Publié le 24 novembre 2017

SOCIAL

Surconsommation : opter pour le Green Friday plutôt que le Black Friday

Le Black Friday, événement commercial venu des États-Unis qui consiste à appliquer de gros rabais pendant une journée, a lieu ce vendredi 24 novembre. Symbole de la surconsommation, ce concept est très présent en France. Le réseau d'entreprises de l'économie sociale et solidaire, Envie, a ainsi lancé, en opposition, un Green Friday tandis que la Camif a décidé de boycotter le Black Friday en fermant son site internet pour la journée. 

En opposition au Black Friday, plusieurs entreprises ont rejoint le mouvement du Green Friday pour une consommation responsable.
©Youtube-Copie d'écran

Personne n’a pu y échapper. Les promotions monstres du Black Friday inondent le marché. L’événement, importé des États-Unis par le e-commerce, a trouvé une vraie place en France. Selon une enquête de l’institut CSA - à la demande d’Amazon - 85 % des Français connaissent, au moins de nom, l’existence du Black Friday. 61 % savent même très bien de quoi il s'agit. 

Or l’initiative est très décriée par certaines associations et entreprises car elle "pousse à la surconsommation", explique Zero Waste France. "Nous utilisons d’ores et déjà trois fois plus de ressources que ce que la planète peut nous offrir. L’achat de produits neufs alourdit ce bilan, alors que des alternatives existent : emprunt, location, occasion…", souligne l’association.

Il faut sortir "de la logique du tout jetable" 

Un vrai mouvement anti Black Friday s’est ainsi créé dans l'Hexagone. Envie, le réseau d’entreprises de l’économie sociale et solidaire, a lancé pour l’occasion un Green Day. Le but est "d'instaurer un rendez-vous annuel autour d’une consommation plus raisonnée et responsable", explique Anémone Berès, Présidente de la Fédération Envie.

Pour changer les habitudes d’achat, le réseau veut montrer qu’il existe d’autres manières de consommer en utilisant par exemple d’anciens appareils réparés. "Une machine rénovée peut repartir pour 10 ans, il faut sortir de la logique du tout jetable", indique Anémone Berès.

La Camif boycotte le Black Friday 

Dans ce sillage, la Camif a elle aussi décidé de boycotter l’événement. "Cette journée de la surconsommation par excellence est à l’exact opposé des valeurs défendues par la marque", explique l’entreprise. Ce vendredi 24 novembre, la Camif ne va vendre aucun produit sur son site internet et redirigera ses visiteurs vers des alternatives pour consommer mieux et moins. Elle est suivie dans cette démarche par Loom, la marque de vêtement responsable made in France. 

"Quand je suis né, le jour du dépassement de la Terre était à Noël", explique Emery Jacquillat, président de la Camif. "En 2017, le 2 août, l’humanité a déjà consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an ! Il est donc urgent de changer nos modes de consommation."

Seulement 2% d'économies pour les consommateurs 

D’autres préfèrent au Green Friday, la notion de White Friday. Les termes diffèrent mais le concept reste le même. Tale Me par exemple, le premier dressing éthique et durable pour la maternité, va mettre en valeur, pendant une semaine, les acteurs de la consommation responsable. Rutabago, l’entreprise de paniers-recettes 100 % bio livrés en France, s’est engagée dans le Fair (équitable) Friday "parce que ça ne coûte pas moins cher à Alain de faire pousser ses pommes de terre bio le vendredi au lieu des autres jours de la semaine, nous lui garantissons une rémunération juste".

Qu’il soit Green, White ou Fair, un mouvement anti-black Friday se développe en France pour montrer qu’un autre modèle de consommation est possible. D’autant que le Black Friday n’est pas si avantageux que cela pour les consommateurs. Une étude de l’UFC Que Choisir avait révélé, en 2015, que les consommateurs gagnaient seulement 2% de réduction en moyenne lors de l'événement. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation bio locale de saison effet covid

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux fruits et...

La vie claire 1948 bn

[À l’origine] En 1948, La Vie Claire lance un premier magasin bio avant l'heure

Le marché du bio a connu un vrai boom pendant le confinement. Si la grande distribution tient désormais une place majeure dans le marché, ce sont les enseignes spécialisées comme La Vie Claire qui ont ouvert la voie. En 1948, alors que le label AB n'existait pas encore, la Vie Claire lance un...

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...