Publié le 12 février 2015

SOCIAL

Les investisseurs boudent les femmes entrepreneures

Les entreprises non cotées dirigées par des femmes sont globalement plus performantes que celles dirigées par des hommes. Pourtant, les dirigeantes ont moins accès aux financements extérieurs pour développer leur entreprise. C’est l'un des enseignements de la dernière étude menée par Women Equity, qui explique ce décalage par des raisons essentiellement culturelles. Explications.

Photo d'illustration
iStock

Les voyants de l’entrepreneuriat de croissance au féminin sont tous au vert: selon le dernier Women Equity for Growth Index, qui analyse les performances de 40 000 PME françaises dont le chiffre d’affaires oscille de 4 à 100 M€, les entreprises dirigées par des femmes affichent de meilleures performances que celles dirigées par des hommes.

D’abord parce qu’elles sont plus nombreuses à voir leur chiffre d'affaires progresser, mais aussi parce que leur croissance moyenne sur trois ans est plus élevée. Tout comme la profitabilité moyenne qui, là encore, est meilleure chez les dirigeantes.

Malgré ces données objectives, un constat s’impose: ces mêmes entreprises gérées par des femmes sont sous-représentées dans les portefeuilles du capital-investissement(1) français.

Comment l’expliquer? "Alors que 15% des PME sont dirigées par des femmes, moins de 4% d’opérations d’investissement sont réalisées sur des entreprises gérées par des femmes. C’est donc une proportion quatre fois moindre! Ce chiffre est très déplaisant à admettre car il ne s’explique pas de manière rationnelle, compte tenu des performances affichées par ces entreprises", analyse Dunya Bouhacène, présidente de Women Equity for Growth.

 

Les investisseurs rencontrent peu de femmes

 

Comme souvent en cas d’inégalités hommes-femmes, les raisons sont à chercher du côté des politiques traduisant la persistance des stéréotypes. Les investisseurs travaillent dans une logique de reproduction des modèles du succès qu’ils ont accompagnés, ce qu’ils nomment "pattern recognition".

Or, ceux-ci ont été construits par un certain type de dirigeants. Il existe un profil type - masculin - que l’investisseur a l’habitude d’accompagner. "De fait, l’investisseur rencontre très peu de femmes dirigeantes", rapporte Dunya Bouhacène.

 

Peu de relais de pouvoir

 

La deuxième explication est d’ordre organisationnelle: l’intermédiation se développe dans le milieu du capital-investissement.

Cette évolution ne facilite pas la donne pour les femmes dirigeantes, comme le souligne Dunya Bouhacène: "Pour trouver les entreprises à financer, les intermédiaires font des relations publiques, analysent les médias et fréquentent les clubs de dirigeants, les associations professionnelles… Le problème, c’est que les femmes y sont massivement absentes! Aujourd’hui, les dirigeantes n’ont pas de relais de pouvoir."

Pourquoi? C’est du côté de la fameuse conciliation vie privée-vie professionnelle qu’il faut chercher la réponse. Comme tous les autres dirigeants, les femmes passent la majorité de leur temps à gérer leur entreprise. Du coup, le peu de temps qu’il leur reste de temps privé, elles l’allouent peu aux réseaux professionnels, car les avantages qu’elles pourraient en tirer restent incertains…

 

Une vision négative du capital-investissement

 

Enfin, dernier élément qui accentue cette sous-représentation des patronnes dans l’investissement en France: elles-mêmes ne connaissent pas le monde du capital-investissement et en ont une vision assez négative.

Dunya Bouhacène résume la situation ainsi: "Ce sont deux mondes qui s’ignorent et ne se rencontrent pas. Tout cela aboutit à ces chiffres qui ont peu de chance de changer, sauf à imaginer des démarches spécifiques visant à faire évoluer les pratiques".

1) Le capital-investissement consiste à prendre des participations majoritaires ou minoritaires dans le capital de PME non cotées. Cette participation finance la création d’entreprise, mais aussi la croissance, la transmission voire le redressement.

Céline Oziel
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Conseils d’administration : quand féminisation rime avec professionnalisation

L’échéance de 2017 approche : à cette date, les grands groupes français devront compter au moins 40 % de femmes au sein de leur conseil d’administration, comme les y oblige la loi Copé-Zimmermann votée il y a 3 ans. En juin 2013, les entreprises cotées avaient atteint une moyenne de 23,4 %...

Présentéisme : un phénomène discriminant pour les femmes

La tendance franco-française à prolonger ses heures de travail pose un problème en termes de mixité. Les femmes, encore largement responsables des tâches domestiques et familiales, ne peuvent pas jouer le jeu de la visibilité et du réseautage au même titre que les hommes.

"Dégenrer" les métiers, un processus de longue haleine

La mixité, il ne suffit pas de vouloir la mettre en œuvre. Encore faut-il pouvoir. Dans certains secteurs d’activité, les métiers restent très "genrés", compliquant un peu plus les objectifs de diversité des entreprises concernées. Pour lutter contre ces stéréotypes qui ont la vie dure,...

"Les femmes se montrent particulièrement sensibles au droit et à l’éthique"

En novembre 2014, l’agence de notation extrafinancière MSCI ESG Research a publié son étude annuelle sur la féminisation des conseils d’administration. L’agence s’est intéressée à la corrélation entre féminisation et risques ESG (environnement, social et gouvernance). Bilan: les conseils...

De grandes entreprises adoptent des politiques pro-maternité

Une grossesse coûte deux ans d’évolution de carrière à une femme et justifierait, pour certains employeurs, un salaire inférieur. Des entreprises, qui souhaitent conserver leurs talents et éviter le turn-over, montrent la voie pour combattre ces mauvaises pratiques.

Brigitte Grésy : "En entreprise, la maternité reste très sanctionnée"

Membre du Haut Conseil à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (HCE) et secrétaire générale du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle (CSEP), Brigitte Grésy est une spécialiste des questions de mixité. Elle revient sur la persistance des inégalités salariales...

Cinéma : une industrie en mal de parité

La polémique avait fait rage en 2012 et 2013 : des groupes féministes avaient dénoncé la prédominance des hommes dans la sélection officielle du festival de Cannes. Les organisateurs de l’évènement, qui s’est ouvert ce mercredi 14 mai, ont visiblement tenu compte de ces critiques. Deux...

SOCIAL

Discrimination

Plafond de verre, discrimination à l’embauche et dans les évolutions de carrière. Quelles que soient les raisons évoquées, âge, sexe, origine, adresse, les discriminations au travail ont la vie dure. Elles sont pourtant interdites par la loi.

Inegalite salariale femme

À 15h35, ce 6 novembre, les Françaises travaillent gratuitement

C'est le moment de quitter le travail en signe de protestation. À 15h35 ce mardi 6 novembre, les Françaises vont commencer à travailler gratuitement jusqu'à la fin de l'année. En cause, l'écart de rémunération de 15,2 % entre femmes et hommes. Le gouvernement donne trois ans aux entreprises pour...

Fait religieux voile entreprise signe ostentatoire istock

Licenciement pour port du voile : une discrimination pour le Comité des droits de l’Homme de l’ONU

Quatre ans après la fin de la saga judiciaire dite affaire Baby-Loup, le comité des droits de l’Homme de l’ONU invite la France à indemniser Fatima Afif. Celle-ci avait été licenciée en 2008 pour avoir refusé de retirer son voile dans cette crèche privée.

On a chope la puberte ed Milans

Le livre "On a chopé la puberté" souligne la responsabilité des éditeurs dans la diffusion de clichés sexistes

Les éditions Milans ont annoncé, le 4 mars, qu'elle ne rééditerait l'ouvrage "On a chopé la puberté", jugé sexiste par des lecteurs. Cette affaire illustre la responsabilité des éditeurs en matière de diffusion de stéréotypes sexistes, voire parfois racistes. Par exemple, l'année dernière, Nathan...

Femme homme inegalites salariales

Inégalités de salaires hommes-femmes : un écart de 9 % que personne ne parvient à expliquer

C'est un problème auquel aucun gouvernement n'a trouvé de solution : les 25 % d'écarts salariaux entre les femmes et les hommes. Si les caractéristiques de poste et le temps de travail justifient les différences salariales, encore 9 % des écarts restent "inexpliqués". Difficilement quantifiables,...