Publié le 12 août 2014

SOCIAL

Inde : les salariées victimes de harcèlement sexuel pourront porter plainte sur leur lieu de travail

L’affaire avait secoué l’Inde, il y a quelques mois. L’arrestation du célèbre journaliste et écrivain Tarun Tejpal pour agression sexuelle sur une jeune collaboratrice mettait au grand jour, et la une des médias, le phénomène du harcèlement sexuel. Le pays se dotait aussitôt d’une loi de prévention contre ce type d’agression sur le lieu de travail. Aujourd’hui, il veut briser l’omerta dans les entreprises, en installant sur place des comités tenus par des femmes. Une véritable avancée pour le droit des femmes au travail.

Inde harcelement sexuel
Manifestation à Patna, en Inde, pour réclamer des mesures contre le harcèlement sexuel.
© K M Sharma / The Times Of India

"C’était mon supérieur hiérarchique, il avait environ l’âge de mon père, je le respectais beaucoup. Nous étions partis en voyage d’affaires et nous logions à l’hôtel. Après un rendez-vous avec un client, il m’a demandé de le rejoindre dans sa chambre pour terminer une présentation. Il regardait la télévision assis sur le lit et m’a dit de venir près de lui, puis il m’a touché la cuisse. Un signal d’alarme s’est mis à sonner dans ma tête. Je lui ai dit ‘Je pense que c’est mieux que nous finissions demain, et je suis partie’." 

Puja(1), employée dans un centre de recherches public à Delhi, raconte au téléphone l’épisode de harcèlement sexuel dont elle a été la victime il y a trois ans. Elle en parlera finalement à sa hiérarchie, qui réprimandera son patron. Mais ils devront encore travailler deux ans ensemble après les faits.

L’histoire de Puja n’est pas un cas isolé en Inde, où les femmes ne représentent toujours que 22% de la population active, selon l’Observatoire international du travail (OIT). Mais le pays, déjà choqué par une affaire de viol collectif à New Delhi, découvre avec stupeur fin novembre 2013 l’arrestation de l’écrivain et journaliste Tarun Tejpal. Le rédacteur en chef du magazine d’investigation Tehelka est accusé d’agression sexuelle sur une jeune collaboratrice.

Une loi sur la prévention du harcèlement sexuel des femmes sur le lieu de travail, jusqu’alors en suspens, est promulguée le 9 décembre. Depuis, pas une semaine ne se passe sans que les médias indiens ne se passionnent pour le sujet, mettant au jour de nouveaux cas, comme récemment les accusations de deux stagiaires contre d’anciens juges de la Cour suprême.

 

Au moins 17 % des femmes actives harcelées sexuellement

 

Au-delà de ces cas médiatisés, le harcèlement sexuel reste difficile à quantifier, car il n’avait pas été défini juridiquement jusqu’à la parution de la loi. D’après une enquête de l’organisation internationale Oxfam publiée en novembre 2012, 17% des femmes actives indiennes ont déjà été confrontées à une situation de harcèlement sexuel. Mais les chiffres réels pourraient être bien plus élevés. "Il y a beaucoup d’hypocrisie autour de ces sujets. En Inde, discuter de sexe est devenu un véritable tabou social", confirme Soum Chakraborty, dirigeant de Corporate Dossier, une société de conseil en ressources humaines. Selon lui, "on rencontre particulièrement ces problèmes dans les centres d’appels, les plateformes téléphoniques, lorsque les femmes sont raccompagnées en voiture à leur domicile, tard le soir".

Sensibilisé aux problématiques des violences sexuelles par la grande mobilisation autour du viol collectif de New Delhi en 2012, Soum Chakraborty propose aux entreprises des formations destinées à lutter contre le harcèlement sexuel et à promouvoir la parité homme-femme depuis septembre 2013.  Mais beaucoup de sociétés se montrent encore réticentes à aborder ces problèmes avec les salariés. "On me répond en général : ‘Nous n’avons pas besoin de ça. Nous ne rencontrons pas ce type de problème’. Même les femmes DRH ne se montrent pas toujours ouvertes à l’idée", témoigne l’ancien directeur des ressources humaines de Renault en Inde.

 

Enquêtes, compensation et sanctions sont prévues

 

La demande pour ces ateliers de sensibilisation devrait pourtant augmenter rapidement. Avec la nouvelle loi, toutes les entreprises indiennes de plus de 10 salariés sont tenues de mettre en place des comités internes sur le harcèlement sexuel. Présidés par des femmes, ces comités seront en charge du traitement des plaintes. Les plus petites entreprises pourront quant à elles se tourner vers des comités locaux qui assumeront les mêmes fonctions pour toute une zone géographique. Des processus d’enquête et de compensation sont également prévus, ainsi que des sanctions pour l’employeur en cas de non-respect de la loi.

Pour Mahua Roy Chowdhury, avocate en droit des sociétés, ce texte représente une véritable avancée. " Les comités de traitement des plaintes offriront pour la première fois aux femmes actives un forum d’échanges sur le harcèlement sexuel, de manière très accessible." A condition que les victimes osent faire remonter les faits, et que les entreprises mettent en place les instances nécessaires. Mais l’avocate a bon espoir : " La municipalité de Bombay envoie par exemple des lettres pour demander aux entreprises qui ne l’ont pas encore fait de constituer leur comité sur le harcèlement", rapporte-t-elle. Dans l’organisation où travaille Puja, ce comité a été installé dès la parution de la loi.

(1) Le prénom a été modifié.

Sophie Collet, à Bombay
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Discrimination

Plafond de verre, discrimination à l’embauche et dans les évolutions de carrière. Quelles que soient les raisons évoquées, âge, sexe, origine, adresse, les discriminations au travail ont la vie dure. Elles sont pourtant interdites par la loi.

Pour la première fois, une entreprise est visée par une action de groupe pour discrimination envers les femmes

Ils veulent en faire un exemple. La CGT vient de lancer une action de groupe contre la Caisse d'épargne Île-de-France pour discrimination envers les femmes. C'est la première fois qu'une class action est lancée sur ce motif. Le syndicat espère mettre la pression sur toutes les entreprises et ainsi...

Discrimination : la LGBTphobie se subit aussi au travail

La LGBTphobie se manifeste partout. En majorité sur internet, les lieux publics, mais aussi au travail. Ce dernier occupe la troisième place des lieux où les lesbiennes, gays, bis, trans subissent cette violence, les freinant à dévoiler leur orientation sexuelle. Pour remédier à leur...

Responsabilité des médias, cyberharcèlement, risque financier… cinq questions pour comprendre La ligue du LOL

Ce sont des rédacteurs en chef de médias, des communicants parisiens, des journalistes populaires... et ils ont, pendant des années, cyberharcelé des femmes, des journalistes et des blogueuses, à travers un groupe Facebook appelé "La ligue du LOL". Les témoignages dévoilent la violence extrême de...

À 15h35, ce 6 novembre, les Françaises travaillent gratuitement

C'est le moment de quitter le travail en signe de protestation. À 15h35 ce mardi 6 novembre, les Françaises vont commencer à travailler gratuitement jusqu'à la fin de l'année. En cause, l'écart de rémunération de 15,2 % entre femmes et hommes. Le gouvernement donne trois ans aux entreprises pour...