Publié le 27 juillet 2018

SOCIAL

[Un danger nommé plastique] Tote bag ou sac plastique : le plus polluant n’est pas forcément celui qu’on croit

Le plastique dans tous ses états. Novethic vous propose cette semaine de comprendre les enjeux d'un monde qui ne jure que par ce dérivé du pétrole. Zoom aujourd'hui sur les sacs plastiques et leur alternative, présentée comme plus durable, les tote bags, ces sacs en tissus à la mode. Si les premiers posent question quant à leur dégradation, les seconds interrogent sur leur production et leur matière première. 

Contrairement aux apparences, les sacs en plastique ne sont pas plus polluants que les tote bags.
@MF

Ils s’échouent sur les plages, inondent le fond des océans et finissent dans l’estomac des espèces marines. Les sacs plastiques sont un fléau pour la planète bleue. Chaque seconde près de 16 000 sacs plastiques sont distribués dans le monde. On en produit plus de 500 milliards chaque année.

C’est pourquoi, en 2016, la France a interdit l’utilisation des sacs plastiques à usage unique et non recyclable dans les commerces. Les enseignes vendent désormais des cabas ou proposent des sacs recyclés. Certains consommateurs ont aussi pris l’habitude de ramener leurs propres sacs en issus, des tote bags.

Pour limiter son impact, il faut utiliser des centaines de fois le tote bag 

Ces sacs en tissu ont plusieurs avantages. Ils peuvent être utilisés plusieurs fois, ils sont à la mode et ont la réputation d’être écologiques. Même le ministère de la Transition écologique et solidaire conseille d’utiliser "des sacs réutilisables quelle que soit leur matière".

Sauf que plusieurs études pointent leur impact sur l’environnement. L’une d’elle, menée par l’Agence britannique pour l’environnement et publiée en 2011, estime qu'il faut utiliser son tote bag des centaines de fois pour qu'il ait un impact positif sur l'environnement... Or bien souvent, celui-ci ne dépasse guère les quelques utilisations. 

De même, les recherches plus récentes, datant de février 2018, et menées par l’Agence danoise de l’environnement estiment qu’il faudrait utiliser au moins 149 fois son tote bag pour qu’il ait un impact positif sur le changement climatique. Et 20 000 fois si on tient compte de tous les indicateurs que sont les trous dans la couche d’ozone, la toxicité sur les humains, les particules, l’acidification terrestre, etc. Si le tote bag est confectionné en coton conventionnel, il devra être utilisé 52 fois minimum pour lutter contre le réchauffement climatique. Et 7 100 fois pour les autres critères. 

Fabrication vs dégradation 

Des chiffres ahurissants qui sont dus à la prise en compte de l'ensemble du cycle de vie. Certes les sacs en plastique sont ingérés par les animaux aquatiques, comme ce cachalot retrouvé mort sur une plage en Espagne avec 29 kg de déchets plastiques dans l’estomac, mais leur fabrication nécessite peu de ressource, expliquait en 2008 l’Agence britannique de l’environnement. Ils sont facilement transportables car très légers et produisent ainsi moins de carbone. 

En bref, on ne peut pas clairement affirmer que les tote bags polluent plus que les sacs en plastique ou inversement. Tout dépend du nombre de fois où ils sont utilisés. "C’est moins une question de matériau que d’usage", explique à Numerama Laura Chatel de l’ONG Zero Waste. "La question de la dégradation dans l’environnement est importante, celle des ressources extraites pour la production aussi. Le coton, par exemple, requiert beaucoup d’eau et parfois l’usage de pesticides". 

Le mieux est donc de réutiliser au maximum ses sacs, qu’ils soient en plastique ou en tissu...

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Publicite istock

Travailler plus pour consommer plus : les effets pervers de la publicité

Un rapport de l’association Communication et démocratie et de l’Institut Veblen, s’appuyant sur une étude universitaire, montre les impacts économiques très concrets des dépenses de publicité en France. Celles-ci ont conduit à une hausse de la consommation mais aussi à une hausse des heures...

Voitures suv istock

"La baisse des ventes de véhicules profite aux constructeurs automobiles", selon Aurélien Bigo

La baisse des ventes automobiles n'est une bonne nouvelle ni pour le climat, ni pour les particuliers. C'est ce qu'explique à Novethic le chercheur sur la transition énergétique des transports, Aurélien Bigo. Il décrypte la stratégie des constructeurs : vendre moins mais plus chers des véhicules...

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels

Inscription dans la loi, partage de l'effort, temps de travail : plus de 5 000 citoyens font des propositions en faveur de la sobriété

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté mercredi 11 janvier un avis sur la sobriété afin de favoriser son évolution dans la société et dans nos modes de vie. Signe que le sujet, encore tabou il y a un an, se démocratise. Parmi la vingtaine de préconisations, il y a la...

Seconde main vestiaire collective fast fashion pexel

Boohoo, Shein, Asos… La plateforme de seconde main Vestiaire Collective élimine la fast fashion de son catalogue

Vestiaire Collective s’engage contre la fast fashion. La plateforme de vente et d’achat de seconde main a annoncé fin novembre le retrait d’une vingtaine de références de son site. Il s’agit de la première étape d’un plan défini sur trois ans pour appeler à une mode plus responsable et à une...