes comme le travail à temps partiel par exemple, NDLR). C’est un chiffre important qui est purement lié à la discrimination systémique, c’est-à-dire au fait que, pour un employeur, une femme est un agent à risque. La femme est perçue comme moins mobile, moins disponible, moins flexible à cause des enfants. Le poids de la parentalité est plus fort en France et dans les pays du Sud que dans les pays du Nord. C’est une vision binaire: en entreprise, la paternité ne se dit pas, ne se pense pas, tandis que la maternité peut se dire, mais est très sanctionnée. Ceci s’explique par le fait que la parentalité n’est pas suffisamment prise en compte dans l’entreprise, et cela joue sur la carrière, et donc sur les écarts de rémunération.

 

Pourtant, les choses bougent: le Pacte des stéréotypes du Laboratoire de lEgalité a été lancé il y a un an, et le Haut Conseil à légalité vient dannoncer des mesures pour mieux lutter contre les stéréotypes. Vous-même avez publié en avril dernier le livre "La vie en rose, pour en découdre avec les stéréotypes"

Pas mal de choses évoluent. L’Observatoire de la parentalité a créé deux chartes, dont une sur l’aménagement du temps. Il y a de plus en plus "d’accords égalité" qui sont signés. Et puis des mesures publiques ont été prises: construction de places d’accueil, réforme du congé parental avec partage de ce temps avec le père. Essayer d’arrimer le père dès la naissance est une mesure clé pour entraîner les hommes dans une paternité active. C’est aussi une pression sur l’entreprise, pour qu’elle prenne en compte cette parentalité. Mais il faut poursuivre en accentuant la réflexion sur les carrières et l’évaluation des critères RH, des engagements sur le temps et, surtout, les quotas.

 

La loi du 4 août pour l’égalité entre les femmes et les hommes marque-t-elle un tournant dans la course à la mixité

Par le biais de ces "accords égalité", les entreprises sont obligées de se donner des indicateurs de progression dans les 9 domaines qui font la place des femmes dans le marché du travail (l’embauche, la formation, la promotion, la rémunération, la qualification, la classification, l’articulation des temps, les conditions de travail, et la santé et sécurité au travail). Les entreprises de plus de 300 salariés doivent choisir 4 domaines (3 pour les entreprises de moins de 300 salariés) et définir des objectifs chiffrés de progression. L’égalité est un enjeu éthique, mais pas seulement: c’est un enjeu de renouvellement des talents, et de retour sur investissement pour une société qui a énormément investi dans la formation initiale.  

Propos recueillis par Céline Oziel
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

De grandes entreprises adoptent des politiques pro-maternité

Une grossesse coûte deux ans d’évolution de carrière à une femme et justifierait, pour certains employeurs, un salaire inférieur. Des entreprises, qui souhaitent conserver leurs talents et éviter le turn-over, montrent la voie pour combattre ces mauvaises pratiques.

Les entreprises attendues sur la parité

Les Français estiment que les entreprises ont un rôle à jouer dans la promotion d'une juste représentation des sexes en leur sein mais aussi dans la société en général. C'est ce que révèle l'Observatoire International de l'équilibre hommes/femmes porté par Capitalcom et une quinzaine de...

Le CV anonyme : un remède, mais pas une panacée

Mercredi 9 juillet, le Conseil d’Etat a exhorté le gouvernement à rendre obligatoire le CV anonyme dans les entreprises de plus de 50 salariés. Il dispose de 6 mois pour s’exécuter. Jugée contre-productive par les uns, à double tranchant par d’autres, cette mesure qui vise à lutter contre...

Conseils d’administration : quand féminisation rime avec professionnalisation

L’échéance de 2017 approche : à cette date, les grands groupes français devront compter au moins 40 % de femmes au sein de leur conseil d’administration, comme les y oblige la loi Copé-Zimmermann votée il y a 3 ans. En juin 2013, les entreprises cotées avaient atteint une moyenne de 23,4 %...

Le critère de l’adresse : le grand oublié des luttes contre les discriminations

Le critère de l’adresse reste déterminant dans une recherche d’emploi. Résider dans une zone sensible peut être handicapant pour les candidats. Les efforts des entreprises pour lutter contre cette discrimination sont toujours insuffisants. De timides initiatives commencent à émerger pour...

SOCIAL

Diversité

Pour prévenir la discrimination à l’emploi, les entreprises mettent progressivement en place des politiques de diversité. Elles consistent à faire la promotion de l’égalité de traitement entre des salariés dont les compétences sont équivalentes.

New york cco wiggijo

[Bonne nouvelle] À New York, touché sévèrement par le Covid-19, des grands patrons s'engagent à embaucher 100 000 personnes défavorisées

Un collectif de 27 patrons de grandes entreprises présentes à New York, telles que JPMorgan Chase, BlackRock, Google, IBM ou Amazon, se sont engagés à embaucher 100 000 personnes à faibles revenus et/ou issues des minorités noires, latinos et asiatiques, d'ici 2030. Une réponse à la crise du...

Celine calvez media femme homme

Un rapport parlementaire veut conditionner les aides à la presse au respect de l’égalité femmes-hommes

Les femmes, qui représentent la majorité de la population, sont largement sous-représentées dans les médias en tant qu'expertes. Le Covid-19 a même accentué cette tendance avec seulement 9 % d'expertes dans les JT de France 2 et France 3 en mars. Face à la situation, un pré-rapport parlementaire...

Emma watson integre le ca de kering

L'actrice Emma Watson rejoint le groupe de luxe Kering pour promouvoir la mode durable

En nommant l’actrice Emma Watson comme administratrice pour promouvoir la place des femmes et la mode durable, Kering frappe fort en termes médiatique. Reste à voir quel rôle jouera effectivement la jeune actrice dans le scénario stratégique du groupe français de luxe, elle qui a été "pionnière dans...

Cinq raisons pour lesquelles il faut regarder la Coupe du monde féminine de football

Coup d’envoi de la Coupe du Monde de football. Jusqu’au 7 juillet, les Bleues vont tenter d’atteindre la finale et d’accrocher une première étoile sur leur maillot. Reste aux téléspectateurs de suivre cet évènement qui pourrait donner un coup d’accélérateur au football féminin. Et si vous n’êtes...