Publié le 24 août 2017

SOCIAL

Aux États-Unis, la discrimination positive "met en concurrence les populations ciblées"

Donald Trump, opposant notoire à la discrimination positive, s'apprête à rouvrir le débat sur cet outil destiné à réparer les injustices que subissent en particuliers les Afro-Américains et les Hispaniques. Au-delà de la récupération politique, l'application de la discrimination positive aux États-Unis a montré des limites. Les étudiants d'origine asiatiques se disent lésés par ces mesures dans les examens d'entrées aux universités. Pour le chercheur Philippe Bataille, cet outil est nécessaire mais il "met en concurrence les populations discriminées"

En 2015, plusieurs étudiants d'origine asiatique ont porté plainte contre l'université de Harvard pour discrimination.
@Harvard

Donald Trump a toujours été opposé à la discrimination positive. Mais il avait pour l’instant délaissé le sujet. Or, le 16 août plusieurs journaux américains ont révélé une note interne du ministère de la Justice mentionnant une remise en cause des programmes d’affirmative action, de discrimination positive, notamment dans les universités. Une enquête a ainsi été lancée sur le sujet, à la demande du Président américain.

La discrimination positive est née aux États-Unis dans les années soixante, après la période de ségrégation raciale. Le but est de compenser les inégalités que subissent les populations afro-américaine et hispanique. En 2010, les Afro-Américains représentaient 13,6 % de la population. Or, 27,2 % d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté contre 15 % de la population américaine en moyenne. De même, le taux de chômage est le double chez les Afro-Américains.

Des étudiants d’origine asiatique accusent Harvard de discrimination

Ainsi plusieurs universités se fixent des critères de diversité pour l'admission des étudiants. La Cour suprême les empêche, depuis 1978, de mettre en place une politique de quotas, jugée discriminatoire. Mais les autorise à ajouter l'ethnie parmi plusieurs critères d'admission. De 1960 à 1994 "la proportion d'Afro-Américains dans la population étudiante est passée de 2 % à 9 %", rapporte Daniel Sabbagh, directeur de recherche à Sciences Po et spécialiste de l'affirmative action.

Mais cet outil commence à afficher ses limites. "Aujourd'hui la discrimination positive met en concurrence les populations discriminées", juge ainsi Philippe Bataille, directeur d'étude à l'EHESS (École des hautes études en sciences sociales), interrogé par Novethic. En 2015, plusieurs étudiants d'origine asiatique ont porté plainte contre l'université de Harvard pour discrimination. Selon une étude de deux chercheurs de Princeton, publiée en 2011, les postulants asiatiques doivent obtenir à l'examen d'entrée de l'université 140 points de plus qu'un postulant blanc, 270 points de plus qu'un hispanique et 450 points de plus qu'un étudiant afro-américain pour être admis.

"C'est un double échec"

"C'est un double échec. D'une part la discrimination positive dont le but était l'égalité a dérivé vers une utopie du multiculturalisme. D'autre part, ses performances sont relatives et servent d'argument aux extrêmes", explique Philippe Bataille.

Donald Trump se sert ainsi de la discrimination positive pour récupérer l’électorat populaire blanc. Il juge que ces mesures sont défavorables aux "vrais Américains" qui souffrent, soit la classe ouvrière blanche. Ce ressenti est réel dans la population américaine. De 2002 à 2011, la Commission en charge de l’égalité des chances dans l’emploi (EEOC) a noté une augmentation du nombre de plaintes pour discrimination raciale d’employés blancs passant ainsi de 9,7 % à 13 %. En 2013, le cas d’Abigail Fisher, jeune fille blanche ayant porté plainte devant la Cour suprême contre l’université du Texas, a marqué les esprits.

Donald Trump va se heurter au droit

Mais Donald Trump aura du mal à imposer une réforme, contre ce qu'il appelle la "White Discrimination" (la discrimination des blancs). "La discrimination positive est un outil dans les mains du droit. Donald Trump ne pourra pas la stopper. Il pourrait se heurter aux juges, comme il en a fait l'expérience lors de son décret anti-immigration", avance Philippe Bataille. Ce sera donc aux juges fédéraux d’examiner les demandes, au cas par cas.

Pour Philippe Bataille, "il faut renverser la table, la discrimination positive est nécessaire mais on est pieds et mains liés". Revenir sur ce type de dispositif, quand bien même est-ce pour le rendre plus efficace, est vite perçu comme une remise en cause de la diversité. Le problème est, qu'au final, les pratiques de discrimination positive restent opaques, en particulier dans les universités.

Certains démocrates préconisent de mettre en place des mesures claires inspirées du modèle californien où une loi oblige les établissements à accepter les 10 % d’élèves ayant obtenu les meilleures notes dans les lycées de l’État. Les places restantes sont attribuées à des étudiants venant de famille aux revenus faibles et dans lesquels aucun enfant n’a accédé à l’université jusqu’ici. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Charlottesville : clients et investisseurs mettent la pression sur les entreprises pour s'opposer à Donald Trump

Après les prises de positions controversées de Donald Trump sur la mort d’une manifestante antiraciste à Charlottesville, plusieurs dirigeants d'entreprises du pays ont décidé de s’éloigner de l’administration américaine. S'ils ne cautionnent pas moralement les positions du Président...

Merck, Intel et Under Armour lâchent Donald Trump après ses déclarations sur Charlottesville

Les PDG de Merck, Under Armour et Intel, ainsi que les dirigeants de deux grands syndicats, ont annoncé ne plus vouloir conseiller Donald Trump sur sa politique industrielle. Cette décision fait suite à sa prise de position sur les émeutes de Charlottesville qui ont opposé l’extrême droite...

[VIDEO] Charlottesville : Schwarzenegger tacle Trump

La star d'Hollywood et ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, monte au créneau. Dans une vidéo publiée le 18 août, il s'en prend directement au Président Trump qu'il accuse de n'avoir pas condamné les actes des suprémacistes blancs à Charlottesville.

Discriminations à l’embauche : Myriam El Khomri épingle AccorHotels et Courtepaille

La ministre du Travail passe la vitesse supérieure. Myriam El Khomri a épinglé hier AccorHotels et Courtepaille pour un "risque élevé de discriminations à l’embauche". Une pratique de "name and shame" inédite pour le gouvernement. Le but : "faire cesser l’injustice des discriminations".  "...

SOCIAL

Discrimination

Plafond de verre, discrimination à l’embauche et dans les évolutions de carrière. Quelles que soient les raisons évoquées, âge, sexe, origine, adresse, les discriminations au travail ont la vie dure. Elles sont pourtant interdites par la loi.

Enfant ordinateur ecole a la maison Wavebreakmedia

Fracture numérique : entre l'école à la maison et le télétravail, le Coronavirus renforce les inégalités

Alors que les écoles, collèges, lycées, universités sont fermés vraisemblablement jusqu'au 4 mai, le ministre de l'Éducation a appelé à faire l'école à la maison via un site dédié. Mais sur les 12 millions d'élèves, 5 % n'ont pas d'ordinateurs. De même, entre des zones rurales sans connexion minium...

Pour la première fois, une entreprise est visée par une action de groupe pour discrimination envers les femmes

Ils veulent en faire un exemple. La CGT vient de lancer une action de groupe contre la Caisse d'épargne Île-de-France pour discrimination envers les femmes. C'est la première fois qu'une class action est lancée sur ce motif. Le syndicat espère mettre la pression sur toutes les entreprises et ainsi...

Discrimination : la LGBTphobie se subit aussi au travail

La LGBTphobie se manifeste partout. En majorité sur internet, les lieux publics, mais aussi au travail. Ce dernier occupe la troisième place des lieux où les lesbiennes, gays, bis, trans subissent cette violence, les freinant à dévoiler leur orientation sexuelle. Pour remédier à leur...

Responsabilité des médias, cyberharcèlement, risque financier… cinq questions pour comprendre La ligue du LOL

Ce sont des rédacteurs en chef de médias, des communicants parisiens, des journalistes populaires... et ils ont, pendant des années, cyberharcelé des femmes, des journalistes et des blogueuses, à travers un groupe Facebook appelé "La ligue du LOL". Les témoignages dévoilent la violence extrême de...